Refaire le fondement: C'est le message que lance le Conseil canadien de la santé dans son nouveau rapport sur les soins de santé primaires et les soins à domicile



    TORONTO, le 30 janv. /CNW/ - La vaste majorité des Canadiens (96 %)
déclarent avoir soit un médecin habituel (86 %), soit un lieu habituel de
soins de santé primaires (10 %). Ces résultats peuvent paraître rassurants,
mais le plus récent rapport du Conseil canadien de la santé révèle que les
soins de santé ne sont pas toujours bien coordonnés, complets, ou disponibles
en temps opportun.
    Refaire le fondement : Mise à jour sur le renouvellement des soins de
santé primaires et des soins à domicile au Canada, qui est paru aujourd'hui
avec les résultats d'une nouvelle enquête publique parrainée par le Conseil
canadien de la santé, évalue les efforts de renouvellement effectués dans les
provinces et territoires et préconise des mesures d'action pour accélérer le
renouvellement des soins de santé primaires et des soins à domicile partout au
Canada.
    Selon l'enquête du Conseil canadien de la santé (intitulée Enquête
canadienne sur l'expérience des soins de santé primaires), un quart des
personnes qui ont eu besoin de soins pour des problèmes de santé mineurs ont
éprouvé des difficultés à obtenir des rendez-vous en temps opportun. Le
rapport cite également des données tirées d'une étude internationale indiquant
qu'un plus grand pourcentage de Canadiens (30 %) attendent six jours ou plus
pour obtenir un rendez-vous avec leur médecin habituel que les résidents des
six autres pays étudiés (20 % aux Etats-Unis, 12 % au Royaume-Uni, 10 % en
Australie).
    Par ailleurs, plus d'un tiers des personnes qui sont allées aux urgences
croient que leurs problèmes de santé auraient pu être traités par leur médecin
de famille s'il avait été disponible. "Il est clair que tous les Canadiens
n'ont pas accès aux prestateurs pertinents de soins en temps opportun, quand
ils en ont besoin", déclare M. Don Juzwishin, chef de la direction du Conseil
canadien de la santé.
    Certes, 73 % des participants estiment que leur prestateur de soins de
santé primaires est excellent ou très bon, mais la situation s'avère moins
rose quand ils répondent à des questions plus détaillées. Par exemple, de
nombreux participants disent que les médecins n'expliquent pas tous les
résultats des tests médicaux, et 21 % d'entre eux déclarent que leurs
prestateurs de soins de santé primaires leur expliquent rarement ou jamais les
effets secondaires potentiels des médicaments. Un quart (25 %) des répondants
indiquent que leurs médecins leur parlent rarement ou jamais des changements
de mode de vie ou des activités qui pourraient prévenir la maladie et
améliorer leur santé.
    L'enquête, menée par Statistique Canada au début de 2007, est la première
du genre à examiner les expériences vécues par le public dans ses rapports
avec le système de soins de santé durant l'année précédente. Quelque 2 200
personnes y ont participé.
    "Notre rapport met en lumière les nombreux projets menés pour améliorer
l'accès aux soins de santé pour les patients qui en ont besoin. Toutefois,
quand le Conseil canadien de la santé a interrogé les gouvernements
provinciaux et territoriaux sur les efforts qu'ils faisaient pour renouveler
la prestation des soins de santé, beaucoup ont déclaré que des obstacles comme
les problèmes de financement et de ressources humaines les empêchaient de
pleinement réaliser leurs visions", a expliqué la Dre Jeanne Besner,
présidente du Conseil canadien de la santé. "Les Canadiens continuent de nous
dire que des réformes s'imposent. Nous devons trouver les moyens de surmonter
ces obstacles afin de nous assurer que les Canadiens bénéficient de soins
accessibles, complets et bien coordonnés - chose que nous savons possible."
    Refaire le fondement en arrive à des conclusions similaires au sujet des
soins à domicile. En 2005, de 2 à 5 % des Canadiens ont utilisé des services
de soins à domicile, tandis que 3 à 4 % des personnes âgées (65 ans et plus)
ont déclaré qu'elles avaient eu besoin de soins de santé qu'elles n'avaient
pas pu obtenir. Bien que la plupart des gouvernements se soient engagés en
2004 à assurer deux semaines de services publics de soins à domicile aux
patients qui répondent à des critères spécifiques, le Conseil canadien de la
santé affirme que ce n'est toujours pas assez. En 2006, un Canadien sur quatre
a déclaré qu'il avait dû s'occuper d'un membre de sa famille ou d'un ami
proche atteint d'un grave problème de santé au cours des 12 mois précédents,
et 22 % de ces aidants naturels ont manqué un mois ou plus de travail, tandis
que 41 % puisaient dans leurs économies personnelles.
    Tout en reconnaissant que des efforts sont effectués pour améliorer
l'accessibilité et la qualité des soins de santé à domicile et des soins de
santé primaires, le Conseil canadien de la santé recommande plusieurs mesures
pour accélérer les changements, et notamment les suivants :

    Accès 24/7 aux renseignements sur la santé et aux prestateurs de soins de
    santé

    Modifier la façon dont les médecins prennent leurs rendez-vous et offrir
avec plus de souplesse des services après les heures normales sont deux moyens
probants d'améliorer l'accès aux soins de santé pour les patients. Ces
méthodes fructueuses devraient être adoptées de manière plus généralisée. De
plus, bien que la plupart des administrations offrent maintenant un accès 24/7
grâce aux lignes téléphoniques de télésanté, les médecins de famille sont
rarement informés du fait que leurs patients ont appelé ces lignes ou ont fait
des visites à des cliniques après les heures normales de service. Il faut
mettre en place des systèmes formels pour communiquer de tels renseignements.

    Dossiers électroniques de santé

    Les dossiers électroniques de santé et la prescription électronique
permettent d'améliorer la coordination des soins et de réduire les problèmes
comme les erreurs de médication. Malheureusement, la majorité des médecins au
Canada s'en remettent encore à des dossiers écrits à la main. Les dépenses
consacrées à la mise en place des dossiers électroniques de santé se chiffrent
à plus d'un milliard $, mais actuellement seulement 5 % des Canadiens ont un
dossier électronique de santé. Le Conseil canadien de la santé demande avec
insistance à toutes les administrations qu'elles fassent de cette question une
priorité.

    Equipes interprofessionnelles de soins de santé primaires

    Ces équipes de santé permettent aux patients de bénéficier de soins
dispensés par les professionnels les plus appropriés. De plus, elle mènent à
une utilisation plus efficace des ressources et à une réduction des temps
d'attente. Bien que le nombre et l'envergure des équipes interprofessionnelles
s'accroissent dans toutes les administrations, la vaste majorité des Canadiens
continuent de recevoir leurs soins de santé primaires de médecins qui
pratiquent de manière traditionnelle. Selon l'enquête du Conseil canadien de
la santé, seulement un tiers des patients disent qu'une infirmière travaillant
avec leur prestateur de soins primaires participe régulièrement à leurs soins.
Un pourcentage encore moindre (17 %) indiquent que d'autres professionnels de
la santé, comme des nutritionnistes, travaillent dans le même cabinet médical
que leur prestateur de soins primaires. Nous soulignons avec insistance que
les administrations devraient accroître l'utilisation des équipes de santé
pour les Canadiens qui peuvent le mieux bénéficier d'une telle approche, en
particulier pour les patients atteints de maladies chroniques.

    Expansion des soins à domicile

    Le Conseil canadien de la santé demande avec insistance à toutes les
administrations d'élargir la prise en charge des services de soins à domicile
et de faire de cette expansion un élément central de leurs stratégies de
renouvellement des soins de santé.

    Pour consulter le rapport du Conseil canadien de la santé Refaire le
fondement : Mise à jour sur le renouvellement des soins de santé primaires et
des soins à domicile au Canada, ainsi que le supplément de données Enquête
canadienne sur l'expérience des soins de santé primaires en 2007, visiter
www.conseilcanadiendelasante.ca.

    
                              Aperçu du Conseil
    

    Le Conseil canadien de la santé, créé par l'Accord de 2003 des premiers
ministres sur le renouvellement des soins de santé, a pour mandat de
surveiller les progrès réalisés quant au renouvellement des soins de santé au
Canada et d'en rendre compte au public. Les 26 membres du Conseil ont été
nommés par les provinces et les territoires participants, ainsi que par le
gouvernement du Canada. Ils ont la connaissance et l'expérience de domaines
très divers comme les soins communautaires, la santé des Autochtones, les
soins infirmiers, l'éducation à la santé, l'administration, les finances, la
médecine et la pharmacie.

    healthcouncilcanada.ca




Renseignements :

Renseignements: Marta Marychuk, Conseil canadien de la santé, Téléphone
(416) 480-7085, Cellulaire (416) 428-8423,
mmarychuk@conseilcanadiendelasante.ca; Rachel Sa, Public Relations Post,
Téléphone (416) 777-0368, rachel@prpost.ca

Profil de l'entreprise

Conseil canadien de la santé

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.