Réaction de la FCSQ au discours inaugural - La formation professionnelle ne répond pas uniquement à un besoin économique

QUÉBEC, le 23 févr. /CNW Telbec/ - La Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ) est heureuse de constater que le discours inaugural du premier ministre du Québec fait de l'éducation l'une de ses priorités, mais émet toutefois certaines réserves quant aux intentions du gouvernement concernant la formation professionnelle.

Les commissions scolaires vont participer activement aux rencontres régionales annoncées pour les prochains mois, sur la formation professionnelle et technique en adéquation avec le marché de l'emploi. Ce sera l'occasion de démontrer le savoir-faire des centres de formation professionnelle et leur importance capitale pour le développement économique régional. Mais comme la présidente de la FCSQ, Josée Bouchard, l'a indiqué au premier ministre dans une lettre ouverte, il faut aussi que ce soit un moment fort de la valorisation de la formation professionnelle.

Le premier geste à poser en ce sens est de reconnaître le diplôme d'études professionnelles comme une formation de base, et non pas comme une qualification répondant uniquement à un besoin spécifique sur le marché du travail. « Tout comme le diplôme d'études secondaires, notre formation professionnelle vise avant tout à offrir le bon coffre à outils à l'élève pour qu'il devienne un citoyen à part entière et contribue pleinement au développement économique du Québec », a déclaré Mme Bouchard. La formation professionnelle contribue au développement intégral de la personne et ne répond pas uniquement à un besoin économique. De plus, avec un taux de diplomation de 86 %, elle encourage la persévérance scolaire.

Cela ne veut pas dire que les commissions scolaires ne sont pas prêtes à relever le défi économique, au contraire. Elles sont prêtes à en faire davantage notamment pour ce qui est des besoins de formation en entreprise. « Il faut à tout prix éviter de sortir divisés lorsque viendra le temps de discuter de la formation professionnelle et technique en adéquation avec le marché de l'emploi. C'est un défi difficile à relever car le secteur de l'emploi et le réseau de l'éducation ont des missions distinctes. À nous de trouver les points de convergence. Car s'il y a 700 000 emplois à combler d'ici trois ans, il y a autant de jeunes qui doivent trouver la voie de leur épanouissement personnel », a fait valoir la présidente de la FCSQ.

Quant aux mesures portant sur le virage technologique dans les classes et le développement d'un sentiment d'appartenance par le biais d'équipes sportives, elles correspondent à ce que la FCSQ préconise depuis plusieurs années déjà pour favoriser la persévérance scolaire des garçons notamment. Pour ce qui est de l'apprentissage intensif de l'anglais en 6e année du primaire, bien que cette option soit déjà offerte dans plusieurs commissions scolaires, il faudra prendre le temps de bien analyser les modalités et les impacts d'une telle proposition. « Il faut aussi voir comment les mesures annoncées aujourd'hui se concrétiseront dans le prochain budget », a conclu Josée Bouchard.

SOURCE FEDERATION DES COMMISSIONS SCOLAIRES DU QUEBEC (FCSQ)

Renseignements :

Source :  




Caroline Lemieux
Attachée de presse
Fédération des commissions scolaires du Québec
Tél. : 418 651-3220
Cell. : 418 570-9716
clemieux@fcsq.qc.ca

Profil de l'entreprise

FEDERATION DES COMMISSIONS SCOLAIRES DU QUEBEC (FCSQ)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.