/R E P R I S E -- Ni l'argent, ni l'amour ne sont des sujets tabous pour les Québécois/



    
    Le sondage ADP sur le jour de paie révèle que contrairement aux
    Américains, les Québécois et les Canadiens ont des ambitions plus
    modestes vis-à-vis de la richesse et qu'au travail certains parlent plus
    facilement de leur vie privée que d'autres...
    

    MONTREAL, le 8 sept. /CNW/ - Le cinquième sondage annuel d'ADP sur le
jour de paie révèle que les Québécois et les Canadiens sont nettement moins
ambitieux que les Américains en matière de richesse. Pour se sentir riches,
nos voisins du Sud estiment devoir toucher un salaire moyen de 440 000 $ par
année. Un tel sentiment de richesse coûte bien moins cher chez nous : les
Canadiens et les Québécois, malgré des taux d'imposition plus élevés, estiment
qu'un salaire annuel de 296 000 $ suffirait amplement.
    "Sur ce point, les Québécois et les Canadiens se ressemblent et ils se
distinguent des Américains, explique Jean-Pierre Collard, directeur chez ADP
Canada. Le sondage a également révélé que plus du tiers (36 %) des Canadiens
ne connaissent pas le montant exact de leur salaire annuel net, ce qui
pourrait en partie expliquer leurs ambitions plus modestes en matière de
richesse."

    
    Moins de Québécois se sentent aussi riches que ne l'étaient leurs parents

    Une faible majorité (54 %) de Canadiens déclare être plus à l'aise
financièrement que leurs parents ne l'étaient au même âge, une baisse de 5
points de pourcentage par rapport à 2005. Au Québec, cette déclaration rallie
moins de la majorité des répondants : 47 % se considèrent aussi à l'aise que
l'étaient leurs parents. Les perceptions des Canadiens varient grandement
d'une région à l'autre :
    -   Les Canadiens de l'Atlantique (69 %) et ceux de l'Alberta (68 %) sont
        les plus susceptibles d'avoir l'impression d'être plus riches que ne
        l'étaient leurs parents au même âge, soit quelque 20 % de plus que
        les répondants du Québec (47 %).
    -   Ce sont les Ontariens (20 %) qui sont les plus susceptibles de se
        considérer comme moins riches que leurs parents. Les résidents du
        Québec (18 %) et ceux de la Colombie-Britannique (18 %) suivent de
        près.
    

    L'éthique en matière de paie : les Québécois seraient-ils moins vertueux
?

    Le sondage ADP sur le jour de paie révèle aussi quelques données
intéressantes sur l'éthique en matière de paie et les tabous qui freinent les
échanges entre collègues.

    Déclarer un paiement en trop. Peu importe leurs aspirations en matière de
richesse, la majorité des Canadiens adoptent une attitude résolument honnête
en ce qui concerne leur paie, a révélé le sondage ADP. Si, par erreur, ils
recevaient un chèque de paie 50 % trop élevé, près de neuf Canadiens sur dix
(88 %) le signaleraient à leur employeur. Ce pourcentage est pratiquement
semblable dans le cas d'un versement excédentaire de 25 % ou même de 10 %
(respectivement 87 % et 81 % signaleraient le fait à leur employeur).

    
    Il faut toutefois souligner les différences suivantes :

    -   Les Québécois seraient moins portés à informer leur employeur s'ils
        recevaient, sans motif valable, un montant supérieur à leur salaire
        habituel.
    -   Les Canadiens de l'Atlantique semblent être les plus honnêtes au pays
        : quelque 95 % d'entre eux signaleraient un versement excédentaire.
    -   Les jeunes adultes (de 18 à 29 ans) seraient les moins susceptibles
        de signaler un versement excédentaire : 24 % d'entre eux ne le
        feraient pas, même s'il s'agissait d'un excédent important. Par
        ailleurs, les répondants de ce groupe d'âge sont les moins
        susceptibles de connaître leur salaire annuel net (35 %
        comparativement à une moyenne nationale de 58 %).
    

    "Heureusement pour les employeurs, ce défi d'ordre moral ne se pose pas
pour de nombreuses personnes au pays. La paie d'une personne sur cinq au
Canada est traitée par ADP. Ces personnes peuvent compter sur une paie
toujours exacte et livrée à temps. C'est d'ailleurs précisément ce souci
d'exactitude qui pousse les organisations et les entreprises de toutes tailles
à confier à ADP le traitement de la paie", a ajouté M. Collard.
    Faire preuve de discrétion. Un peu moins du quart (23 %) des Canadiens
jetteraient un coup d'oeil au chèque de paie d'un collègue s'ils pouvaient le
faire en toute impunité. Encore une fois, les Québécois se gêneraient encore
moins : 27 % d'entre eux seraient prêts à jeter un coup d'oeil furtif sur le
talon de paie d'un collègue. Dans ce cas aussi, les Canadiens de l'Atlantique
sont les plus susceptibles d'agir de manière irréprochable (seulement 14 %
d'entre eux se permettraient une telle indiscrétion). Fait intéressant, plus
on gagne de l'argent, plus on serait indiscret : les répondants qui touchent
un salaire de 100 000 $ et plus sont nettement plus susceptibles (26 %) de
jeter un coup d'oeil au chèque de paie d'un collègue que ceux gagnant moins de
15 000 $ (18 %).
    Dire la vérité, toute la vérité. L'honnêteté des Canadiens est également
mise à l'épreuve lorsque vient le temps de divulguer leur salaire. Trois
Canadiens sur quatre (76 %) diraient la vérité à un ami, mais cette proportion
baisse légèrement lorsqu'il s'agit d'un futur employeur (72 %) ou d'un
collègue (70 %). Quelque 13 % des répondants ont admis que face à un futur
employeur, ils exagéreraient leur salaire.

    Franches conversations entre collègues québécois

    Les Canadiens sont peu enclins à dévoiler les secrets de leur vie
amoureuse, mais ils font preuve d'une plus grande ouverture en ce qui concerne
leur rémunération. D'après le sondage ADP sur le jour de paie, plus de la
moitié des Canadiens (52 %) seraient prêts à révéler leur salaire, mais
seulement 21 % d'entre eux divulgueraient des détails de leur vie amoureuse.
Les Québécois sont plus à l'aise de discuter de leur salaire (57 %) et de leur
vie privée au bureau (31 %). Au Québec, les conversations sont plus souvent
teintées d'anecdotes personnelles permettant de mieux connaître ses collègues.
    "Les Québécois sont plus ouverts que les Canadiens en matière de vie
personnelle. Il n'en demeure pas moins qu'ils sont tout aussi conscients de
l'importance de protéger adéquatement les renseignements personnels relatifs à
leur paie. Les employeurs savent qu'en ayant recours aux services de
professionnels de la paie, la confidentialité des renseignements personnels
sera rigoureusement sauvegardée. C'est un avantage supplémentaire qui est très
apprécié", a indiqué M. Collard.

    Le 12 septembre est la Journée de la reconnaissance des professionnels de
la paie

    Tout le monde aime le jour de la paie, mais peu de gens pensent à
remercier les professionnels qui travaillent d'arrache-pied pour que chacun
ait son chèque à temps. C'est pourquoi ADP a désigné le 12 septembre 2008
comme étant la 5eJournée annuelle de la reconnaissance des professionnels de
la paie. Chaque semaine, les professionnels canadiens de la paie travaillent
sans relâche partout au pays pour s'assurer que les Canadiens seront payés à
temps, en tout temps. Pour souligner l'événement, ADP offre aux professionnels
de la paie du Canada la chance de gagner l'un des quatre caméscopes qui seront
tirés au hasard. Pour participer au tirage, il suffit de remplir le formulaire
à l'adresse suivante : www.adp.ca/jourdepaie
    Les résultats du sondage ADP sur le jour de paie sont publiés dans le
cadre de la Semaine nationale de la paie de l'Association canadienne de la
paie, qui a lieu du 8 au 12 septembre 2008.

    Au sujet d'ADP Canada

    Le Service aux employeurs d'ADP Canada (ADP) est le chef de file canadien
des solutions d'affaires intégrées, aidant ses 50 000 clients à accroître leur
productivité, à s'assurer qu'ils respectent les règlements, à fidéliser leurs
employés et à contrôler leurs coûts. ADP offre une gamme complète de services
et de produits d'impartition conventionnels et électroniques, comme la gestion
de la paie, des ressources humaines, des heures et des présences, de la santé
et de la sécurité au travail, ainsi que des services de consultation. ADP paie
un Canadien sur cinq. Pour de plus amples renseignements concernant ADP,
composez le 1 866 228-9675 ou consultez le site Web www.adp.ca

    Au sujet du sondage

    Résultats pour le Canada : le sondage a été mené par téléphone, du 6 au
10 août 2008, auprès de 1005 personnes. La marge d'erreur est de +/- 3,1 %, 19
fois sur 20. La marge d'erreur est plus élevée lorsqu'un échantillon plus
petit est examiné. Résultats pour les Etats-Unis (zone continentale seulement)
: le sondage a été mené par téléphone, du 7 au 10 août 2008, auprès de 1024
personnes. La marge d'erreur est de +/- 3,1 %, 19 fois sur 20. La marge
d'erreur est plus élevée lorsqu'un échantillon plus petit est examiné.





Renseignements :

Renseignements: ou pour une entrevue, veuillez communiquer avec:
Bellande Montour, Capital-Image, (514) 739-1188 poste 247,
bmontour@capital-image.com; Tina Fournier Ouellet, Capital-Image, (514)
739-1188 poste 230, tfournier-ouellet@capital-image.com


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.