Quatre organismes réclament une politique gouvernementale contre les abus et la maltraitance envers les personnes aînées



    MONTREAL, le 21 nov. /CNW Telbec/ - Devant l'ampleur et la gravité du
problème des abus envers les personnes aînées, quatre organismes oeuvrant
auprès de cette clientèle réclament une action prioritaire et concertée de
l'ensemble des acteurs gouvernementaux concernés. L'Association québécoise de
défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (AQDR),
l'Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic
(AQRP), l'Ordre professionnel des travailleurs sociaux du Québec (OPTSQ) et le
Réseau québécois pour contrer les abus envers les aînés (RQCAA) demandent
conjointement au gouvernement du Québec de préparer et de mettre en oeuvre le
plus rapidement possible une politique gouvernementale contre les abus et la
maltraitance envers les personnes aînées.
    "Les aînés sont concernés par l'ensemble des secteurs d'activités
socioéconomiques de même que par l'ensemble des politiques publiques dont le
revenu, le logement, la santé, la sécurité publique, etc. Une politique
gouvernementale interministérielle pourrait permettre une plus grande
harmonisation des diverses actions du gouvernement utiles à l'Etat comme aux
personnes aînées du Québec, et par conséquent à l'ensemble de la société
québécoise", a déclaré M. Norbert Rodrigue, président de l'AQDR.
    "Trop de personnes aînées subissent en silence les abus dont elles sont
les victimes. Il existe clairement un champ d'intervention gouvernementale
qu'il est urgent d'occuper, dans le meilleur intérêt du million de personnes
aînées que compte le Québec. Tous les secteurs du gouvernement doivent donc
être mobilisés afin de mieux protéger les personnes aînées, dans le respect de
leurs droits", a ajouté le président de l'AQRP, M. Roger Bellavance.
    "L'Ordre professionnel des travailleurs sociaux du Québec et ses 7 000
membres appuient l'idée d'une politique gouvernementale contre la violence aux
aînés, laquelle affirmerait clairement que les personnes aînées sont des
citoyens à part entière et que les programmes, les services et les soins
soient organisés de façon à leur permettre de vivre la vie qu'ils souhaitent
vivre, non pas la vie que l'on pense être bonne pour elles. L'OPTSQ propose
notamment que l'ensemble des intervenants et des professionnels qui oeuvrent
auprès des personnes âgées reconnaissent formellement que les abus de toutes
sortes, les situations de manque de respect face aux aînés et à leur dignité
ne soient plus tolérées et même dénoncées", a soutenu M. Claude Leblond,
président de l'OPTSQ.
    "Quand on traduit le fait que 80% des cas d'abus ne seraient jamais
signalés au Québec, cela pourrait représenter 750 000 personnes aînées
victimes d'abus annuellement. Ne pas agir à l'encontre de ce fléau nous rend
complice comme société et fait en sorte que nous contribuons à perpétuer
l'abus et la maltraitance envers nos aînés. Nous ne sommes pas encore en
mesure d'offrir tout le support et l'accompagnement nécessaires aux aînés
victimes de violence. Il est temps d'un engagement gouvernemental pour y
remédier", a conclu Mme Hélène Wavroch, directrice générale du RQCAA.
    Par ailleurs, d'autres organismes appuient cette demande, dont la Chambre
des notaires du Québec. "Pour nous, il est clair qu'il faut agir et identifier
une mesure gouvernementale concrète qui veillera à l'intérêt et au respect de
l'autonomie des personnes aînés", affirme pour sa part le président de la
Chambre des notaires du Québec, Me Denis Marsolais.
    Un appui est également venu de l'Ordre des infirmières et infirmiers du
Québec (OIIQ). "Nous mesurons les valeurs d'une société à sa façon de traiter
les personnes âgées", déclare Mme Gyslaine Desrosiers, présidente de l'OIIQ.
"Il est temps en effet de prendre tous les moyens pour garantir leur dignité",
de poursuivre Mme Desrosiers.
    Selon le RQCAA, annuellement, plus de 150 000 aînés sont victimes
d'abus :

    - 42 000 sont exploités financièrement ;
    - 40 000 subissent de la violence psychologique ;
    - 25 000 sont assujettis à la violence physique ;
    - 3 000 sont violentés sexuellement.

    80% des cas d'abus ne seraient jamais signalés.

    Rappelons le témoignage de la curatrice publique, Diane Lavallée, lors de
la récente consultation sur les conditions de vie des personnes aînées : "Au
Curateur public, nous traitons annuellement plus de 250 signalements
concernant des personnes aînées inaptes ou soupçonnées d'inaptitude. Nous
pouvons agir auprès de ces personnes vulnérables mais nous ne pouvons le faire
seul. Une mobilisation de tous les acteurs concernés est donc nécessaire pour
nous assurer, en tant que société, de la qualité de vie de nos concitoyens
plus vulnérables et de leur reconnaissance en tant qu'individus."

    A propos de...

    L'AQDR a pour mission officielle la défense collective des droits des
personnes de 50 ans et plus. Les activités sociopolitiques constituent les
démarches fondamentales de l'Association et les prises de position de l'AQDR
s'inscrivent dans toutes les problématiques qui concernent ces personnes.
    Fondée en 1968 et comptant plus de 23 000 membres, l'AQRP est la
principale association indépendante représentant l'ensemble des retraités des
secteurs public et parapublic au Québec. L'AQRP se distingue également par son
implication citoyenne en faveur des enjeux qui touchent toutes les personnes
aînées du Québec.

    L'Ordre professionnel des travailleurs sociaux du Québec a pour mission
de s'assurer de la qualité de l'acte professionnel de ses membres, de
favoriser le maintien et le développement de leur compétence, de promouvoir
activement les mesures visant l'équité entre les citoyens. L'OPTSQ regroupe
plus de 7 000 travailleurs sociaux et thérapeutes conjugaux et familiaux qui
interviennent au quotidien auprès des personnes, des familles et des groupes
vulnérables au plan socioéconomique.

    Le RQCAA (Réseau québécois pour contrer les abus envers les aînés)
rassemble plus de 800 aînés et intervenants du milieu de la santé, juridique,
financier et gouvernemental qui partagent leur expertise et outils en matière
de dépistage, d'intervention et de prévention des abus envers les aînés. Forum
d'échange et d'information, le RQCAA tente par ses actions de briser le mur du
silence et d'atténuer les abus envers les aînés.

    Créée en 1847, la Chambre des notaires du Québec (CNQ) est un ordre
professionnel qui a pour mission principale d'assurer la protection du public.
A cette fin, la CNQ supervise la formation et l'admission des candidats au
notariat et contrôle l'exercice de la profession. La CNQ voit également au
développement professionnel des notaires en mettant à la disposition de ses
membres divers services d'information, de documentation, de recherche et de
formation. On compte quelque 3 300 notaires en exercice au Québec.




Renseignements :

Renseignements: Mathieu Santerre, (418) 928-2608,
communication@aqrp.qc.ca; Sources : AQDR, AQRP, OPTSQ et RQCAA


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.