Rapport du Groupe d'étude sur les politiques en matière de concurrence : un manifeste de Bay Street, selon les Métallos



    TORONTO, le 26 juin /CNW/ - Le rapport du Groupe d'étude sur les
politiques en matière de concurrence, publié aujourd'hui, n'a pas jugé utile
de tenir compte des préoccupations légitimes concernant les prises de contrôle
par des intérêts étrangers, affirme le Syndicat des Métallos.
    Au lieu de se saisir de ces préoccupations, les membres du Groupe
réclament l'élimination des quelques restrictions encore imposées par le
Canada au contrôle par des intérêts étrangers.
    "Le flux des prises de contrôle par des intérêts étrangers n'est pas
interrompu", a relevé Ken Neumann, directeur, Canada, Syndicat des Métallos.
"Neuf mois après la mise sur pied du Groupe, des éléments d'actifs canadiens
évalués à plus de 90 milliards de dollars sont passés sous le contrôle
d'investisseurs étrangers. Au lieu de s'intéresser à la question, les membres
du Groupe, qui proviennent du monde des affaires, sont repartis sur leur
dada."
    Pour faciliter l'investissement étranger, le Groupe propose d'édulcorer
les dispositions de la Loi sur Investissement Canada et de limiter son
processus d'examen aux prises de contrôle d'intérêts évaluées à plus d'un
milliard de dollars. Depuis l'entrée en vigueur de la Loi, en 1985, 12 800
prises de contrôle ont été conclues, dont 1 600 ont été examinées et
approuvées, et une seule a été bloquée. Il n'est aucunement prouvé que la Loi
actuelle dresse d'importants obstacles à l'investissement étranger.
    Le Groupe fait valoir qu'une baisse des taxes professionnelles est
nécessaire si l'on veut rendre le Canada concurrentiel à l'échelle
internationale, et réclame de nouvelles baisses de l'impôt sur les sociétés.
Or, l'impôt fédéral sur les sociétés a déjà été réduit et est passé de 29 % en
2000 à 15 % en 2012. "Le Canada est en passe de devenir un paradis fiscal", a
déclaré M. Neumann.
    Le Groupe exige "l'élimination de tous les obstacles au commerce
intérieur" sans en signaler spécifiquement un seul. En réalité, depuis 2000,
les exportations interprovinciales ont augmenté quatre fois plus rapidement
que les exportations internationales du Canada. Il ressort d'études menées par
des chercheurs universitaires que les obstacles internes coûtent moins de
0,05 % du produit intérieur brut (PIB).
    Comme si les Canadiens n'entendaient pas déjà assez parler de la supposée
nécessité de déréglementer leur économie, d'alléger le régime fiscal des
entreprises et d'éliminer les obstacles présumés, le Groupe propose la
création d'un Conseil canadien de la concurrence financé par les deniers
publics afin de continuer à favoriser les priorités du milieu canadien des
affaires. "Bay Street n'a pas besoin et ne devrait pas disposer de lobbyistes
financés par les deniers publics", a indiqué M. Neumann.
    La déclaration du Syndicat des Métallos au Groupe d'étude sur les
politiques en matière de concurrence peut être consultée à l'adresse
suivante : http://www.usw.ca/program/content/4794.php
    Des informations complémentaires sur la pseudo-affaire en faveur de
nouvelles baisses des impôts des entreprises sont accessibles à l'adresse
suivante : http://www.usw.ca/program/content/5082.php

    Le Syndicat des Métallos, syndicat le plus diversifié au Canada,
représente plus de 280 000 travailleurs et travailleuses actifs dans tous les
secteurs de l'économie canadienne.





Renseignements :

Renseignements: Ken Neumann, (416) 487-1571 ou (416) 558-2510


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.