Réaction de la CSQ et de la CSD: jugement de la Cour supérieure - Une victoire historique pour les femmes et le monde syndical



    MONTREAL, le 31 oct. /CNW Telbec/ - La Centrale des syndicats du Québec
(CSQ) et la Centrale des syndicats démocratiques (CSD) accueillent comme une
grande victoire historique pour les travailleuses et les travailleurs, les
femmes, l'ensemble du monde syndical ainsi que pour toutes celles et tous ceux
qui croient en la justice le jugement qui vient d'être rendu par la Cour
supérieure rendant inconstitutionnels et invalides les projets de lois 7 et 8,
adoptés sous le bâillon, et qui retiraient aux ressources intermédiaires (RI)
et de type familial (RTF), ainsi qu'aux responsables d'un service de garde en
milieu familial (RSG), leur droit à la syndicalisation.
    Le président de la CSD, M. François Vaudreuil, et la vice-présidente de
la CSQ, Mme Louise Chabot, sont d'autant plus heureux de la décision rendue
que leurs organisations syndicales représentent la grande majorité des
travailleuses et travailleurs touchés, soit à l'intérieur du RESSAQ-CSD ou des
ADIM-CSQ.
    Les deux dirigeants syndicaux soulignent que la juge Danielle Grenier
donne pratiquement raison sur toute la ligne aux plaidoyers développés par les
organisations syndicales. En effet, la juge reconnaît que les lois 7 et 8
violent la liberté d'association et le droit à l'égalité des travailleuses
concernées. Ces lois ont privé rétroactivement ces femmes de leur droit de se
syndiquer et leur droit aux avantages liés aux protections des lois du monde
du travail.

    Des lois qui perpétuent la discrimination envers les femmes

    La juge Grenier déplore particulièrement que ces lois ont été adoptées
sans consultation véritable avec les organisations syndicales concernées. En
fait, il est clair que le gouvernement ne visait qu'un seul but, soit de
mettre fin aux campagnes de syndicalisation de ces travailleuses, sans se
préoccuper de la protection de leurs droits.
    La juge Grenier est particulièrement sévère à l'égard des lois 7 et 8
soutenant qu'elles renforcent la vision stéréotypée d'un travail féminin, avec
les facteurs de discrimination que cela représente. Ces lois viennent donc
perpétuer la discrimination des femmes en les empêchant d'avoir justement
accès aux moyens leur permettant d'éliminer cette discrimination.

    Le gouvernement sommé de ne pas en appeler

    D'autre part, la CSQ et la CSD demandent au gouvernement Charest de ne
pas en appeler de ce jugement sans équivoque. Il faut d'ailleurs lui rappeler
qu'il s'agit du deuxième jugement qui condamne le gouvernement Charest pour
l'adoption de ces lois iniques. A l'aube d'une campagne électorale, nous
demandons également aux partis d'opposition de s'engager dans le même sens.

    Reprise des campagnes de syndicalisation

    Par ailleurs, fortes de ce jugement qui répare la grande injustice causée
par le gouvernement Charest à l'égard de 20 000 femmes du Québec, parmi les
plus vulnérables, la CSQ et la CSD ont l'intention de reprendre sans tarder
une vaste campagne de syndicalisation auprès des catégories d'emploi
concernées.




Renseignements :

Renseignements: Marjolaine Perreault, attachée de presse CSQ, Cell.:
(514) 235-5082; Jacques Désy, attaché de presse CSD, Cell.: (514) 231-1273


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.