Publication d'un rapport international de Greenpeace sur la prolifération des algues - Zones mortes: Comment les engrais agricoles tuent nos rivières, lacs et océans



    MONTREAL, le 8 juill. /CNW Telbec/ - Un nouveau rapport international de
Greenpeace démontre comment les engrais agricoles génèrent des éclosions
nuisibles d'algues causant des zones mortes qui tuent nos rivières, lacs et
océans. Greenpeace fait l'état dans ce rapport de la prolifération des algues
dans le monde et recommande 11 mesures pour renverser la tendance. Une large
place est faite au Canada et au Québec dans ce rapport. Ainsi, on peut y lire
qu'au Québec, l'éclosion record d'algues dans les lacs et cours d'eau durant
l'été 2007 provenait principalement du ruissellement des engrais agricoles et
en particulier du phosphore provenant du lisier de bétail.
    "Malgré les démentis répétés, l'été passé, de Québec et de l'UPA au sujet
du rôle principal de l'agriculture industrielle dans la prolifération des
algues bleues, il est évident à la lecture de ce rapport international que la
cause première est et demeure encore la surutilisation des engrais et
notamment du lisier", affirme Eric Darier, responsable de la campagne
Agriculture de Greenpeace au Québec. "Au lieu de censurer l'information sur la
présence d'algues bleues dans les lacs, le gouvernement Charest ferait mieux
d'agir en mettant en place une agriculture vraiment écologiquement durable".
    L'utilisation excessive d'engrais par l'agriculture industrielle fournit
des nutriants aux algues, ce qui contribue à l'éclosion d'algues dans les
cours d'eau, constate-t-on dans ce rapport. En grand nombre, les algues
privent d'oxygène les autres formes de vie aquatiques et facilitent la
multiplication de bactéries qui peuvent rendre les eaux dangereuses pour les
humains. Les éclosions d'algues ont également des impacts négatifs sur les
pêches et la biodiversité et transforment parfois des plages en zones toxiques
interdites.
    Selon Greenpeace, la source la plus rapide d'augmentation d'azote au
Canada provient de l'agriculture. Depuis qu'il existe des données,
l'utilisation d'engrais azotés a été multipliée par 75 depuis 1950. "Il faut
se rappeler qu'au Canada, le secteur agricole est encore responsable d'environ
82 % de la pollution au phosphore et de 49 % de la pollution directe à
l'azote, principalement à cause du ruissellement des engrais et de l'élevage
des animaux", ajoute Eric Darier. "Si on ajoute à cela les sources indirectes
de pollution à l'azote comme les retombées de gaz agricoles comme l'ammoniac
et les oxydes d'azote, la part de l'agriculture représente 80 % de toute la
pollution à l'azote au pays".
    Le lancement du rapport de Greenpeace a lieu alors que s'amorce la
réunion annuelle, à Québec, des ministres de l'agriculture du fédéral et des
provinces. Les ministres étudieront notamment un projet de politique agricole,
intitulé Cultivons l'avenir, qui fait la promotion d'une agriculture
industrielle basée sur le pétrole et ignore les problèmes environnementaux
causés par l'agriculture. Greenpeace exige que les ministres de l'Agriculture
au fédéral et au Québec adoptent des mesures concrètes pour limiter le
ruissellement des engrais agricoles et renverser l'expansion des zones mortes
dans les rivières, lacs et océans.
    Jusqu'à présent, les gouvernements fédéral et du Québec n'ont pris que
des mesures marginales pour contrer les éclosions d'algues. La réglementation
des détergents pour les lave-vaisselles à partir de 2010 ne résoudra
qu'environ 1 % du problème. Ce sont les grands pollueurs dans l'agriculture
industrielle et les élevages, qui devraient être l'objet d'attention
principale de la part des gouvernements. Greenpeace recommande en particulier
d'éliminer le ruissellement des engrais en minimisant l'usage excessif
d'engrais, d'éviter de laisser les terres à nu, de restaurer la végétation le
long des cours d'eau et de financer la recherche pour comprendre les impacts
des nutriants sur la prolifération des zones mortes.
    Le rapport de Greenpeace fait aussi écho à plusieurs rapports, notamment
un document des Nations Unies et de la Banque Mondiale, rendu public en avril
dernier, sur l'évaluation internationale des connaissances, des sciences et
des technologies agricoles (AKST
(http://www.agassessment.org/index.cfm?Page=About_IAASTD&ItemID=2)). Ce
rapport produit par 400 experts et scientifiques provenant du monde entier
avait pour objectif d'établir une base de référence d'évaluation pour une
agriculture écologiquement durable. "Cinquante-sept pays ont signé ce rapport,
mais le gouvernement Harper l'a dédaigné et ne l'a pas adopté", reprend Eric
Darier.




Renseignements :

Renseignements: Jocelyn Desjardins, Communication - Greenpeace, (514)
212-5749; Eric Darier, responsable de la campagne Agriculture - Greenpeace,
(514) 605-6497; www.greenpeace.ca

Profil de l'entreprise

Greenpeace

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.