Recul des investissements dans l'industrie automobile canadienne par rapport à d'autres marchés : Études économiques Scotia

TORONTO, le 29 nov. 2011 /CNW/ - L'industrie automobile canadienne continue de se remettre du ralentissement économique mondial et des perturbations en matière d'approvisionnement causées par les désastres naturels au Japon et en Thaïlande cette année. Cependant, selon le dernier rapport sur le marché mondial de l'automobile publié aujourd'hui par Études économiques Scotia, les investissements sectoriels chuteront à 1,2 G$ cette année — le plus bas niveau enregistré depuis le milieu des années 1980 et pratiquement 62 % en deçà de la moyenne annuelle de 3,1 G$ de la dernière décennie.

« Le Canada conserve sa part historique de 16 % au chapitre des activités de montage nord-américaines, et J.D. Power conclut pour une deuxième année d'affilée que la meilleure usine de montage nord-américaine se trouve ici, au Canada », a affirmé Carlos Gomes, économiste principal et spécialiste du secteur automobile, Études économiques Scotia. « En fait, grâce aux investissements considérables effectués depuis le milieu des années 1990 dans la machinerie et l'équipement, deux usines de montage canadiennes ont été classées les meilleures du continent américain au cours de six des 10 dernières années. Cependant, en dépit de ces réalisations, les projets d'investissements actuels sont moins positifs pour les usines canadiennes, ce qui donne à croire qu'il sera ardu pour le Canada d'accroître sa part de la production nord-américaine au cours des prochaines années. »

Les dépenses d'investissement engagées dans l'industrie automobile nord-américaine ont atteint un sommet en 2007 et se stabilisent enfin après avoir dégringolé de 35 % en 2010. Cette année aux États-Unis, l'on observe un raffermissement des investissements, ce qui s'explique en partie par le fait que durant les dernières négociations contractuelles avec les trois Grands, le Syndicat des TCA a pu négocier des investissements additionnels pour les usines aux États-Unis. Les dépenses en immobilisations ont également commencé à se stabiliser au Mexique et, d'après les récentes annonces, elles devraient rebondir fortement l'an prochain. En revanche, les investissements dans l'industrie automobile canadienne perdront 18 % additionnels cette année.

« Cette année, par véhicule, les investissements dans l'industrie automobile canadienne chuteront à 43 % sous le niveau actuel aux États-Unis », a noté M. Gomes. « Voilà qui constitue un revirement marqué par rapport à la tendance observée au cours de la dernière décennie, alors que les investissements dans l'industrie automobile canadienne étaient, en moyenne, supérieurs de trois pour cent à ceux engagés aux États-Unis ou au Mexique. »

Alors que les investissements au Canada demeurent légèrement plus élevés qu'au Mexique, les annonces faites récemment indiquent qu'au cours des prochaines années, les investissements dans l'industrie automobile mexicaine devraient se rapprocher du niveau record de 1 600 $ US par véhicule assemblé établi en 2004 et en 2005. Durant ces deux années, le secteur automobile mexicain a bénéficié de 17 % de l'ensemble des investissements dans l'industrie automobile nord-américaine, soit près du double de sa part de la production de véhicules. Cet apport de capital a eu pour effet d'accroître la capacité d'assemblage au Mexique de 20 % et a permis à l'industrie de produire invariablement plus de véhicules qu'au Canada depuis 2008.

« Les récentes annonces concernant le lancement de nouveaux produits et de nouvelles embauches au Canada de la part de deux gros constructeurs sont encourageantes », a conclu M. Gomes. « Cependant, ces annonces sont dérisoires par comparaison aux nouvelles provenant du Mexique — le chef de file nord-américain en matière de croissance de l'industrie automobile. Au cours des six derniers mois, l'industrie a annoncé des investissements de près de 3 G$ US aux fins d'agrandissement d'installations existantes ou de construction de nouvelles usines au Mexique. »

Quant aux ventes automobiles, les volumes mondiaux ont poursuivi leur croissance en octobre, mais les gains ne se sont élevés qu'à deux pour cent en glissement annuel le mois dernier, étant affaiblis par les pénuries de produits en Asie et les reculs à deux chiffres enregistrés par les marchés de croissance clés en Inde et au Brésil. L'Amérique du Nord a tiré les gains au chapitre des ventes, les achats aux États-Unis s'élevant au niveau annualisé de 13,2 millions d'unités — le niveau le plus élevé depuis les primes à la casse du milieu des années 2009. L'amélioration reflète la disponibilité accrue de véhicules chez les concessionnaires japonais, de même que le raffermissement de la demande de remplacement.

Études économiques Scotia propose à sa clientèle une analyse approfondie des facteurs qui façonnent les perspectives du Canada et de l'économie mondiale, notamment l'évolution macroéconomique, les tendances des marchés des changes et des capitaux, le rendement des produits de base et de l'industrie ainsi que les enjeux relatifs aux politiques monétaires, fiscales et gouvernementales.

SOURCE Banque Scotia - Rapports Economiques

Renseignements :

Carlos Gomes, Études économiques Scotia, 416-866-4735, carlos_gomes@scotiacapital.com; Patty Stathokostas, Relations avec les médias, Banque Scotia, 416-866-3625,  patty_stathokostas@scotiacapital.com

Profil de l'entreprise

Banque Scotia - Rapports Economiques

Renseignements sur cet organisme

Banque Scotia

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.