Projet de loi no 16 - L'OPDQ se préoccupe de l'absence de critères de qualité de l'offre alimentaire dans le processus de certification des résidences pour personnes âgées

MONTRÉAL, le 15 sept. 2011 /CNW Telbec/ - L'Ordre professionnel des diététistes du Québec (OPDQ) participe aujourd'hui aux consultations particulières sur le projet de loi no 16 resserrant notamment le processus de certification des résidences pour personnes âgées. L'OPDQ se préoccupe du fait que le projet de loi n'intègre aucun critère de qualité de l'offre alimentaire pour répondre aux besoins nutritionnels spécifiques des personnes âgées.

Tout en reconnaissant les efforts déployés par le gouvernement pour offrir un milieu de vie sécuritaire et de qualité aux aînés, l'OPDQ croit que le gouvernement devrait saisir l'occasion qui s'offre à lui d'ajouter des critères relatifs à la qualité de l'alimentation offerte aux personnes hébergées dans des résidences pour aînés.

« Les critères autour des choix alimentaires des aînés devraient dépasser les notions de salubrité et d'hygiène et ne pas s'en tenir qu'à l'élaboration de menus établis en fonction du Guide alimentaire canadien. Ces critères ne permettent pas, à eux seuls, de combler les besoins nutritionnels de cette clientèle vulnérable et ne sont pas adaptés à l'état de santé de chacun », souligne Anne Gagné, présidente de l'OPDQ.

Dans le contexte d'une population vieillissante, il est urgent d'accorder une place prépondérante à la qualité de l'alimentation pour permettre de maintenir les aînés actifs et en santé le plus longtemps possible. Dans ce sens, l'OPDQ soutient que la société a tout intérêt à agir en amont et à offrir aux personnes âgées un meilleur accès à une ressource spécialisée en nutrition afin de s'assurer qu'elles disposent des éléments nutritifs nécessaires au développement et au maintien de leur état et favoriser ainsi la conservation ou le rétablissement de leur santé.

De plus, dans de nombreuses situations, la nutrition constituera un facteur déterminant du traitement de la maladie et, dans la majorité des cas, la première approche thérapeutique retenue. Une approche qui considère l'alimentation comme un soin de santé aurait aussi pour effet de prévenir le phénomène mondialement reconnu de dénutrition chez les aînés, un problème qui toucherait de 20 % à 70 % des personnes en centre d'hébergement et de soins de longue durée et qui ferait augmenter le taux de mortalité et diminuer la qualité de vie.

Des solutions concrètes et adaptées
Consciente que la réalité des établissements varie en taille et en ressources et que les résidences accueillent une clientèle diversifiée, autonome, semi-autonome ou en perte d'autonomie, l'OPDQ propose au gouvernement de pallier à l'absence de critères reliés à la qualité de l'offre alimentaire et lui suggère des solutions concrètes et adaptées.

D'abord, les résidences devraient offrir des repas et des aliments qui répondent aux besoins nutritionnels particuliers des aînés. Pour leur clientèle en perte d'autonomie, elles devraient donner accès à des services d'évaluation précoce de l'état nutritionnel par une ressource spécialisée et, au besoin, à un plan de traitement nutritionnel ainsi qu'à une surveillance de l'état nutritionnel.

Une telle approche est déjà en vigueur en Ontario, où les politiques et directives entourant les soins diététiques et nutritionnels font en sorte que tous les établissements doivent obligatoirement fournir des repas qui rencontrent les apports nutritifs quotidiens recommandés et être ajustés en fonction de chaque individu. S'ajoutent des services de nutrition clinique permettant d'évaluer l'état nutritionnel de tous les résidents, d'assurer les suivis nutritionnels et d'apporter les modifications nécessaires au moment opportun.

Comme toujours, l'OPDQ souhaite ardemment travailler de concert avec le gouvernement et lui fournir l'expertise, les ressources et tout le support nécessaires pour qu'il intègre des critères de qualité de l'offre alimentaire dans son processus de certification des résidences pour personnes âgées.

L'OPDQ propose également la création d'une table de concertation sur l'alimentation des personnes âgées dans les résidences, ce qui permettrait à différents intervenants partenaires de définir des actions et des mesures concrètes pour travailler ensemble à la santé nutritionnelle des aînés.

À propos de l'OPDQ
Le Code des professions reconnaît les membres de l'Ordre professionnel des diététistes du Québec comme les seules spécialistes de la nutrition humaine. L'Ordre professionnel des diététistes du Québec assure la protection du public en matière de nutrition humaine et d'alimentation, notamment par le contrôle de l'exercice de la profession et de la qualité de l'acte professionnel, de même que par le maintien et le développement des compétences professionnelles des diététistes/nutritionnistes. 

SOURCE ORDRE PROFESSIONNEL DES DIETETISTES DU QUEBEC

Renseignements :

Joëlle-Ann Blanchette
Enigma communications
Tél. : 514.982.0308, poste 209
Cell. : 514.825.0308
Courriel : ja.blanchette@enigma.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.