/R E P R I S E/ - La FTQ-Construction occupe provincialement les bureaux de la Commission de la construction du Québec - "Le placement ne peut être géré par une banque de données impersonnelle et automatisée qui ne saura répondre qu'aux besoins des employeurs." - Jocelyn Dupuis, directeur général de la FTQ-Construction



    MONTREAL, le 28 mars /CNW Telbec/ - Dès 8h15 ce matin, les travailleurs
et les travailleuses de la FTQ-Construction ont envahi les bureaux de la
Commission de la construction du Québec (CCQ) partout en province pour
manifester leur opposition à l'accaparement par la Commission du placement de
la main-d'oeuvre dans l'industrie de la construction.
    La FTQ-Construction considère qu'il s'agit d'une ingérence inacceptable
dans le travail des syndicats, d'autant plus que la Commission dit avoir
élaboré son plan d'action suite à une demande du ministre du Travail, monsieur
Laurent Lessard. Alors que la CCQ peine à boucler son budget annuel et à
remplir ses mandats déjà trop nombreux pour les effectifs alloués, elle
cherche maintenant à contrôler le placement de la main d'oeuvre. Il s'agit
d'une tâche colossale dont la partie syndicale s'est pourtant toujours très
bien acquittée. Jean Lavallée, président de la FTQ-Construction, exprime son
mécontentement ainsi : "Pour la FTQ-Construction, il n'est pas question de
laisser la Commission s'immiscer dans notre travail seulement pour satisfaire
une commande politique."
    La Commission vise à élaborer un système informatique automatisé de
référence de la main-d'oeuvre à partir duquel les employeurs pourront accéder
à des listes de travailleurs et de travailleuses, au bon gré de leur
convenance : âge, ancienneté dans l'industrie, formation professionnelle,
expériences de travail antérieures et plus encore. Par le biais de son service
de l'assurance, la Commission prévoit rendre aussi disponible des informations
privilégiées pouvant s'avérer discriminatoires pour les travailleurs et les
travailleuses.
    La FTQ-Construction prétend aussi que le placement ne doit pas être
administré comme on gère une banque de données; ce sont des hommes et des
femmes aux prises avec des réalités parfois complexes, ce à quoi peut répondre
le placement syndical. Pour Jocelyn Dupuis, directeur général de la
FTQ-Construction : "Le placement ne peut être géré par une banque de données
impersonnelle et automatisée qui ne saura répondre qu'aux besoins des
employeurs. Pour nous, il apparaît très clair que ce sont les travailleurs et
les travailleuses qui seront lésés par ce système. La réalité, c'est que la
Commission cherche à s'accaparer d'un dossier pour lequel elle ne possède pas
l'expérience ni les connaissances requises.
    Par ailleurs, d'où proviendra l'argent nécessaire pour financer ce
projet? La Commission peine déjà à remplir les mandats qui lui sont accordés :
elle ne dispose que de trop peu de ressources pour l'ensemble des tâches qui
lui incombent. La Commission ira-t-elle jusqu'à couper dans les services
dispensés aux travailleurs pour remplir un commande du ministre? Est-ce que
les salariés de la construction feront les frais, puisque la CCQ est financée
en partie à même leurs cotisations, d'un système voué d'avance à l'échec?
    Richard Goyette, directeur général adjoint de la FTQ-Construction, estime
qu'il est primordial, dans l'intérêt des travailleurs, que la CCQ fasse marche
arrière dans ce dossier : "La FTQ-Construction sait d'avance que la Commission
de la construction ne pourra répondre aux impératifs que requiert le placement
et cela nous coûtera à tous beaucoup trop cher, tant monétairement que sur le
plan humain. Encore une fois, ce sont les travailleurs qui seront lésés et la
FTQ-Construction est la seule à bouger!"
    La FTQ-Construction s'oppose farouchement au projet chéri par la
Commission et, puisque la direction de la CCQ semble vouloir mener à terme son
dessein sans tenir compte de l'intérêt des travailleurs et des travailleuses
de l'industrie, la FTQ-Construction dénonce aujourd'hui haut et fort cet
affront insensé.

    La FTQ-Construction est l'association syndicale la plus représentative de
l'industrie de la construction québécoise.




Renseignements :

Renseignements: Maude Messier, FTQ-Construction, (514) 213-0770; Source:
FTQ-Construction


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.