Protection des sources des journalistes: le cas de "Ma Chouette" est alarmant



    MONTREAL, le 17 févr. /CNW Telbec/ - La Fédération professionnelle des
journalistes du Québec s'alarme des manoeuvres qui se multiplient en ce moment
devant les tribunaux québécois pour identifier "Ma chouette" nom de code de la
source confidentielle du journaliste Daniel Leblanc du Globe & Mail.
    Ce journaliste est celui qui a mis à jour l'énorme scandale des
commandites au gouvernement fédéral. Son intérêt public a été si considérable
que, depuis 2002, il a donné lieu à 91 321 articles de journaux et à 403 119
mentions dans les stations de radio et de télévision du Canada selon les
données d'Influence Communications.
    Le Groupe Polygone (aujourd'hui Malcom Media) est poursuivi par le
gouvernement du Canada qui entend récupérer des sommes qui lui ont été versées
dans le cadre du programme des commandites. Polygone se défend en prétendant
que le délai de prescription est écoulé. Pour le prouver, Polygone veut savoir
qui est la source confidentielle du journaliste, voulant démontrer, si la
source est haut placée dans la hiérarchie gouvernementale, que le gouvernement
était au courant depuis longtemps et qu'il aurait pu poursuivre à l'intérieur
du délai de prescription.
    Pour identifier la source, Polygone a usé, avec l'autorisation de la Cour
supérieure du Québec, d'une tactique qui menace sérieusement l'intérêt public.
    Au lieu d'en débattre en cour, et d'affronter les objections légitimes du
journal, les avocats du gouvernement et Polygone ont convenu le 8 septembre
dernier "de faire une liste de 22 personnes, toutes, sauf trois, employés
fédéraux, afin de répondre par écrit et confidentiellement à trois questions
dont l'une est "Etes-vous la personne identifiée dans ledit livre ("Ma
Chouette" de Daniel Leblanc ndlr) sous le nom de code Ma Chouette?" Il était
ordonné aux 22 personnes interrogées de n'en parler à personne.
    La FPJQ s'insurge contre les tentatives qui durent depuis deux ans et qui
se poursuivent ces jours-ci d'identifier une source confidentielle dont
l'action a été salutaire pour la démocratie et les citoyens du pays.
    Deux facettes de l'intérêt public s'opposent ici, l'une qui veut que la
justice doive s'exercer pleinement en s'appuyant sur toutes les preuves
disponibles et l'autre, le droit du public à l'information, qui exige que les
sources puissent parler confidentiellement aux journalistes sans craindre de
représailles.
    Si l'identité de "Ma Chouette" devait être révélée, ce serait un
avertissement terrible envoyé à tous les membres de la fonction publique : ne
dites plus rien, taisez les scandales dont vous êtes témoins car votre
identité pourra être révélée en cour et votre carrière se terminera là.
    Les quelques millions en jeu dans l'affaire Polygone sont clairement
moins importants que la possibilité de garantir aux fonctionnaires la
possibilité de révéler les malversations de l'Etat. La protection de
l'identité des sources est, dans ce cas-ci, une manière de garantir une plus
grande transparence de la chose publique et une meilleure qualité de vie
démocratique. Ce n'est pas un privilège pour les journalistes.
    La FPJQ croit plus que jamais qu'il faut une loi pour assurer la
protection des sources des journalistes, comme celle que le député bloquiste
Serge Ménard a piloté jusqu'en 2e lecture l'an dernier. Sans une telle loi,
les sources confidentielles resteront toujours à la merci d'avocats zélés et
de juges qui comprennent parfois mal cette autre facette de l'intérêt public
que sont la liberté de presse et le droit du public à l'information.




Renseignements :

Renseignements: François Bourque, président, FPJQ, (418) 686-3394; FPJQ
(514) 522-6142

Profil de l'entreprise

Fédération professionnelle des journalistes du Québec

Renseignements sur cet organisme

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.