Réaction de la CSN au plan vert des conservateurs : Le respect du protocole de Kyoto n'est pas qu'une contrainte, c'est aussi une opportunité



    MONTREAL, le 27 avril /CNW Telbec/ - La CSN dénonce avec force la
politique de non respect du protocole de Kyoto annoncée par le ministre
fédéral de l'Environnement, John Baird. Selon la présidente de la CSN,
Claudette Carbonneau, "la politique du laisser-faire a déjà conduit le Canada
à ramer à l'envers. Au lieu de ramener les émissions de gaz à effet de serre à
6 % en deçà des niveaux de 1990 d'ici 2012, nous sommes passés à 35 %
au-dessus, à force de tant d'inertie, de mauvaise foi et d'aveuglement
idéologique. Et le plan vert du ministre Baird ne fait qu'empirer la situation
en mettant le Canada une décennie en retard".
    Les rapports du GIEC, le Groupe intergouvernemental sur l'évolution du
climat des Nations unies, sont catégoriques : l'activité humaine est
responsable des changements climatiques. "Il y une contrainte universelle à
laquelle le Canada ne peut chercher à échapper. Le Canada n'a aucune
légitimité lorsqu'il prétend ne pas pouvoir atteindre les objectifs auxquels
il a lui-même souscrit", de poursuivre la présidente de la CSN.
    "Lorsque le Canada annonce qu'il continuera à accroître ses émissions
pendant plusieurs années, il annonce à la communauté internationale qu'il ne
croit pas vraiment au problème des changements climatiques. Le Canada indique
à tous qu'il importe plus de profiter des opportunités actuelles sur les
marchés, en particulier dans l'industrie du pétrole. Cette réponse est
inacceptable", selon Claudette Carbonneau.

    Une opportunité et non une contrainte

    Pour la CSN, les investissements nécessaires pour atteindre les objectifs
du protocole de Kyoto doivent aussi être vus comme une opportunité. "Des
investissements majeurs doivent être consentis dans la recherche et le
développement des énergies renouvelables. La recherche de pratiques visant une
meilleure efficacité énergétique et le développement des réseaux de transport
public doivent également être mises à l'avant scène. Dans chacun de ces cas,
il y a des industries à soutenir, à structurer, des emplois à créer. Il n'y a
pas que des dépenses qui viendront du respect du protocole de Kyoto, il y a
des politiques qui contribueront à définir ce que sera l'économie canadienne
de demain", croit la leader syndicale.
    "Sur une question aussi importante, les pays du monde entier doivent se
concerter : la gestion internationale de cette crise étant une nécessité. Tout
comme on ne peut laisser un pays seul porter les exigences de Kyoto, chaque
pays ne peut déterminer isolément ses objectifs avec la seule pression des
industriels pour qui le court terme prime trop souvent. Cette approche que
nous propose le Canada est celle du moindre effort", estime Madame Carbonneau.
    La CSN exhorte donc le gouvernement du Canada à changer sa politique et à
respecter la signature du Canada. "Nous demandons au ministre de rétablir la
crédibilité du Canada à l'échelle internationale", de conclure la présidente
de la CSN.

    La Confédération des syndicats nationaux compte plus de
300 000 travailleuses et travailleurs de tous les types de milieux de travail,
tant dans le secteur privé que dans le secteur public.




Renseignements :

Renseignements: Michelle Filteau, directrice du Service des
communications de la CSN, bureau: (514) 598-2162, cellulaire: (514) 894-1326;
Source: CSN


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.