Projet de loi sur l'eau du gouvernement Charest - PLAGIAT!



    QUEBEC, le 5 juin /CNW Telbec/ - Le député de Roberval et porte-parole du
Parti Québécois en matière de Politique nationale de l'eau, Denis Trottier,
déplore la lenteur, le manque de transparence et surtout l'opportunisme
politique dont fait preuve le gouvernement Charest dans l'adoption de ses
projets de loi.
    "Le projet de loi que vient de déposer la ministre reprend presque mot
pour mot notre projet de loi 391, Loi déclarant l'eau patrimoine commun de la
nation québécoise et va enfin de l'avant avec des éléments de la Politique
nationale de l'eau déposée par le Parti Québécois en 2002. Il aura fallu plus
de cinq ans, trois ministres de l'Environnement, une Politique et un projet de
loi du Parti Québécois pour que finalement, le gouvernement Charest décide de
bouger. Malheureusement, il faut aussi déplorer l'absence de mécanismes clairs
sur les redevances, principe qui était pourtant prévu en 2003", a indiqué le
député Trottier.
    Le porte-parole du Parti Québécois a rappelé que Thomas Mulcair et Claude
Béchard, deux anciens ministres libéraux de l'Environnement, de même que la
ministre actuelle, Line Beauchamp, ont promis, tour à tour, que la question
des redevances serait appliquée rapidement. Or, malgré le dépôt de ce projet
de loi, le gouvernement libéral de Jean Charest n'a pas jugé nécessaire d'y
inclure les mécanismes de redevances. "On peut sérieusement se questionner sur
les véritables intentions de ce gouvernement. La cohabitation, souvent promue
par Jean Charest et ses ministres, n'existe pas dans les faits", a ajouté le
député de Roberval.
    "Ce n'est pas la première fois que nous assistons à ce type de manoeuvre,
où le gouvernement Charest fait du copier-coller et plagie les initiatives du
Parti Québécois dans le domaine environnemental. Il y a eu le projet de loi
sur le Mont-Orford, déposé par le député de Verchères, Stéphane Bergeron, pour
forcer le gouvernement à empêcher la vente catastrophique de la montagne. La
ministre Beauchamp s'était ralliée en déposant son propre projet de loi. Il y
a eu le projet de loi sur les sacs de plastique, déposé par l'ancien député de
Lac-Saint-Jean, Stéphan Tremblay, que la ministre Beauchamp a transformé en
initiatives volontaires. Il y a eu également le projet de loi du député de
Vachon, Camil Bouchard, sur l'interdiction des phosphates pour limiter les
algues bleues, lequel a été repris quelques semaines plus tard par la ministre
Beauchamp avec moins de dents toutefois. Quatre projets de loi initiés par des
députés du Parti Québécois, quatre projets de loi plagiés par le gouvernement
Charest. La ministre Beauchamp doit être gênée d'avoir si peu d'idées. Ce dont
le Québec a besoin, ce n'est pas d'un gouvernement qui imite, mais qui a de la
vision. Ce n'est manifestement pas ce qu'est le gouvernement Charest", a
conclu Denis Trottier.
    -%SU: CPN,ENV
    -%RE: 37




Renseignements :

Renseignements: Eric Gamache, Attaché de presse, Aile parlementaire du
Parti Québécois, (418) 644-9318


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.