Programme de démonstration en transport urbain - Les sociétés de transport de l'Outaouais et de Montréal dévoilent les résultats d'efforts conjoints pour la réduction des gaz à effet de serre



    GATINEAU, QC, le 3 juin /CNW Telbec/ - Les sociétés de transport de
l'Outaouais et de Montréal (STO et STM) ont dévoilé aujourd'hui les résultats
d'un projet dans le cadre du Programme de démonstration en transport urbain
(PDTU) de Transports Canada. Ce projet a été réalisé avec la collaboration
financière de Transports Canada et du ministère des Transports du Québec et la
participation des villes de Gatineau et de Montréal. Ce projet, mené
conjointement par la STO et la STM, visait à évaluer la capacité des autobus à
propulsion hybride diesel-électrique à réduire les émissions de gaz à effet de
serre dans le transport en commun à Gatineau et à Montréal. Il avait comme
objectif de mettre à l'essai un ensemble intégré de mesures afin de réduire
les émissions de gaz à effet de serre (GES) et la consommation de carburant.
    Cette activité s'est déroulée aujourd'hui en présence de l'honorable
Lawrence Cannon, ministre des Affaires étrangères, ministre responsable de la
région de l'Outaouais et député de Pontiac, du ministre délégué aux
Transports, ministre responsable de la région de l'Outaouais et député de
Papineau, monsieur Norman MacMillan, du maire de la Ville de Gatineau, Marc
Bureau, du président du conseil d'administration de la STO, Patrice Martin et
du vice-président du conseil d'administration la STM, Marvin Rotrand.
    "Grâce à un partenariat solide, des résultats positifs sont aujourd'hui
dévoilés et ils font une réelle différence ici en Outaouais. Le gouvernement
du Canada est heureux de souligner le succès de cette initiative pour laquelle
une contribution fédérale de 4 millions de dollars a été octroyée", a déclaré
le ministre Cannon. "Notre gouvernement soutient les initiatives de transport
en commun qui contribuent à assainir l'air et à diminuer la congestion, et à
accroître les mesures de sécurité."
    M. Norman MacMillan, ministre délégué aux Transports du Québec, ministre
responsable de la région de l'Outaouais et député de Papineau tient à
souligner "que le ministère des Transports du Québec est fier d'être associé
au succès du Programme de démonstration en transport urbain. Notre
investissement de 6,4 M$ a permis de tenir une expérience enrichissante pour
le développement du transport collectif au Québec tout en contribuant à la
réduction des gaz à effet de serre."
    "L'aménagement de la Ligne verte aura permis d'augmenter l'utilisation du
transport en commun à Gatineau, de réduire les émissions de gaz à effet de
serre et d'aider à la revitalisation du boulevard Gréber en augmentant
l'achalandage dans ce corridor", a déclaré le maire de Gatineau, Marc Bureau.
    "Nous sommes heureux d'annoncer que notre projet du PDTU est un succès!",
a mentionné le président de la STO, Patrice Martin. "Nous avons en effet
atteint les objectifs que s'était fixé la STO dans le cadre de cette
expérience. L'ensemble des mesures mises de l'avant avec le PDTU incluant les
deux autobus hybrides et les infrastructures de la Ligne verte aura permis une
diminution de 1 000 tonnes de GES équivalant au retrait de 200 automobiles sur
les routes de la région."
    "Cette initiative a donc permis de démontrer, vérifier et valider
l'efficacité du jumelage de plusieurs mesures pour améliorer l'attrait au
transport en commun et en favoriser son usage. En conséquence, l'impact de
cette expérience est positive sur l'environnement grâce à la diminution des
GES et des besoins en carburant diesel", a ajouté M. Martin.
    "Des sondages effectués auprès d'employés et de la clientèle confirment
que les engins hybrides contribuent à protéger l'environnement", a déclaré
Marvin Rotrand, vice-président du conseil d'administration de la STM. "Les
répondants apprécient en outre cette technologie qui favorise une conduite
plus douce et plus agréable. En effet, elle n'engendre pas de changement de
vitesse comme c'est le cas pour la transmission standard et donc moins de
coups brusques aux départs et aux arrêts. De plus, le moteur diesel est
beaucoup moins sollicité, ce qui le rend plus silencieux qu'un moteur diesel
utilisé avec un système de propulsion conventionnel".
    La réalisation du projet du PDTU a été rendue possible grâce à des
investissements totalisant 19,7 millions de dollars, soit 2,2 millions de
dollars de la STO, 3,2 millions de dollars de la STM, 6,4 millions de dollars
du gouvernement du Québec et 4 millions de dollars du gouvernement fédéral en
plus de la somme de 3,9 millions de dollars provenant de la Société de
financement des infrastructures locales du Québec (SOFIL) et issue du
transfert de la taxe d'accise fédérale sur l'essence.
    Le rapport sommaire de cette expérience sera disponible sous peu sur les
sites Internet de la STO (www.sto.ca) et de la STM (www.stm.info). Une section
complète sera d'ailleurs consacrée prochainement aux résultats du PDTU sur le
site de la STO.

    Le volet du projet réalisé par la STO
    -------------------------------------

    Arborant la signature de la "Ligne verte", le projet comportait la mise
en oeuvre de diverses mesures préférentielles ainsi que de systèmes de
transport intelligents visant à rendre le transport collectif plus attrayant
et convivial et ce, dans un corridor donné où ont circulé sept autobus
réguliers et deux autres à propulsion hybride diesel-électrique. Outres les
deux autobus hybrides, l'aménagement de 3,2 kilomètres de voies réservées
additionnelles et d'un stationnement incitatif, la modernisation du mobilier
urbain aux couleurs de la Ligne verte (15 nouveaux abribus, 22 panneaux
d'arrêts d'autobus améliorés, etc), l'installation de panneaux d'affichage
dynamique des horaires des autobus, l'introduction de systèmes priorisant le
passage des autobus aux feux de circulation et le comptage automatique de
passagers installé dans 18 autobus figurent au nombre des mesures mises de
l'avant par la STO dans le cadre du PDTU. Rappelons que le corridor choisi
était celui de l'axe formée par les boulevards Gréber- Fournier-Maisonneuve et
le Pont Portage sur les circuits réguliers 57, 65, 67 et 77.
    L'expérience a permis d'enregistrer une croissance de l'achalandage du
transport en commun dans le corridor étudié de 7,5 % entre l'hiver 2008 et
l'hiver 2009, soit 5,5 % de plus qu'ailleurs sur le réseau pour la même
période. Le taux d'occupation par voiture s'est accru de 1,19 à 1,31
traduisant ainsi une tendance au covoiturage sur l'ensemble du territoire
desservi par la STO possiblement accentuée par la présence croissante de voies
réservées comme celle de la Ligne verte. Quant à la part modale du transport
en commun soit la proportion des déplacements effectués sur le territoire qui
se font en autobus par rapport à tous les autres modes de déplacement, elle
s'est accrue de 1,9% durant cette période.
    La technologie hybride a permis de réduire la consommation de carburant
de 12 % dans le corridor de la Ligne verte par rapport aux autobus réguliers.
Le pourcentage de réduction de la consommation de carburant obtenu avec les
autobus hybrides se traduit aussi par une réduction des émissions de GES de
près de 15 tonnes annuellement pour un autobus qui parcourt 70 000 km par an.
Ainsi, le projet de la STO aura permis de réduire un total de 30 tonnes de GES
et ce, uniquement dans le corridor étudié.
    Par ailleurs, selon un sondage mené auprès des usagers qui utilisaient la
Ligne verte, 97 % se disaient satisfaits du design des abribus, des arrêts et
des autobus avec les couleurs bleue et verte et les courbes y étant associées
et 80 % d'entre eux ont affirmé que les efforts d'aménagement de cette ligne
les incitaient à utiliser davantage l'autobus.

    Le volet du projet réalisé par la STM
    -------------------------------------

    Durant une année, la STM a mesuré l'impact environnemental de la mise en
service de huit autobus à propulsion hybride biodiesel-électrique dans des
conditions climatiques variées et rigoureuses. Ces autobus étaient jumelés à
six autobus à propulsion biodiesel standard de même génération, qui agissaient
comme bus témoins. Tous les véhicules ont parcouru les mêmes circuits.

    Des résultats encourageants pour favoriser le mode de propulsion hybride
    ------------------------------------------------------------------------

    Pour comparer la performance des deux types de système de propulsion, la
Société a procédé à une évaluation exhaustive en colligeant et en analysant
quelque vingt milliards de données. L'étude a démontré que la technologie
hybride est particulièrement avantageuse lorsque la vitesse d'opération
moyenne est relativement basse (18 km/h) et que la distance entre les arrêts
demeure courte. Ce mode de propulsion a ainsi permis de réduire la
consommation de carburant de 30 % en moyenne à Montréal par rapport à la
propulsion standard, ce qui représente une réduction proportionnelle pour les
émissions de GES. Le pourcentage de réduction de la consommation de carburant
obtenu avec les autobus hybrides se traduit aussi par une réduction des
émissions de GES de près de 36 tonnes annuellement pour un autobus qui
parcourt environ 70 000 km par an.
    L'étude dégage des résultats très concluants en matière de gains
environnementaux, plus spécifiquement en ce qui a trait à l'utilisation de
cette technologie en milieu urbain comme c'est le cas de Montréal. Le succès
de ce projet est également tributaire de la collaboration et du
professionnalisme des employés de la STM. Grâce aux outils d'analyse élaborés
par les spécialistes techniques de la STM, il est maintenant possible pour une
société de transport d'évaluer l'impact qu'aurait l'utilisation d'autobus
hybrides sur la consommation de carburant de son parc de véhicules et ainsi
déterminer si le choix d'en acquérir est judicieux.

    Deux nouvelles solutions technologiques prometteuses
    ----------------------------------------------------

    Grâce à l'instrumentation installée à bord des autobus dans le cadre de
ce projet, l'équipe d'ingénierie de la STM a testé deux solutions
technologiques fort prometteuses. D'abord, le remplacement du système de
ventilation hydraulique par un système électrique à bas voltage permet de
réduire les émissions de GES, tant pour les véhicules hybrides que standards.
Ensuite, l'optimisation de la programmation de la transmission des autobus
standards avec le logiciel Topodyn favorise aussi les gains environnementaux
en matière d'émissions de GES. Ainsi, l'effet combiné de l'installation d'une
ventilation électrique et de la programmation Topodyn a permis de réduire la
consommation de carburant de 31 % sur un véhicule standard. L'autobus hybride
équipé d'un système de ventilation électrique maintient pour sa part une
réduction de consommation de carburant d'environ 45 % par rapport à l'autobus
standard.




Renseignements :

Renseignements: Céline Gauthier, Responsable des Affaires publiques,
Direction des communications et du marketing, Société de transport de
l'Outaouais (STO), (819) 770-7900, poste 6937, cgauthier@sto.ca; Isabelle A.
Tremblay, Affaires publiques, Société de transport de Montréal (STM), (514)
280-4940, isabelle.tremblay@stm.info


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.