/R E P R I S E -- Excuses du gouvernement canadien envers les élèves des pensionnats autochtones - L'AENQ-CSQ se réjouit et demande à Ottawa de faire un pas de plus/



    MONTREAL, le 11 juin /CNW Telbec/ - "L'Association de l'enseignement du
Nouveau-Québec (AENQ-CSQ), affiliée à la Centrale des syndicats du Québec
(CSQ), salue le geste du gouvernement du Canada qui s'est excusé, au nom de la
population canadienne, envers les élèves des pensionnats autochtones pour le
traitement qu'ils ont subi. Il ne fait aucun doute qu'il s'agit d'un pas de
plus vers la reconnaissance des faits historiques à l'origine de la situation
difficile dans laquelle se retrouvent malheureusement encore aujourd'hui les
Premières Nations du Québec."
    Le président de l'AENQ-CSQ, M. Patrick D'Astous, réagit en ces termes à
cet événement historique qui a eu lieu aujourd'hui à la Chambre des communes à
Ottawa en présence de leaders des Premières Nations.

    Nécessité d'une relation plus positive

    M. D'Astous a poursuivi en mentionnant que l'AENQ-CSQ espère que cette
volonté de réconciliation, exprimée par le gouvernement canadien, ouvrira la
voie à une relation plus positive entre les autochtones et le système scolaire
présent dans leurs communautés du Nord-du-Québec.
    "Une telle relation plus positive est d'autant plus importante que
l'espoir de ces communautés pour l'avenir repose fortement sur la réussite
scolaire des enfants et des adolescents qui fréquentent ces écoles. Il va donc
de soi que le soutien de même que les encouragements des parents et de tous
les membres de ces communautés sont essentiels pour assurer une telle
réussite. Et il faut y parvenir en dépit des sentiments négatifs fort
légitimes ressentis par plusieurs à l'égard de l'école", constate le président
de l'AENQ-CSQ.

    Un autre aveu attendu

    M. Patrick D'Astous ajoute que cette reconnaissance historique du
gouvernement canadien pour les fautes du passé doit être suivie d'un autre
aveu.
    "Les gouvernements doivent également admettre ne pas financer
adéquatement les commissions scolaires et les écoles qui fournissent les
services scolaires aux jeunes autochtones de ces communautés. Présentement, il
est faux de prétendre que les élèves amérindiens ou inuits ont droit à une
éducation de qualité équivalente à celle offerte aux élèves des communautés
allochtones. Ce n'est pas le cas et les gouvernements doivent le reconnaître
si l'on veut véritablement aider les communautés autochtones", prévient
M. D'Astous.

    Un réseau scolaire qui attend d'être mieux financé

    M. D'Astous mentionne donc que le prochain pas vers la réconciliation
pour les gouvernements doit être de s'assurer de financer adéquatement ce
réseau scolaire en tenant compte des handicaps avec lesquels il doit composer,
dont les tristes conséquences sociales héritées de l'époque des pensionnats.
    "L'heure de la vérité a sonné. Le gouvernement canadien a reconnu qu'il y
avait une réelle volonté d'assimilation. Il prétend aujourd'hui vouloir
s'amender. Alors si nous sommes vraiment rendus au temps de la guérison, ce
moment doit passer par l'espoir. L'espoir d'avoir des chances égales à
l'éducation dans ce nouveau village global, et ce malgré ce passé tourmenté",
conclut le président de l'AENQ-CSQ, M. Patrick D'Astous.

    Profil de l'AENQ :

    L'Association de l'enseignement du Nouveau-Québec, affiliée à la CSQ,
regroupe plus de 1300 membres. Elle représente les enseignantes, les
enseignants et le personnel de soutien des commissions scolaires Kativik et
Crie.




Renseignements :

Renseignements: Claude Girard, Agent d'information CSQ, cell.: (514)
237-4432


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.