Réaction à de récentes déclarations du ministre de la Santé - La pire pénurie du réseau public de santé est celle des pharmaciens d'établissements



    MONTREAL, le 13 nov. /CNW Telbec/ - L'Association des pharmaciens des
établissements du Québec (A.P.E.S.) tient à réagir aux récentes déclarations
du ministre de la Santé et des Services Sociaux, M. Philippe Couillard,
rapportés notamment par le quotidien The Gazette, à l'effet que la pénurie
d'infirmières serait pire que toute autre pénurie de professionnels dans le
système de santé au Québec. Sans chercher à minimiser la gravité de la pénurie
d'infirmières, l'A.P.E.S. rappelle qu'avec une pénurie qui avoisine les
16-17 pour cent depuis quelques années déjà, la profession de pharmacien
d'établissement est sans contre dit la plus sévère.
    "Le ministre est dans l'erreur quand il affirme que la pénurie
d'infirmières est la pire du réseau. Ne regarde-t-on que les chiffres absolus?
Qu'il manque présentement quelque 2000 infirmières sur un effectif total de
près de 70 000 est certes grave. Mais en pourcentage, la pénurie d'infirmières
est de moins de 5 pour cent. La pénurie de pharmaciens, dans les
établissements de santé, est quatre fois plus sévère", a déclaré la présidente
de l'A.P.E.S., Mme Francine Lussier-Labelle.
    Les propos du ministre ont été rapportés dans les médias à l'occasion du
congrès annuel de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ). De
plus, lors d'une interpellation de l'Action Démocratique du Québec, dans le
cadre de la Commission des affaires sociales, le vendredi 9 novembre dernier,
le ministre a aussi laissé entendre que la pénurie d'infirmières était plus
préoccupante que celle des pharmaciens d'établissements.
    L'ampleur de la pénurie de pharmaciens d'établissements s'explique
principalement par le pouvoir d'attraction qu'exerce le secteur privé sur les
pharmaciens. Le ratio est d'environ un pharmacien en établissement pour trois
en pharmacie privée. Dans aucune autre profession de la santé ne s'exerce une
concurrence aussi forte entre le public et le privé pour les effectifs. Les
pharmaciens en début de carrière gagnent de 25 à 40 pour cent moins cher,
selon les régions, en milieu hospitalier qu'en pharmacie privée. De surcroît,
il faut étudier plus longtemps, en réalisant une maîtrise, pour travailler en
établissement de santé.
    "Les conséquences de la pénurie de pharmaciens sont graves. A l'heure
actuelle, une large part des responsabilités confiées aux pharmaciens sont
faiblement réalisées avec pour résultats une utilisation sous-optimale des
médicaments, des risques accrus d'erreurs médicamenteuses et des jours
d'hospitalisations évitables. De plus, nos ressources s'épuisent. Le réseau
continue de perdre des pharmaciens, la plupart du temps à la faveur d'un poste
en pharmacie privée. Les jeunes boudent la profession. Les bourses d'études à
la maîtrise ne font pas le poids", a poursuivi Mme Lussier-Labelle.
    "Nous travaillons avec le ministère de la Santé sur la délégation de
tâches. C'est très bien. Mais tant qu'on ne s'attaquera pas clairement à
l'écart de rémunération avec le secteur privé, on ne parviendra ni à recruter
ni à maintenir suffisamment de pharmaciens pour répondre aux besoins
croissants en soins et services pharmaceutiques dans les établissements",
a-t-elle conclu.

    A propos de l'A.P.E.S.

    L'A.P.E.S. est un syndicat professionnel incorporé en vertu de la Loi sur
les syndicats professionnels (L.R.Q., chapitre S-40). Elle représente environ
1250 pharmaciens oeuvrant dans quelque 125 établissements publics de santé du
Québec, principalement des centres de santé et de services sociaux - CSSS (qui
regroupent différents centres, tels que centres hospitaliers de soins
généraux, de soins aigus, de soins de longue durée, centres hospitaliers
universitaires ou affiliés, instituts, centres de réadaptation et CLSC).




Renseignements :

Renseignements: France Bouffard, Sphère Communication, (514) 286-2772,
poste 10, Cell.: (514) 718-4811; Source: Association des pharmaciens des
établissements de santé du Québec (A.P.E.S.)

Profil de l'entreprise

Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec (APES)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.