Projet Amiskw du Centre Nikwemes - LA MINISTRE JULIE BOULET ANNONCE UNE AIDE DE 67 000 $ POUR FAVORISER L'INTEGRATION SOCIOPROFESSIONNELLE DE 30 JEUNES AUTOCHTONES DE LA TUQUE



    LA TUQUE, QC, le 7 juill. /CNW Telbec/ - Au nom du ministre de l'Emploi
et de la Solidarité sociale, M. Sam Hamad, la ministre des Transports et
députée de Laviolette, Mme Julie Boulet, annonce, dans le cadre du projet
Amiskw, l'octroi d'une aide financière pouvant atteindre 67 229 $ au Centre
d'amitié autochtone de La Tuque en vue de favoriser l'intégration
socioprofessionnelle de 30 jeunes autochtones âgés de 18 à 24 ans qui vivent
en milieu urbain.
    "Par cette aide d'Emploi-Québec, le gouvernement vise à permettre aux
jeunes autochtones de développer leur autonomie tant sur le plan personnel,
social que professionnel et à les accompagner dans leur intégration et leur
maintien en emploi ou vers une formation. Parce que l'avenir du Québec et de
notre région repose notamment sur la contribution des jeunes au marché du
travail et à la création de notre richesse collective, nous devons les aider à
façonner leur avenir en fonction de leurs besoins et de leurs intérêts", a
souligné Mme Boulet.
    Le projet Amiskw, qui signifie castor en atikamekw, donnera aux jeunes
participants l'opportunité d'acquérir des compétences, d'intégrer le marché du
travail et d'atténuer les problématiques sociales auxquelles ils font face par
une prise en charge personnelle.

    La présence autochtone en milieu urbain

    Selon le recensement de Statistique Canada mené en 2006, les 655
personnes ayant le statut autochtone représentaient 5,5 % de la population
totale de La Tuque. De ce nombre, 110 jeunes âgés de 15 à 24 ans
représentaient 17 % de cette population. En plus d'avoir une culture et une
langue qui leur sont propres et auxquelles ils tiennent, ces jeunes éprouvent
aussi le désir de vivre dans les milieux urbains. D'ailleurs, ce phénomène de
migration des autochtones vers les milieux urbains est en croissance.
    Règle générale, les jeunes autochtones détiennent un faible niveau de
scolarité (43 % des autochtones n'ont pas terminé leur secondaire) et des
expériences de travail limitées. Ils doivent aussi faire face à des obstacles
socioprofessionnels qui restreignent leur intégration en emploi.

    Des interventions personnalisées

    Le Centre d'amitié autochtone de La Tuque offre aux jeunes autochtones un
soutien culturellement adapté à leur démarche d'intégration qui tient compte
de leurs difficultés socioprofessionnelles respectives. Le plan d'intervention
se divise en trois phases, soit :

    
    1. l'intégration, qui sous-tend l'accueil et l'évaluation des besoins
       individuels;
    2. l'intervention, qui vise notamment le développement d'habiletés et de
       compétences et l'élaboration et la mise en action de projets
       socioprofessionnels;
    3. l'accompagnement, qui prévoit un mécanisme de suivi permettant de
       s'assurer que les participants soient en mesure de réaliser leur plan
       d'action initial.

    "En plus de permettre à ces jeunes d'acquérir des compétences et des
aptitudes liées à l'emploi, le projet offrira la possibilité aux participants
et aux intervenants de connaître l'éventail des ressources et des services
disponibles. Au plan personnel, les jeunes seront aussi en mesure de reprendre
leur vie en main, d'accroître leur confiance en soi, d'élargir leurs horizons
et de diminuer leurs problématiques socioprofessionnelles", rapporte Mme
Christine Jean, directrice du Centre d'amitié autochtone.

    Enfin, fondé en 1974, le Centre d'amitié autochtone de La Tuque fournit
aux membres de la collectivité autochtone et allochtone de la région un vaste
éventail de programmes et de services, notamment le Centre Nikwemes qui offre
un continuum de services axé sur la jeunesse.


    Source :  Amina Chaffai          Information : Christine Jean
              Attachée politique                   Directrice
              Responsable du bureau                Centre d'amitié autochtone
              de comté de la ministre              de La Tuque
              des Transports et                    819 523-6121
              ministre responsable de
              la Mauricie
              819 538-3349
    
    -%SU: SOC,LBR
    -%RE: 69




Renseignements :

Renseignements: Christine Jean, Directrice, Centre d'amitié autochtone
de La Tuque, (819) 523-6121; Source: Amina Chaffai, Attachée politique,
Responsable du bureau de comté de la ministre des Transports et ministre
responsable de la Mauricie, (819) 538-3349

Profil de l'entreprise

Cabinet du ministre de l'Emploi et de la solidarité sociale

Renseignements sur cet organisme

Emploi-Québec

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.