Québec vient au secours des personnes atteintes de cancer colorectal en approuvant l'Avastin



    MONTREAL, le 2 oct. /CNW/ - L'Association canadienne du cancer colorectal
(ACCC) se réjouit que le ministre de la Santé du Québec, M. Philippe
Couillard, ait récemment décider d'approuver Avastin (bevacizumab) pour les
Québécois qui sont aux prises avec cette maladie.
    "Pour bon nombre des personnes qui sont aux prises avec un cancer
colorectal à un stade avancé, l'accès à Avastin représente un espoir réel de
prolonger leur vie. Dans certains cas, ce médicament peut permettre une
rémission à long terme, voire une guérison lorsqu'il est conjugué à une
chirurgie", explique Barry D. Stein, président de l'ACCC.
    "Assurer aux Canadiens atteints de cancer colorectal un accès égal et en
temps opportun à des médicaments efficaces demeure l'un des principaux
objectifs de notre Association. En prenant cette décision, le Québec se joint
aux deux seules provinces (la Colombie-Britannique et Terre-Neuve) qui avaient
jusqu'à maintenant décidé d'approuver Avastin. Il a été démontré que ce
médicament donne de bons résultats, et les provinces qui ne l'ont pas encore
approuvé mettent en danger la vie de leurs résidents qui sont aux prises avec
cette maladie et ont besoin d'un traitement conforme aux lignes directrices en
la matière", d'ajouter M. Stein.
    Grâce à l'approbation d'Avastin, tous les Québécois atteints de cancer
colorectal qui n'avaient pas les moyens de l'acheter ont maintenant un accès
égal à ce médicament. Ainsi, ceux qui devaient renoncer à ce traitement pour
des raisons financières pourront maintenant se procurer de l'Avastin. Avant
cette approbation, un seul établissement de santé québécois, à savoir le
Centre du cancer Segal de l'Hôpital général juif de Montréal, offrait
systématiquement aux personnes atteintes la possibilité de se faire traiter
avec ce médicament.
    "Malgré le coût élevé du médicament compte tenu du budget consacré aux
médicaments par l'hôpital, les données cliniques en faveur de son utilisation
étaient probantes; c'était la chose à faire", précise le Dr Gerald Batist,
directeur du Centre Segal et du département d'oncologie de l'Université
McGill.
    "Nous sommes très heureux de collaborer avec nos collègues de partout au
Québec afin de tirer profit de leur expérience en ce qui a trait à l'Avastin
et les faire profiter de la nôtre. L'un des facteurs déterminant dans le cadre
du processus d'approbation a été la participation de cliniciens à l'évaluation
du médicament", déclare le Dr Batist.
    Avastin est maintenant approuvé au Québec pour le traitement de première
et deuxième ligne du cancer colorectal métastatique, le traitement continuant
jusqu'à ce que la maladie progresse de nouveau. "Même si la partie n'est pas
encore tout à fait gagnée en ce qui concerne un accèscomplet, nous croyons que
cette décision aidera les patients qui ont le plus besoin du médicament et
chez qui celui-ci a les effets les plus favorables", d'affirmer M. Stein.
    La prévention primaire et le dépistage demeurent prioritaires pour
l'ACCC. Dans un effort pour sensibiliser les membres de l'Assemblée nationale
du Québec à cette question, tant sur le plan personnel qu'au point de vue
social, elle a organisé, le 30 octobre prochain, au restaurant de l'Assemblée,
un déjeuner à l'occasion duquel deux médecins spécialistes du sujet, soit le
Dr Victor Plourde et le Dr Félix Couture, donneront une séance d'information
sur le cancer colorectal et le traitement de cette maladie.
    "Maintenant que Québec a reconnu l'importance de traiter les personnes
atteintes de cancer colorectal avec les médicaments les plus efficaces, il
doit immédiatement se centrer sur la prévention en faisant la promotion de
l'exercice physique et d'une saine alimentation ainsi qu'en instaurant un
programme de dépistage de cette maladie pour l'ensemble de sa population",
d'expliquer M. Stein.
    Trois autres provinces canadiennes (l'Ontario, le Manitoba et l'Alberta)
emboîtent le pas et mettent en oeuvre de tels programmes. En
Colombie-Britannique, le programme n'attend que l'approbation du ministre de
la Santé, et en Nouvelle-Ecosse, on prévoit établir sous peu un tel programme.
    L'ACCC réclame depuis plusieurs années l'instauration d'un programme de
dépistage au Québec. Afin d'attirer l'attention du public sur cette question
importante, elle a mené dans cette province (à la radio, à la télévision et
dans la presse écrite) une campagne de sensibilisation à laquelle ont
participé le regretté George Thurston (Boule noire) ainsi que d'autres
personnalités québécoises connues, dont Gilles Renaud.

    NOTES A L'INTENTION DES REDACTEURS EN CHEF

    A propos du cancer colorectal

    Le cancer colorectal - cancer du côlon ou du rectum - est la deuxième
cause de décès par cancer, tant chez les hommes que chez les femmes. Cette
maladie devance le cancer du sein et celui de la prostate au chapitre de la
mortalité causée et occupe le deuxième rang, après le cancer du poumon, quant
au nombre de décès par cancer.
    Même s'il est évitable, environ 20 800 Canadiens (5 400 au Québec) seront
diagnostiqués cette année, et on estime à 8 700 (2 400 au Québec) le nombre de
victimes. Tous les ans au Canada, un nombre à peu près égal d'hommes et de
femmes apprennent qu'ils sont atteints de cette maladie. En moyenne, 385
personnes recevront chaque semaine un diagnostic de cancer colorectal, et 163
personnes par semaine succomberont à cette maladie.
    Au Canada, 385 personnes par semaine en moyenne apprendront qu'elles ont
le cancer colorectal, et 165 en mourront. D'après les prévisions, un homme sur
14 et une femme sur 16 devront faire face à cette maladie au cours de leur
vie, et cette dernière emportera un homme sur 28 et une femme sur 31.

    A propos de l'ACCC

    L'Association canadienne du cancer colorectal (ACCC) est une organisation
sans but lucratif dont la mission est de sensibiliser et d'informer les
Canadiens au sujet du cancer colorectal, de soutenir les personnes atteintes
et leur famille, et de plaider en faveur d'une politique nationale de
dépistage et d'un accès aux traitements et aux tests diagnostiques.
    Si vous voulez obtenir de plus amples renseignements ou devenir bénévole
à l'Association, consultez son site Web(www.colorectal-cancer.ca) ou appelez
au numéro sans frais 1.877.50COLON (26566), au 514-875-7745 ou au
416-920-4333.





Renseignements :

Renseignements: Pour obtenir de l'information ou demander une entrevue
avec une personne atteinte de cancer colorectal ou un médecin, veuillez
communiquer avec Barry D. Stein, de l'Association canadienne du cancer
colorectal, au (514) 944-0200 (cellulaire), au (514) 875-7899 ou au (514)
875-7745, ou encore par courriel (barrys@colorectal-cancer.ca)

Profil de l'entreprise

Association canadienne du cancer colorectal

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.