/R E P R I S E -- La présidente du Conseil du trésor poursuit sa campagne de dénigrement contre les retraités et les employés de l'Etat/



    QUEBEC, le 18 juin /CNW Telbec/ - L'Association québécoise des
retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP) est outrée des
conclusions de l'étude dévoilée par le CIRANO à la demande du Conseil du
trésor. "Après le dévoilement du rapport du Comité sur l'indexation sans
l'accord des représentants des retraités, après des attaques verbales
injustifiées contre les retraités de l'Etat à l'Assemblée nationale et après
la proposition d'une motion destinée à empêcher les associations de retraités
des secteurs public et parapublic d'être entendues en commission
parlementaire, voilà que la présidente du Conseil du trésor dévoile une étude
trompeuse en souhaitant rendre illégitime le combat des retraités de l'Etat
aux yeux de la population. Cette campagne de dénigrement des retraités et des
employés de l'Etat est inacceptable. Je mets la ministre Monique Jérôme-Forget
au défi de nous entendre en commission parlementaire à ce propos", a déclaré
Mme Madelaine Michaud, présidente de l'AQRP.
    Selon l'AQRP, les conclusions de l'étude contredisent les données
pertinentes les plus récentes de la Régie des rentes du Québec (RRQ) et de la
Commission administrative des régimes de retraite et d'assurances (CARRA). En
effet, selon un rapport de la RRQ dévoilé en 2006, la rente moyenne des
personnes de 65 ans ou plus participantes à un régime de retraite d'employeur
était de 11 294 $ en 2001. Selon la CARRA, pour la même année, la rente
moyenne des personnes participantes au Régime de retraite des employés du
gouvernement et des organismes publics (RREGOP) était de 11 952 $.
Contrairement à ce que suggère l'étude du CIRANO à l'aide de données de
l'année 2005, la situation financière des retraités de l'Etat est donc
comparable à celle de l'ensemble des personnes recevant une rente d'un régime
de retraite d'employeur. "Il est absurde de laisser entendre que la situation
aurait changé radicalement en quatre ans", a ajouté Mme Michaud.
    Par ailleurs, l'étude souffre de lacunes méthodologiques importantes. A
titre d'exemple, sont exclus de l'étude les retraités dont les rentes de
retraite sont inférieures aux revenus de travail, ne considérant ainsi que les
personnes ayant les rentes les plus importantes. De plus, l'étude identifie
comme retraité du secteur public toutes les personnes ayant un revenu
provenant d'un régime des employés du gouvernement, peu importe le montant,
incluant ainsi toutes les personnes ayant préféré quitter le secteur public
pour occuper un emploi du secteur privé présentant de meilleures conditions de
retraite. Enfin, l'étude se base notamment sur les données du ministère du
Revenu et non sur celles de la CARRA, faisant en sorte d'inclure des sources
de revenus complètement étrangères à la problématique de la désindexation.
    Selon l'AQRP, la stratégie de dénigrement adoptée par la présidente du
Conseil du trésor est comparable à celle utilisée afin de rendre illégitimes
les demandes des employés des secteurs public et parapublic, par exemple dans
le dossier de la rémunération des employés de la fonction publique.
    Rappelons que les retraités des secteurs public et parapublic ont perdu
environ 1,9 milliard de dollars en raison de la désindexation de leurs régimes
de retraite. Cette réalité touche environ 187 000 personnes ayant pris leur
retraite entre 1983 et 2006. Cela correspond à une perte de pouvoir d'achat
moyenne d'environ 10 000 $ par personne retraitée.
    Les principales associations de retraités des secteurs public et
parapublic réclament notamment la correction immédiate de l'iniquité actuelle
des régimes de retraite des secteurs public et parapublic, afin que toutes les
personnes ayant accompli des années de service entre 1982 et 1999 obtiennent,
pour ces années de service, le même niveau d'indexation que pour les années de
service accomplies depuis 2000, soit au moins 50% de l'inflation. La
correction demandée viserait environ 487 000 travailleurs actuels du
gouvernement et environ 187 000 personnes retraitées .
    Selon un avis de l'actuaire-conseil de l'AQRP, la caisse du RREGOP
pourrait détenir un surplus dépassant les 6 milliards $. La présidente du
Conseil du trésor a confirmé l'existence d'une réserve de 6 milliards $ au
RREGOP, sans toutefois accepter d'appeler cela un surplus.

    Fondée en 1968 et comptant plus de 23 000 membres, l'Association
québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP) est la
principale association indépendante représentant l'ensemble des retraités des
secteurs public et parapublic au Québec.




Renseignements :

Renseignements: Mathieu Santerre, (418) 928-2608,
communication@aqrp.qc.ca; Source: AQRP


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.