Projet d'abolir les programmes préuniversitaires dans les cégeps - Une autre preuve de l'ignorance et de l'insuffisance de l'ADQ



    MONTREAL, le 27 nov. /CNW Telbec/ - Pour la Fédération autonome du
collégial (FAC), les déclarations de M. Gilles Taillon, adjoint au chef de
l'opposition officielle, quant à la volonté de l'Action démocratique du Québec
(ADQ) d'inclure dans son programme l'abolition de la formation
préuniversitaire dans les cégeps, révèlent une fois de plus l'ignorance et
l'insuffisance de cette formation politique en ce qui a trait aux enjeux
touchant l'enseignement supérieur au Québec.
    Les membres de l'ADQ auraient avantage à étudier les consensus qui, à
plus d'une reprise, ont été largement réitérés au sein de la société
québécoise. En 2004, à la suite du Forum sur l'avenir de l'enseignement
collégial lancé par l'ancien ministre de l'Education, Pierre Reid, la
cohabitation de la formation technique et de la formation préuniversitaire,
caractéristique unique du réseau collégial québécois, suscitait l'adhésion
générale. Le gouvernement Charest, à l'instar de ses prédécesseurs qui avaient
étudié la question, décidait d'ailleurs de réaffirmer la pertinence du réseau
des cégeps et d'en confirmer l'importance pour l'ensemble de la population
québécoise.
    Ces faits, les porte-parole adéquistes les auraient aisément constatés
s'ils s'étaient dûment renseignés sur la question. Tout comme ils auraient
compris que la cohabitation des deux secteurs n'est pas le fruit d'un
quelconque hasard, mais plutôt de la volonté ferme d'offrir une formation
générale commune à l'ensemble des étudiantes et étudiants qui fréquentent les
cégeps. En cela, le modèle québécois est une réussite manifeste qui, au cours
des quarante dernières années, a contribué largement à l'épanouissement et au
développement de la société québécoise.
    Plutôt que de s'en tenir à des formules éculées, au demeurant amplement
rejetées par la population québécoise, l'ADQ doit prendre acte des consensus
réaffirmés au sein de la société québécoise. A cet égard, s'ils désirent mieux
comprendre les besoins du réseau des cégeps et les véritables enjeux de la
formation postsecondaire, les représentants adéquistes auraient intérêt à
rencontrer différents intervenants du réseau collégial, et au premier titre
les enseignantes et enseignants qui y oeuvrent quotidiennement.

    La Fédération autonome du collégial est une organisation syndicale qui
représente quelque 4 000 enseignantes et enseignants de cégep répartis sur
l'ensemble du territoire québécois. Depuis déjà vingt ans, elle s'emploie,
jour après jour, à défendre les meilleures conditions d'enseignement pour ses
membres, tout en développant une réflexion pédagogique novatrice centrée sur
la réussite des étudiantes et étudiants et sur l'accessibilité aux études
collégiales pour l'ensemble des Québécoises et des Québécois.
(www.lafac.qc.ca)




Renseignements :

Renseignements: Jean-Claude Drapeau, président, (514) 943-0329; Source:
Guy Desmarais, vice-président aux communications, (514) 943-9561

Profil de l'entreprise

FEDERATION AUTONOME DU COLLEGIAL

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.