Ralentissements et actions concertées de l'Association des pompiers de Montréal



    Le Conseil des services essentiels rend une décision favorable à la
    Ville de Montréal

    MONTREAL, le 13 nov. /CNW Telbec/ - Contrairement à ce qui est véhiculé
dans les médias, le Conseil des services essentiels a reconnu le bien-fondé de
l'ensemble des demandes de la Ville de Montréal à l'endroit des actions
concertées de l'Association des pompiers de Montréal qui affectaient la
qualité des services, voire la sécurité de la population.
    En effet, le 2 novembre dernier, la Ville de Montréal demandait au
Conseil des services essentiels d'intervenir afin de rendre les ordonnances
nécessaires quant aux nombreux ralentissements d'activités et actions
concertées de l'Association des pompiers de Montréal qui ont perturbé la bonne
marche des opérations du Service de sécurité incendie de Montréal et privé la
population de Montréal des services auxquels elle est en droit de s'attendre.
    Dans sa décision rendue publique le 11 novembre, le Conseil a donné
raison à la Ville de Montréal et a rendu les ordonnances suivantes à
l'encontre de l'Association des pompiers de Montréal.

    Caserne 65 - Arrondissement de LaSalle
    --------------------------------------

    La Ville a démontré que l'absence d'un capitaine à la caserne 65 -
arrondissement de LaSalle - a causé la mise hors service d'un véhicule de
combat des incendies abaissant ainsi la qualité de services aux citoyens.
    Le Conseil des services essentiels a donné raison à la Ville de Montréal
en concluant qu'il s'agissait d'une action concertée par l'Association des
pompiers de Montréal. L'association doit donc prendre toutes les mesures
nécessaires pour que les salariés qu'elle représente cessent de refuser, de
façon concertée, les promotions au poste de capitaine ou cessent de refuser,
de façon concertée, d'agir en heures supplémentaires en grade de capitaine.

    Les premiers répondants
    -----------------------

    La Ville a démontré que le désistement massif des pompiers de la fonction
"premiers répondants" affecte les services à la population dans le territoire
des casernes 51, 52 et 57 situées dans l'Ouest de l'Ile.
    Le Conseil, encore une fois, a donné raison à la Ville de Montréal et
conclut qu'il s'agit d'une action concertée. Il recommande aux parties de
reprendre les activités du Comité d'implantation des premiers répondants et de
continuer de façon régulière les travaux de ce comité.

    L'utilisation des appareils GPS
    -------------------------------

    La Ville a démontré que les appareils GPS (Global Positionning System)
installés sur les véhicules d'intervention sont régulièrement débranchés par
les pompiers empêchant, de ce fait, le Service d'incendie de Montréal de
connaître en tout temps la position de ses véhicules et augmentant le temps de
réponse lorsque le lieu d'un sinistre est difficile à localiser ou que le
territoire n'est pas connu du conducteur.
    Le Conseil se range derrière les arguments de la Ville et conclut qu'il
s'agit d'une action concertée. Il prend note de l'engagement de l'association
de faire cesser ces gestes illégaux.

    La répartition du personnel
    ---------------------------

    La Ville a démontré que les officiers-pompiers ne donnent pas aux chefs
des opérations la répartition du personnel avant la fin du quart de travail,
les empêchant de procéder aux ajustements à temps pour le début du nouveau
quart, causant un ralentissement dans les opérations et affectant ainsi la
qualité du service aux citoyens.
    La Ville de Montréal a reçu, une autre fois, un avis favorable du Conseil
qui souligne l'action concertée de l'association et des membres qu'elle
représente. L'association doit prendre toutes les mesures nécessaires pour que
chacun des officiers-pompiers concernés donne, de la façon usuelle et lorsque
requis, la répartition du personnel de sa caserne aux chefs répartiteurs.

    La formation et le perfectionnement
    -----------------------------------

    La Ville a démontré qu'elle n'est pas en mesure de connaître le sujet de
la formation, le nom du formateur, ainsi que les pompiers ayant suivi ou non
cette formation, comme le prescrit le formulaire prévu à cet effet. Le Conseil
est d'avis que la formation constitue un élément essentiel pour assurer la
sécurité des pompiers et celle de la population.
    Le Conseil donne à nouveau raison à la Ville en concluant qu'il s'agit
d'une action concertée qui est vraisemblablement susceptible de porter
préjudice à un service auquel la population a droit. L'association doit
prendre toutes les mesures nécessaires pour que les officiers-pompiers
informent leurs supérieurs immédiats de la formation reçue, à l'aide du
formulaire prévu à cette fin.

    Finalement, en conclusion de sa décision, le Conseil annonce que ses
ordonnances entrent immédiatement en vigueur et le demeurent jusqu'à ce qu'une
convention collective, ou ce qui en tient lieu, intervienne entre les parties.

    Rappelons que la convention collective entre la Ville de Montréal et
l'Association des pompiers de Montréal est expirée depuis le 31 décembre 2006.

    On peut se procurer une copie de cette ordonnance à l'adresse suivante :
http://www.cses.gouv.qc.ca/information




Renseignements :

Renseignements: Valérie De Gagné, Service des communications et des
relations avec les citoyens, (514) 872-6013


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.