Projet de loi 51 du gouvernement Charest: Non à des services de garde à deux vitesses



    Le Chantier de l'économie sociale s'oppose aux modifications du statut et
    à la mission des CPE-bureaux coordonnateurs des services de garde en
    milieu familial.

    MONTREAL, le 26 mai /CNW Telbec/ - Le projet de loi 51 déposé récemment
par le gouvernement Charest vise à régulariser le statut des travailleuses
responsables des services de garde en milieu familial (RSG) suite au jugement
Grenier de la Cour supérieure du Québec rendu au mois d'octobre 2008. Le
Chantier de l'économie sociale salue l'effort du gouvernement pour régulariser
le statut des RSG, mais déplore qu'il saisisse l'occasion pour diminuer la
supervision de la qualité des services et retirer au conseil d'administration
de parents le mandat de coordonner les places disponibles d'un point de vue
territorial.
    Les articles 77 et 78 du projet de loi 51 affaiblissent considérablement
la capacité de superviser et soutenir, à travers la formation ou autres, les
RSG afin d'assurer la qualité des services. "Ainsi, on se prépare maintenant à
vider 44 % du réseau de sa portée éducative et sociale. On ouvre toute grande
la porte à des services de garde à deux vitesses, ceux en CPE avec un projet
éducatif fort et ceux en milieu familial pour lesquels la qualité ne sera plus
du tout garantie" a déclaré Nancy Neamtan, Présidente-directrice générale du
Chantier de l'économie sociale. Des partenariats de plus en plus développés
entre le réseau de la santé et des services sociaux et les CPE au niveau
local, l'entente-cadre signée par les ministères de la Famille et de la Santé,
l'Association des CLSC ainsi que l'AQCPE, ont déjà été affaiblis par la
dernière réforme des CPE du gouvernement Charest. Le projet de loi 51, s'il
est adopté tel quel, privera 44 % des enfants en services de garde d'un accès
à ces réseaux de prévention et réduira inévitablement l'accessibilité pour des
enfants en difficulté.
    Quelques mois seulement après avoir fait de l'occupation du territoire
une priorité avec la création d'une nouvelle responsabilité en ce sens au
ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du
territoire, ce projet de loi abolit la responsabilité des bureaux
coordonnateurs de répartir sur un territoire les places disponibles selon les
besoins des parents et permet aux RSG de le faire selon leur bon vouloir.
Selon Nancy Neamtan : "Une des fonctions importantes des CPE, qui intègrent
des services en installation et en milieu familial, est d'organiser l'offre de
services selon les besoins des familles. Ainsi, on se devait d'assurer la
répartition des places dans les divers villages ou quartiers selon les
besoins. Il est complètement incompréhensible que le gouvernement laisse à
l'arbitraire des RSG la planification territoriale de plus du tiers des places
en garderie au Québec. Pourquoi exclure les parents de ce processus au
détriment des intérêts des enfants?"
    Le projet de loi 51, dans sa formulation actuelle, s'attaque donc
directement aux intérêts de plus du tiers des enfants bénéficiant de services
de garde au Québec et de leurs parents. "Le gouvernement doit refaire ses
devoirs concernant les articles 77 et 78 de ce projet de loi pour que notre
réseau de services de garde, faisant l'envie du reste du Canada, maintienne
son caractère universel et demeure un acquis que nous souhaitons léguer aux
générations futures. L'esprit même de cet outil formidable d'intégration,
d'éducation et d'implication citoyenne aux services du mieux-être de nos
enfants est mis en péril par l'absence de vision collective à long terme du
projet de loi 51" déplore Nancy Neamtan.

    L'économie sociale québécoise est composée d'environ 7 000 entreprises,
coopératives et OSBL, oeuvrant dans 20 secteurs économiques (arts et culture,
agroalimentaire, commerce de détail, environnement, immobilier collectif,
loisir et tourisme, technologies de l'information et des communications,
médias, manufacturier, services aux personnes, etc.). Elle emploie plus de 125
000 personnes et génère un chiffre d'affaires de plus de 17 milliards de
dollars annuellement, ce qui représente environ 6 % du PIB québécois.




Renseignements :

Renseignements: Jacques Hérivault, Responsable des communications
stratégiques, (514) 899-9916, poste 236, (514) 992-5603

Profil de l'entreprise

Chantier de l'économie sociale

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.