/R E P R I S E -- Budget de l'arrondissement de Rivière-des-Prairies—Pointe-aux-Trembles - Une juste compensation pour le développement ou un ralentissement des mises en chantier : le maire de Montréal doit choisir/

MONTRÉAL, le 21 sept. 2011 /CNW Telbec/ - La mairesse de l'arrondissement de Rivière-des-Prairies—Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau, dénonce les conditions budgétaires imposées à son arrondissement pour l'année 2012. Celle-ci annonce que son arrondissement, parmi les plus dynamiques à Montréal depuis 10 ans en matière développement résidentiel, sera contraint de ralentir la mise en chantier de nouveaux secteurs résidentiels si des compensations budgétaires justes et récurrentes ne sont pas versées par la Ville de Montréal.

« Le maire de Montréal doit choisir. Soit il nous donne les moyens de poursuivre le développement sans que les services aux citoyens soient affectés, soit nous ralentirons, par respect pour nos contribuables, les futurs développements. Si c'est le cas, il en sera le seul responsable » affirme la mairesse Rouleau.

« Le développement de nouveaux secteurs résidentiels est extrêmement profitable pour la Ville de Montréal, mais extrêmement coûteux pour notre arrondissement. Dans l'état actuel des choses, ce sont les services aux citoyens qui écopent. Nous sommes pris à la gorge ! » a poursuivi la mairesse Rouleau, qui estime que les compensations versées par la ville de Montréal doivent augmenter de 500 000 $ à chaque année au cours des dix prochaines années pour soutenir le développement résidentiel prévu.

Rappelons qu'il y a un potentiel de près de 5000 unités résidentielles à construire sur le territoire de l'arrondissement pour les dix prochaines années, avec notamment le développement des quartiers autour des trois gares du Train de l'Est.

Un développement accéléré, des compensations insuffisantes

Depuis 2005, l'arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, a développé 2593 nouvelles unités de logement. À cela, se sont ajoutés 15 km de rues, 20 km de trottoirs, cinq nouveaux parcs et une augmentation importante de la demande pour les services de proximité, en loisir et en culture notamment.

« Notre territoire bâti s'étend, les salaires de nos employés augmentent, nous devons absorber une augmentation de la taxe de vente de 1 % avec la même enveloppe. Or, toute proportion gardée, notre budget de fonctionnement demeure sensiblement le même depuis la création de l'arrondissement en 2002» dénonce Chantal Rouleau.

En 2012, les revenus supplémentaires apportés à la Ville de Montréal par les nouvelles résidences s'élèvent à 931 938 $. L'arrondissement n'a cependant touché que 278 212 $ à titre de compensation via le Fonds de développement.

« Il est vrai que les versements du Fonds étaient supérieurs en 2009 et 2010, mais à chaque fois, la Ville est venue reprendre en cours d'année ce qui était octroyé avec les coupures du « Plan de redressement » » précise Chantale Rouleau.

Cette iniquité dans la dotation s'ajoute à la configuration unique à Montréal de l'arrondissement qui, avec une superficie de 42,2 km2, se développe avec une densité inférieure à celle des autres arrondissements. « Nos coûts d'opération sont plus élevés que partout ailleurs : le temps pour que nos cols bleus effectuent leurs tâches est plus grand en raison des distances, nous devons acheter plus de matériel pour le déneigement, la collecte des ordures et du recyclage et l'entretien des rues et nous devons payer plus pour le carburant. Cela n'est pris en considération d'aucune façon » résume la mairesse.

Développer Montréal, un choix politique

Pour résoudre cette impasse, la mairesse Rouleau propose deux solutions au maire de Montréal :

  1. D'activer l'article 85,4 de la Charte de la Ville de Montréal prévoyant de remettre 50 % des entrées fiscales de toute nouvelle construction pendant une période de 10 ans aux arrondissements. En fonction du rythme actuel du développement, les compensations annuelles versées à l'arrondissement augmenteraient ainsi de 500 000 $ chaque année.

  2. Rétablir le montant de transfert du fonds de développement à son niveau de 2008, soit 15 millions. Pour 2012, le fonds de développement a atteint un creux historique de 3,5 millions que se partagent 19 arrondissements. Rivière-des-Prairies—Pointe-aux-Trembles recevra la somme dérisoire de 278 212 $ en 2012.

Soulignons que l'ancien maire de l'arrondissement, M. Cosmo Maciocia, a tiré la sonnette d'alarme à deux reprises en interpellant formellement Gérald Tremblay en 2003 et 2006 au sujet de la précarité budgétaire engendrée par le développement résidentiel. Les rapports confidentiels insistaient alors sur « la fragilité budgétaire » de l'arrondissement et « l'urgence d'un redressement ».

SOURCE VILLE DE MONTREAL - ARRONDISSEMENT RIVIERES-DES-PRAIRIES - POINTE-AUX-TREMBLES

Renseignements :

Marc-Antoine Pouliot
Cabinet de la mairie
514-592-6860

Profil de l'entreprise

VILLE DE MONTREAL - ARRONDISSEMENT RIVIERES-DES-PRAIRIES - POINTE-AUX-TREMBLES

Renseignements sur cet organisme

COMMUNIQUES MONTREAL

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.