/R E P R I S E -- Rencontre nationale sur l'adéquation formation-emploi - Pour la CSQ, il faut sortir du dernier rang/

QUÉBEC, le 12 juin 2011 /CNW Telbec/ - À quelques heures de la Rencontre nationale sur l'adéquation formation-emploi organisée par le gouvernement du Québec, la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), représentant la majorité du personnel œuvrant en formation professionnelle et technique, lance un cri d'alarme à tous les partenaires qui participeront à l'événement afin de favoriser l'émergence de solutions concrètes pour sortir le Québec du dernier rang en ce qui a trait à la formation continue liée à l'emploi.

« Nous souhaitons que cette 3Rencontre débouche sur des consensus valables de la part des partenaires pour donner le coup de barre qui s'impose en matière de formation continue. Il est urgent que le Québec quitte la dernière position au Canada et devienne le chef de file en cette matière », affirme le président de la CSQ, Réjean Parent.

Une baisse de 66 % d'inscriptions au collégial

La CSQ est aussi extrêmement préoccupée par la chute dramatique du nombre d'inscriptions en formation continue au collégial qui a diminué de 66 % depuis 1991, passant de 80 738 inscriptions à 27 788. « Nous demandons au gouvernement de revoir le principe du financement par enveloppes fermées de la formation continue, alors qu'à l'université, le financement se fait par enveloppes ouvertes. Ce qui signifie que les cégeps doivent composer avec un budget fixe, alors que les universités sont financées au nombre d'inscriptions, ce qui désavantage clairement le secteur collégial », ajoute Réjean Parent.

Des investissements supplémentaires essentiels en éducation

Alors qu'il y a un consensus clair dans la société selon lequel l'éducation doit être une priorité nationale, la Centrale syndicale demande des investissements supplémentaires en éducation, notamment pour la formation professionnelle et technique. Il faut se donner les moyens de répondre aux besoins du marché du travail pour pourvoir les 700 000 emplois disponibles au cours des prochaines années dans les entreprises. De plus, il faut ajouter que le milieu de l'éducation doit aussi s'attaquer à d'autres problématiques, que ce soit le décrochage scolaire, le taux de diplomation qui stagne depuis 20 ans et l'intégration des élèves handicapés ou en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage (EHDAA).

« Si le gouvernement et certains partenaires pensent que le Québec peut répondre aux défis de demain à coût nul ou par des réallocations de budget, ils se trompent. D'autres besoins se font sentir en éducation à bien des niveaux et la CSQ rappelle que plusieurs établissements scolaires sont déjà aux prises avec des compressions budgétaires qui risquent d'affecter les services aux élèves », indique Réjean Parent.

Le ministère de l'Éducation doit maintenir un leadership

La CSQ s'inquiète aussi du discours dominant selon lequel la formation doit répondre d'abord et avant tout aux besoins des entreprises, alors que nous sommes d'avis que cette dernière doit être aussi qualifiante pour les individus. Une bonne formation de base permet aux gens d'acquérir une bonne formation professionnelle ou technique. Cela leur permet aussi de mieux s'adapter aux changements du marché du travail, dont les changements technologiques, tout en favorisant une meilleure mobilité de la main-d'œuvre.

Cinq grands défis s'offrent au Québec

La CSQ et ses fédérations du scolaire et du collégial considèrent que le Québec doit relever cinq grands défis pour améliorer l'adéquation entre la formation et l'emploi, soit : améliorer la formation de base, accroître l'accessibilité à la formation continue, revoir l'offre de formation sur l'ensemble du territoire, valoriser la formation professionnelle et technique et fournir les conditions adéquates à la réussite.

« Nous souhaitons que la Rencontre nationale sur l'adéquation formation-emploi soit l'occasion de proposer des solutions concrètes et permette au Québec de sortir de la queue du peloton. C'est la prospérité du Québec et la productivité des entreprises qui sont en jeu », conclut Réjean Parent.

Les fédérations en éducation affiliées à la CSQ concernées dans ce dossier sont la Fédération des enseignantes et enseignants de cégep (FEC-CSQ), la Fédération du personnel professionnel des collèges (FPPC-CSQ), la Fédération des professionnelles et professionnels de l'éducation du Québec (FPPE-CSQ), la Fédération du personnel de soutien de l'enseignement supérieur (FPSES-CSQ), la Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS-CSQ) et la Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE-CSQ). La CSQ et plusieurs de ses fédérations participeront à la Rencontre nationale sur l'adéquation formation-emploi qui se déroulera les 13 et 14 juin à Québec. Avant cet événement, la CSQ tiendra une importante réunion pour faire le bilan de la tournée régionale.

Profil de la CSQ

La CSQ représente plus de 180 000 membres, dont plus de 100 000 font partie du personnel de l'éducation. Elle est l'organisation syndicale la plus importante en éducation au Québec et elle représente plus de 12 000 membres du personnel professionnel et technique. Elle siège à la Commission des partenaires du marché du travail. La CSQ est également présente dans les secteurs de la santé et des services sociaux, des services de garde, du municipal, des loisirs, de la culture, du communautaire et des communications.

SOURCE CSQ

Renseignements :

Marjolaine Perreault
Attachée de presse, CSQ
Cell. : 514 235-5082
perreault.marjolaine@csq.qc.net
twitter.com/CSQ_centrale


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.