Publication des résultats de six études - L'acquisition des compétences de base en mathématiques et en lecture avant l'entrée en maternelle augmente les chances de réussite scolaire



    MONTREAL, le 14 nov. /CNW Telbec/ - Selon les chercheurs qui ont
récemment rendu publics les résultats de six études menées conjointement dans
trois pays différents, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et le Canada,
l'acquisition des compétences de base en mathématiques et en lecture avant
l'entrée en maternelle augmente les chances de réussite scolaire, même chez
les enfants présentant des problèmes de comportement. Les chercheurs ont
constaté que les enfants ayant développé des habiletés reliées à l'attention
avaient également plus de chances de réussite.
    Les résultats de ces six études réalisées auprès de 36 000 enfants d'âge
préscolaire et auxquelles a participé Linda Pagani, chercheuse au Centre de
recherche du CHU Sainte-Justine et chercheuse principale de l'étude au Canada,
sont publiés cette semaine dans un article du numéro de novembre de
Developmental Psychology, une revue de l'American Psychological Association
(APA)
    Pour la première fois, des chercheurs ont comparé les résultats de six
études longitudinales menées à grande échelle auprès de quatre groupes
d'enfants américains, un groupe d'enfants canadiens et un groupe d'enfants de
Grande Bretagne. Le but de ces travaux était de déterminer parmi les habiletés
et comportements déjà acquis ceux qui sont le plus prédictibles de la réussite
scolaire, lors de l'entrée à l'école. Les capacités cognitives ainsi que les
caractéristiques socio-démographiques de ces enfants préscolaires ont été
gardées constantes afin d'éliminer leurs influences.
    Dans le cadre de cette méta-analyse des résultats, l'économiste Greg J.
Duncan, PhD, de Northwestern University, et onze (11) co-auteurs, dont le
Dr Linda Pagani, ont montré que la maîtrise des connaissances informelles des
concepts mathématiques fondamentaux tels que la connaissance des nombres et la
compréhension de l'ordre des nombres constituent le meilleur indicateur de la
réussite scolaire ultérieure. La maîtrise des préalables à la lecture
(vocabulaire, connaissance des lettres et compréhension de la phonétique)
figurait ensuite comme second indicateur de la réussite future.
    Les habiletés d'attention dont la capacité de l'enfant de se concentrer
pendant l'exécution d'une tache et d'être motivé pour l'apprentissage,
contribuaient également à la réussite ultérieure. Chose étonnante, les
problèmes d'entente avec des camarades de classe, des comportements agressifs
et perturbateurs ou des sentiments de tristesse ou des états de repli sur soi
n'avaient pas d'impact négatif sur l'apprentissage futur. Les habiletés et les
comportements ayant trait à la préparation pour l'école ont été mesurés
lorsque les enfants sont entrés à l'école (à l'âge de 5 ans environ). La
réussite scolaire ultérieure a été mesurée entre les âges de 7 et de 14 ans.
    Les chercheurs précisent que leurs études ont été menées auprès de
populations générales et que les enfants ayant été diagnostiqués comme
souffrant de problèmes chroniques risquent de ne pas se conformer à ces
tendances.

    L'étonnement des chercheurs

    Les chercheurs ont été étonnés de constater qu'il n'y avait pas
d'association entre les comportements sociaux et émotifs et l'apprentissage
ultérieur, pas plus que les facteurs sociodémographiques ou familiaux. Selon
les chercheurs, les enseignants peuvent certainement s'assurer que les
comportements problématiques d'un enfant n'affectent pas sa performance, mais
leur équipe n'a pas été capable d'évaluer l'effet de ces comportements sur
l'apprentissage de ses camarades. "Très certainement, l'encadrement fourni par
les enseignants, l'expérience scolaire et la maturité des enfants jouent
également un rôle" a commenté le Dr Pagani.
    Ces résultats correspondent aux recommandations formulées par des groupes
d'experts, composés de professionnels en compétences précoces en mathématiques
et en lecture, visant à renforcer la stimulation des préalables en
mathématiques et en lecture pendant les années préscolaires, notamment dans
les milieux de garde ou dans la vie quotidienne. Toutefois ces apprentissages
de base doivent être faits par des moyens informels, particulièrement par le
jeu, et surtout pas par la pratique et la répétition.

    Le Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine est le plus grand
centre mère-enfant au Canada. Il compte 450 lits, enregistre 19 000 admissions
annuellement et accueille 260 000 patients en clinique externe, dont 65 000 à
l'urgence. Plus de 4 000 employés composent ses effectifs. Il est l'un des
quatre plus importants centres pédiatriques en Amérique. Associé à
l'Université de Montréal, le CHU Sainte-Justine est de loin le plus grand
centre de formation en pédiatrie au Québec et un leader au Canada. Il
accueille chaque année environ 4 000 étudiants. Le rayonnement international
du CHU Sainte Justine et de son centre de recherche est considérable. Le CHU
Sainte-Justine célèbre son centenaire en 2007.




Renseignements :

Renseignements: Le Dr Linda S. Pagani est disponible pour des entrevues.
Veuillez communiquer avec le service des communications du CHU
Sainte-Justine.; Pour informations: Chantal Huot, CHU Sainte-Justine, (514)
345-7707 ou 4663; Source: CHU Sainte-Justine

Profil de l'entreprise

Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.