Réaction de la CSQ au discours inaugural - « Beaucoup de bruit pour pas grand-chose ! » - Réjean Parent, président de la CSQ

MONTRÉAL, le 23 févr. /CNW Telbec/ - « Le premier ministre Jean Charest vient de nous livrer un discours inaugural très décevant où il a additionné les petites mesures en espérant ainsi faire oublier l'absence de mesures significatives et une véritable vision de la direction que doit prendre le Québec », affirme le président de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), M. Réjean Parent.

Une suite d'actions sans vision

M. Réjean Parent déplore le fait que l'on retrouve si peu d'éléments nouveaux dans ce discours inaugural. Cela ne fera que renforcer les détracteurs du gouvernement Charest qui l'accusent d'avoir improvisé cette manœuvre pour faire oublier ses déboires.

« Ce qui a été annoncé aujourd'hui est insuffisant pour justifier un discours inaugural. Nous accueillons positivement certaines mesures telles que l'apprentissage de l'anglais intensif en 6e année, l'implantation d'un code de civisme dans les écoles, l'octroi de matériel technologique pour le personnel de l'éducation, l'amélioration des équipements sportifs et le retour au vouvoiement. Toutefois, cette série de petites actions ne prouve nullement que ce gouvernement a enfin une vision de ce que devrait être l'éducation au Québec », affirme le président de la CSQ.

Les EHDAA oubliés

M. Parent rappelle que ces gestes ne contribueront aucunement à régler les problématiques majeures auxquelles est confronté le personnel de l'éducation, notamment celles liées au soutien à apporter aux élèves handicapés ou en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage (EHDAA). « Le premier ministre ne dit pas un mot sur l'intégration des élèves en difficulté. Pourtant, on ne peut parler de réussite éducative sans mettre de l'avant des mesures spécifiques pour les élèves en difficulté », précise M. Parent.

« Il est inacceptable que la question de l'intégration des élèves en difficulté soit passée sous silence. Il s'agit non seulement d'une priorité pour le personnel enseignant et d'un levier incontournable de la réussite des élèves, mais il y a un engagement gouvernemental répété d'avoir des solutions mises en place avant la prochaine rentrée scolaire », ajoute Mme Manon Bernard, présidente de la Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE-CSQ).

Des rendez-vous déjà connus

En ce qui a trait à l'adéquation entre la formation et l'emploi, la CSQ entend participer aux rencontres qui auront lieu dans chacune des régions du Québec ainsi qu'au forum national. Cependant, ces rendez-vous sont déjà connus depuis l'automne dernier et les acteurs s'y préparent activement. Donc, ici encore, rien de nouveau.

La CSQ s'attend d'ailleurs à être conviée à ces rencontres qui auront un impact majeur sur l'avenir de la formation professionnelle et technique. Elle a plusieurs propositions à présenter : accroître l'accessibilité à la formation continue, revoir l'offre de formation sur l'ensemble du territoire et fournir les conditions adéquates à la réussite. Elle souhaite surtout que ces forums débouchent sur des investissements importants, car le Québec occupe actuellement le dernier rang parmi les provinces canadiennes en matière de formation continue des personnes en emploi.

Insuffisance également en santé et un Plan Nord qui demeure un rêve

Le constat d'insuffisance du discours inaugural est le même du côté de la santé où les deux mesures annoncées, aussi légitimes soient-elles, ne s'attaquent pas au cœur des vrais problèmes qui affectent notre réseau public.

Quant au Plan Nord annoncé par le premier ministre, le président de la CSQ rappelle que cela fait au moins trois fois que M. Charest dit vouloir dessiner le Nord de demain, sans plus préciser ses intentions.

« Le discours inaugural que nous venons d'entendre n'est pas digne d'un gouvernement qui fait face à un niveau de désapprobation et d'insatisfaction historique de la part de la population. Jean Charest aurait dû arriver avec de grandes idées pour démontrer qu'il a encore une vision comme chef de gouvernement, mais il en a été incapable. Il n'y a rien dans ce discours pour rassurer la population, car les mesures annoncées ressemblent à une forme d'improvisation à laquelle il nous a habitués depuis le début de ce mandat », conclut le président de la CSQ.

Profil de la CSQ

La CSQ représente près de 180 000 membres, dont près de 100 000 font partie du personnel de l'éducation. Elle est l'organisation syndicale la plus importante en éducation au Québec. La CSQ est également présente dans les secteurs de la santé et des services sociaux, des services de garde, du municipal, des loisirs, de la culture, du communautaire et des communications.

csq.qc.net
twitter.com/CSQ_centrale

SOURCE CSQ

Renseignements :

Marjolaine Perreault
Attachée de presse CSQ
Cell. : 514 235-5082
perreault.marjolaine@csq.qc.net


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.