Réactions CSQ à l'émission Enquête concernant la violence à l'école - Le gouvernement du Québec se traîne les pieds ?



    MONTREAL, le 5 oct. /CNW Telbec/ - La Centrale des syndicats du Québec
(CSQ) tient à réagir au reportage diffusé à Radio-Canada dans le cadre de
l'émission Enquête concernant la violence à l'école "Le reportage d'Enquête
démontre clairement que les problèmes de violence à l'école sont réels et
peuvent causer des torts importants aux élèves qui en sont victimes. Le
gouvernement se traîne les pieds et doit agir dès à présent. Le plan d'action
gouvernemental existe, il est prêt, mais la ministre de l'Education, du Loisir
et du Sport (MELS), madame Michelle Courchesne refuse de le déposer.   
Pourquoi ?", de commenter le président de la CSQ, Réjean Parent.

    Bien cerner le phénomène pour mieux intervenir

    Comme il y a peu de données qui existent pour cerner le phénomène de
violence à l'école, la CSQ considère qu'il faut prévoir un bon diagnostic de
la situation. Ici encore, le gouvernement doit intervenir. Le reportage
d'Enquête confirmait d'ailleurs nos prétentions à savoir que les situations de
violence à l'école sont présentes dans tous les milieux et prennent
différentes formes telles la violence physique, psychologique ou
l'intimidation. Elles ont des conséquences importantes sur le climat de
l'école et la réussite des élèves. Tout le monde est concerné, les élèves, les
personnels de l'éducation et les membres de la direction. "La violence à
l'école existe, qu'elle soit présente où non à petite ou à grande échelle dans
les milieux, elle est inacceptable", d'affirmer le président de la CSQ.
    De plus, de nouvelles formes de violence comme la cyberintimidation sont
en émergences et doivent être mieux documentées. L'émission Enquête rapportait
d'ailleurs que 70 % des jeunes du secondaire disent avoir été victimes de
cyberintimidation. "Nous sommes extrêmement préoccupés par ces nouveaux
phénomènes qui touchent l'école et nous interpellerons nos membres au cours
des prochaines semaines pour en connaître l'ampleur et pour les aider à
intervenir correctement.

    L'importance d'un plan d'intervention et de la concertation

    Le reportage a aussi mis en lumière les difficultés de connaître
l'efficacité des plans d'intervention dont quelques écoles se sont dotées
puisqu'il n'existe pas de façons uniformes d'en mesurer l'efficacité. "Ici
encore, nous sommes convaincus du rôle essentiel du MELS. Toutefois, les
recherches et nos vérifications sur le terrain auprès des personnels de
l'éducation travaillant dans des écoles ayant un plan d'intervention
témoignent d'une amélioration marquée de la situation dans les endroits où un
tel plan existe et où il y a concertation entre les différents intervenants du
milieu", de conclure Réjean Parent.

    Profil de la CSQ

    La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) représente quelque
155 000 membres, dont plus de 100 000 dans le secteur public, la grande
majorité travaillant dans le domaine de l'éducation. Elle est membre de la
Table provinciale de concertation sur la violence, les jeunes et le milieu
scolaire et collabore avec l'Institut Pacifique. Elle compte en ses rangs plus
de 1000 Etablissements verts Brundtland, une création de la CSQ, qui font la
promotion du pacifisme. La CSQ est également présente dans les secteurs de la
santé et des services sociaux, des services de garde, des loisirs, de la
culture, du municipal, du communautaire et des communications.




Renseignements :

Renseignements: Marjolaine Perreault, Attachée de presse CSQ, cel.:
(514) 235-5082, perreault.marjolaine@csq.qc.net


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.