/R E P R I S E -- Le FRAPRU: dans la rue depuis trente ans et pour longtemps/



    MONTREAL, le 10 sept. /CNW Telbec/ - Le Front d'action populaire en
réaménagement urbain, mieux connu sous le nom de FRAPRU, a trente ans.
L'organisme célébrera cet anniversaire en procédant demain au lancement d'une
brochure de 64 pages intitulée Dans la rue... depuis trente ans et pour
longtemps. Elle relate les faits marquants de son histoire, mais aussi de
celle, beaucoup plus longue, des luttes menées pour l'amélioration des
conditions de logement à partir de la fin du 19ième siècle.

    Né de l'opposition à la rénovation urbaine
    ------------------------------------------

    La naissance du FRAPRU en 1978 s'est inscrite dans le sillage des luttes
menées durant les années 1960 et 1970 contre les opérations de rénovation
urbaine qui ont entraîné la démolition de milliers de logements dans les
quartiers populaires de villes comme Montréal, Québec ou Hull. Pour les
comités de citoyens et de citoyennes qui se battaient, certains depuis plus
d'une décennie, afin de faire entendre leur voix, il s'agissait de se doter
d'un regroupement national à "caractère principalement revendicatif", visant
"à établir le rapport de forces qui obligera l'Etat à adopter des mesures qui
profiteront à chacun de nos quartiers".

    Priorité au logement social
    ---------------------------

    C'est à son premier congrès tenu en 1981 que le FRAPRU a décidé de
prioriser la lutte pour le logement social. Celle-ci est encore aujourd'hui au
coeur de son travail. On ne compte plus le nombre d'actions et d'interventions
que le FRAPRU a organisées depuis pour revendiquer des HLM, des coopératives
d'habitation et des logements gérés par des Organismes à but non lucratif.
    Les plus spectaculaires de ces actions ont été l'occupation en 2000 de
l'Edifice Langevin abritant les bureaux de l'ex-premier ministre du Canada,
Jean Chrétien, à Ottawa, ainsi que le squat en 2005 de Rideau Hall la
résidence officielle de la gouverneure générale, Michaelle Jean. A la fin de
juin dernier, le FRAPRU a organisé l'action la plus importante de son histoire
avec le Camp des 4 Sans (les Sans toit, les Sans l'sou, les Sans droit et les
Sans voix) qui s'est déroulé à Québec à l'occasion des Fêtes des 400 ans de la
Vieille Capitale. Le Camp a alors reçu l'appui de dizaines de personnalités
publiques et rassemblé plus de 1300 manifestants et de manifestantes.
    Selon François Saillant, coordonnateur de l'organisme depuis 1979, "après
toutes ses années de lutte, la plus grande fierté du FRAPRU est d'avoir fait
du logement social un enjeu incontournable et d'avoir contribué à ce que tous
les gouvernements qui se sont succédés à Québec, qu'ils soient libéraux ou
péquistes, continuent à en financer, contrairement à ce qui se passe ailleurs
au Canada". Il avoue du même souffle que le tort causé par le retrait du
gouvernement fédéral du financement de nouveaux logements sociaux, depuis le
1er janvier 1994, n'a jamais été réparé : "C'est, et de loin, la défaite la
plus dure que le FRAPRU ait eu à subir". Lundi le 15 septembre, l'organisme
rendra d'ailleurs public, à l'occasion des élections fédérales, un document
évaluant les pertes causées au Québec par ce retrait survenu il y a quinze
ans.

    Au front sur bien d'autres fronts
    ---------------------------------

    C'est le FRAPRU qui, en juin 2001, à quelques jours de la date fatidique
du 1er juillet, a déclenché l'alarme pour réclamer la mise en place de mesures
d'urgence pour les centaines de familles qui allaient se retrouver sans logis
en raison de la pénurie de logements locatifs. Après avoir prédit un
"1er juillet comme les autres", les autorités avaient dû se raviser pour
financer un train de mesures d'aide qui sont revenues au cours des années
suivantes et qui ont au total aidé des milliers de sans-logis.
    Le FRAPRU s'est également battu, en partie victorieusement, contre la
conversion de logements locatifs en condominiums, la saisie des chèques d'aide
sociale dans les cas de non-paiement de loyer ou les coupures dans les chèques
d'allocation-logement.
    En 1987 et 1988, il a été aux premières lignes de la très dure lutte
contre la démolition des 77 logements et chambres de l'Ilot Overdale, situé au
centre-ville de Montréal et qui, depuis 20 ans presque jour pour jour, ont
fait place à un vaste terrain de stationnement où ne subsiste que le cadavre
de la maison historique Louis Hippolyte Lafontaine. A l'été 2003, il était aux
côtés des locataires à faible revenu des sept maisonnettes de Guindonville
pour s'opposer à leur démolition par la municipalité de Val David.
    Le FRAPRU a aussi été partie prenante de plusieurs luttes sociales
majeures, que ce soit contre les reculs successifs imposés aux personnes
assistées sociales, contre les volontés de réingénierie de l'Etat du
gouvernement Charest ou pour la pleine reconnaissance des droits sociaux.
    Le FRAPRU qui avait sept groupes membres à ses débuts en compte
maintenant près de 130 dont 27 qui le représentent et sont au centre de ses
activités à Montréal, Québec, Rimouski, Laval, en Outaouais, au Saguenay, en
Montérégie, en Estrie, en Mauricie et dans Lanaudière.




Renseignements :

Renseignements: François Saillant, (514) 522-1010, (514) 919-2843
(cellulaire)

Profil de l'entreprise

Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.