Privatisation d'Hydro-Québec - Certains postulats de Claude Garcia ne tiennent pas la route



    MONTREAL, le 3 févr. /CNW Telbec/ - Réagissant à la conférence prononcée
ce midi par Claude Garcia à la tribune de l'Institut économique de Montréal,
le directeur exécutif de l'AQCIE, M. Luc Boulanger, a tenu à rappeler que :
"Quand Claude Garcia parle de subventions de 250 000 $ par emploi dans les
alumineries, sa démonstration est fondée sur le fait que les prix à
l'exportation pouvant être obtenus sur les marchés limitrophes sont, quelque
soit la quantité d'électricité transigée, de 9,6 cents/kWh, ce qui ne tient
absolument pas la route. D'abord, si les exportations étaient aussi payantes,
Hydro-Québec n'aurait pas suspendu les contrats pour la production
d'électricité qu'elle détenait avec la centrale TransCanada Energie. En fait,
la réalité est plutôt que la vente des surplus du Distributeur a rapporté en
2007 en moyenne à peine plus de 5 cents/kWh. Mais son raisonnement est encore
plus contestable sachant que si on augmente les tarifs d'électricité, il y
aura des délocalisations massives de la production des grandes entreprises et
que cela fera augmenter davantage les surplus d'électricité à écouler sur les
marchés d'exportation, ce qui fera baisser les prix. Car, dans ce marché ultra
compétitif, plus on exporte de grandes quantités, moins c'est payant. Ainsi,
les postulats de base de la démonstration de M. Garcia sont erronés."
    L'AQCIE a aussi tenu à rappeler que privée ou publique, Hydro-Québec
demeurera un monopole naturel possédant 99 % des infrastructures de production
et la totalité des actifs de transport et de distribution, qui devront
continuer d'être réglementés par la Régie de l'énergie. Toute entreprise
monopolistique génère d'ailleurs en elle-même certaines inefficacités, mais
dans le cas d'Hydro-Québec, penser y mettre fin relève de l'utopie. "A cet
égard, a poursuivi M. Boulanger, même si on reconnaît que les lois du marché
peuvent rendre la gestion d'une entreprise plus efficace, ce qui est
souhaitable, M. Garcia ne doit pas non plus ignorer que le pouvoir de
surveillance de la Régie et l'obligation qui est faite au Distributeur de
gérer avec prudence constituent des garanties au moins aussi grandes que la
vigilance des actionnaires dans le cas d'une privatisation. Les cas malheureux
comme Nortel et Enron sont là pour en témoigner."
    En terminant, est-il besoin de rappeler qu'en augmentant les tarifs pour
hausser la valeur de revente d'Hydro-Québec, il n'y a pas d'argent neuf qui
entre dans l'économie, il s'agit plutôt de faire payer une deuxième fois aux
consommateurs ce qu'ils ont déjà défrayé, à hauteur de 7 milliards $/an. Pour
ce qui est des grandes entreprises consommatrices, elles font pratiquement
toutes partie de grands conglomérats internationaux, une augmentation de
tarifs de cette ampleur serait synonyme de délocalisation. "Si l'on tient
compte que nous consommons près de la moitié de l'électricité du Québec et que
nous générons des dépenses d'exploitation dans l'économie des régions de
l'ordre de 14 cents/kWh, le manque à gagner pour les Québécois sera colossal
quand les usines fermeront et qu'il faudra écouler d'importants surplus
d'électricité sur un marché saturé. Nous considérons que le choix fait par le
Québec dans les années 1960 de structurer une part importante de son
développement économique sur les grandes entreprises qui transforment
l'électricité était le bon et que d'en remettre en cause les fondements n'est
pas une voie porteuse d'avenir, surtout en ces temps économiques incertains."

    A propos de l'AQCIE

    Fondée en 1981, l'Association québécoise des consommateurs industriels
d'électricité (AQCIE) représente les plus importants consommateurs
d'électricité établis au Québec, soit la presque totalité des secteurs
industriels dont la facture totale d'énergie électrique s'élève à près de 1,5
milliard $ par année. Les membres de l'AQCIE souscrivent près de 60 % de la
puissance électrique industrielle totale du Québec, ce qui représente environ
42,6 tWh.




Renseignements :

Renseignements: Luc Boulanger, directeur exécutif AQCIE, (514) 919-6050;
Source: Association québécoise des consommateurs industriels d'électricité
(AQCIE)

Profil de l'entreprise

Association Québécoise des Consommateurs Industriels d'Electricité (AQCIE)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.