Projet de loi 10 - « L'approche du ministre Barrette n'est pas la bonne » - François Paradis

QUÉBEC, le 6 févr. 2015 /CNW Telbec/ - Le porte-parole de la Coalition Avenir Québec en matière de santé et député de Lévis, François Paradis, prévient le ministre de la Santé que l'approche contenue dans son projet de loi 10 n'est pas la bonne, car elle centralise le pouvoir entre ses mains,  alors qu'elle devrait faire exactement le contraire. Bien que la CAQ se soit toujours positionnée en faveur de l'abolition des agences de santé, le projet de loi 10 perd cependant de vue l'objectif premier de décentralisation du système de santé en les remplaçant par des structures administratives trop centralisées et loin de la réalité des patients.

Le fait que plusieurs articles fondamentaux du projet de loi n'aient pas été discutés et que le patient demeure le grand oublié de cette réforme encourage également le porte-parole caquiste à dénoncer la procédure de bâillon. « Il n'y a que 15 articles sur 165, c'est-à-dire moins de 10% du projet de loi, qui ont été adoptés. Le bâillon fait en sorte que nous ne pourrons plus questionner le ministre sur des enjeux pourtant fondamentaux. Le ministre veut un chèque en blanc pour faire ce qu'il veut et se donner tous les pouvoirs », considère François Paradis.

La Coalition Avenir Québec avait d'ailleurs déposé plusieurs amendements dans un esprit de collaboration et d'opposition constructive, mais le ministre a décidé de ne pas les écouter et n'a donné aucun signe, en privé ou en public, qu'il pourrait éventuellement les considérer. « Gaétan Barrette veut s'approprier presque tous les pouvoirs avec son projet de loi. En décidant d'imposer un bâillon, il nous a signifié qu'il n'était aucunement réceptif à négocier. S'il l'avait voulu, nous aurions pu négocier bien avant, mais il a préféré l'entêtement. Pour ajouter l'insulte à l'injure, il veut adopter sa réforme en s'appropriant un autre pouvoir, celui de faire taire l'opposition.  De notre côté, tout est sur la table, incluant de voter contre ce projet de loi », a ajouté le député de Lévis.

Les principales propositions d'amendements que la Coalition Avenir Québec aurait souhaité amener lors de l'étude du projet de loi étaient les suivantes :

 

  • Ajout d'un Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) dans les régions de la Mauricie-Centre-du-Québec, des Laurentides et de Lanaudière, pour ne pas dépasser le seuil de 500 000 citoyens par CISSS, comme le propose la Protectrice du citoyen;
  • Décentralisation de la répartition interne des budgets des établissements;
  • Création d'un comité de vigilance du Vérificateur général pour surveiller l'implantation et les coûts de la réforme;    
  • Plan pour l'intégration des systèmes d'information entre les établissements, pour éviter les dépassements de coûts informatiques très coûteux pour les contribuables; 
  • Établir des objectifs, des cibles et des indicateurs de performance pour mesurer la réussite ou l'échec de la réforme Barrette.

 

SOURCE Aile parlementaire de la Coalition Avenir Québec

Renseignements : Émilie Toussaint, Attachée de presse, Aile parlementaire de la Coalition Avenir Québec, 418-446-1383, etoussaint@assnat.qc.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.