/R E P R I S E/ - IMPORTANT - Les enseignants et l'abolition des commissions scolaires - La CSQ, la FSE et le SERQ accusent Mario Dumont de mentir et le somment de retirer ses propos



    MONTREAL, le 22 mars /CNW Telbec/ - Le président de la Centrale des
syndicats du Québec (CSQ), M. Réjean Parent, la présidente de la Fédération
des syndicats de l'enseignement (FSE), Mme Johanne Fortier et le président du
Syndicat de l'enseignement de la région de Québec (SERQ), M. Denis Simard,
accusent le chef de l'Action démocratique du Québec (ADQ), M. Mario Dumont
d'avoir menti ce matin sur les ondes de la radio de Radio-Canada à Québec en
prétendant avoir l'appui des enseignantes et des enseignants pour sa réforme.
    Lors d'une entrevue accordée à M. Claude Bernatchez, M. Dumont a déclaré
que les enseignantes et les enseignants étaient les plus grands partisans de
sa réforme visant l'abolition des commissions scolaires.
    Les trois dirigeants syndicaux qualifient cette déclaration de pur
mensonge sortant de la bouche d'un chef politique prêt à dire n'importe quoi
pour arriver à ses fins.
    "M. Dumont est très mal placé pour savoir ce que les enseignantes et les
enseignants pensent de sa réforme puisqu'il a refusé de rencontrer la Centrale
des syndicats du Québec. Qu'il refuse de nous rencontrer, c'est une chose,
mais qu'ensuite il mente en prétendant avoir notre appui, c'est autre chose.
C'est extrêmement grave et malhonnête", dénoncent MM. Parent, Simard et Mme
Fortier.

    Un trop gros mensonge

    Ceux-ci poursuivent en précisant que le mensonge est d'autant plus gros
que les enseignantes et les enseignants pensent justement le contraire.
    "La proposition du chef de l'ADQ est une totale improvisation. Plutôt que
de générer des économies comme il le prétend, c'est tout le contraire qui
risque de se produire avec l'abolition des commissions scolaires. Il y aura
surmultiplication du nombre d'administrations, ce qui accroîtra, par le fait
même, les coûts d'administration. Cela pourra également entraîner la fermeture
de plusieurs petites écoles au nom de la sacro-sainte rentabilité", prédisent
les présidences de la CSQ, de la FSE et du SERQ.

    Des excuses publiques réclamées

    Une autre sérieuse conséquence du projet du chef de l'ADQ est la
disparition d'une vision nationale de l'éducation au Québec avec un objectif
de chance égale pour toutes et tous.
    "Le remplacement des commissions scolaires par une décentralisation
éclatée n'améliorera absolument pas l'éducation nationale. Il est évident que
l'on viendra remplacer une certaine cohésion qui existe présentement par une
véritable tour de Babel où plus personne ne parlera la même langue. Sans
compter que cette multiplication de structures locales risque d'entraîner une
sérieuse réduction des ressources éducatives", expliquent MM. Parent, Simard
et Mme Fortier.
    Les présidences de la CSQ, de la FSE et du SERQ somment donc le chef de
l'ADQ de retirer ses propos immédiatement et de s'excuser envers les
enseignantes et les enseignants en ayant tenté de les impliquer hypocritement
dans ses politiques.

    Profil de la CSQ

    La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) représente 172 000 membres,
dont plus de 120 000 dans le secteur public, la grande majorité travaillant
dans le domaine de l'éducation. Elle est présente dans les secteurs de la
santé et des services sociaux, des services de garde, des loisirs, de la
culture, du communautaire et des communications.




Renseignements :

Renseignements: Claude Girard, Attaché de presse CSQ, Tél. cell.: (514)
237-4432


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.