RBC maintient ses prévisions quant au retour à une croissance positive en 2009



    
    Les perspectives économiques s'améliorent tant aux Etats-Unis qu'au
    Canada
    

    TORONTO, le 15 juin /CNW/ - Après un premier trimestre dominé par de
mauvaises nouvelles économiques, des signes positifs commencent à se
manifester, selon le nouveau rapport des Services économiques RBC. Le rapport
avance qu'en dépit de la forte contraction de l'économie au premier trimestre,
l'une des plus importantes à survenir au cours d'un premier trimestre depuis
1991, il est fort probable qu'il s'agissait des pires résultats trimestriels
de la récession actuelle.
    "Il est vrai que l'économie canadienne s'est effondrée au début de 2009,
et il est probable qu'elle demeurera en récession au deuxième trimestre. Nous
croyons toutefois qu'une reprise s'amorcera plus tard cette année, a déclaré
Craig Wright, premier vice-président et économiste en chef, RBC.
L'amélioration des perspectives de croissance à l'échelle mondiale, la
faiblesse exceptionnelle des taux d'intérêt et les dépenses de relance du
gouvernement devraient faire en sorte que le Canada connaisse à nouveau une
croissance positive en 2009 et une légère reprise en 2010."
    Les indicateurs précurseurs laissent penser que la récession mondiale
s'atténue elle aussi, les récentes données suggérant une reprise plus tard
cette année. Pour ce qui est des Etats-Unis, les analystes s'attendent à ce
que les reculs marqués du PIB au quatrième trimestre de 2008 et au premier
trimestre de 2009 comptent parmi les plus importants depuis de nombreuses
années, mais certains signes encourageants commencent à se manifester. Soutenu
par la faiblesse des taux d'intérêt, par l'amélioration des conditions de
crédit et par les incitatifs fiscaux mis en place par le gouvernement, le
marché immobilier américain démontre une certaine stabilité et la confiance
des consommateurs prend du mieux, indiquant ainsi la possibilité d'un
revirement modéré de l'économie américaine d'ici le deuxième semestre de 2009.
    "Les bienfaits des mesures de stimulation monétaires et budgétaires
commencent à se faire sentir, a remarqué M. Wright. Des sommes d'argent sans
précédent sont consacrées au soutien de l'économie mondiale. Nous entendons
surveiller l'effet de ces dépenses sur les marchés de l'emploi, ainsi que sur
la confiance des ménages et des entreprises. L'ampleur de cet effet sera un
facteur déterminant pour la reprise économique."
    Le rapport de RBC prévoit que l'économie canadienne se contractera de 2,4
% cette année, notamment en raison du considérable recul de 5,4 %, en taux
annualisé, du PIB réel au premier trimestre. La croissance des salaires s'est
avérée étonnamment ferme au début de l'année, mais les revenus ont été touchés
par une forte diminution des heures travaillées, rendant le fardeau financier
encore plus lourd pour les consommateurs déjà aux prises avec un endettement
élevé et une dévalorisation de leurs actifs. Même si la confiance des
consommateurs s'est légèrement améliorée au cours des derniers mois, elle
demeurera fragile en raison de l'augmentation des pertes d'emploi (360 000 en
octobre dernier) et de la hausse du taux de chômage, qui devrait culminer à
9,2 % d'ici la fin de 2009. Le rapport prévoit que le dollar canadien, qui
affiche une reprise depuis le printemps, s'établira au niveau inférieur de la
fourchette des 85 à 92 cents US pendant le deuxième trimestre de 2009 et
atteindra le niveau supérieur de la fourchette en 2010.
    Aux Etats-Unis, la perte de 6,0 millions d'emplois depuis le début de la
récession a fait bondir le taux de chômage à 9,4 %, un sommet depuis 1983.
Autre fait inquiétant pour l'économie américaine, les gens qui ont perdu leur
emploi, comparativement aux récessions précédentes, restent sans travail
pendant plus longtemps.
    Malgré les importantes pertes d'emplois qui se sont succédé, de récentes
données suggèrent que le rythme de décroissance ralentit. De plus, les ventes
de maisons devraient augmenter grâce à l'amélioration de l'accessibilité à la
propriété suscitée par la chute des prix et par la faiblesse des taux
hypothécaires, qui s'établissent à un creux historique de 30 ans. Les dépenses
des consommateurs américains ont augmenté après six mois de déclin constant.
Selon le rapport de RBC, la demande interne continuera de s'accroître au cours
du deuxième semestre de 2009 en raison de la faiblesse des taux d'intérêt, du
raffermissement des marchés de capitaux et des mesures de stimulation
budgétaires.

    Le rapport sera disponible dans son intégralité à partir de 8 h HAE, à
l'adresse http://www.rbc.com/economie/marche/pdf/fcstf.pdf. Les perspectives
provinciales des Services économiques RBC évaluent les provinces en termes de
croissance économique, de croissance de l'emploi, de taux de chômage, de
ventes au détail et de mises en chantier.





Renseignements :

Renseignements: Craig Wright, Services économiques RBC, (416) 974-7457;
Robert Hogue, Services économiques RBC, (416) 974-6192; Raymond Chouinard,
Relations avec les médias, RBC, (514) 874-6556

Profil de l'entreprise

RBC (French)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.