Prévenir le cancer : si la recherche démontrait que les causes se trouvent dans notre environnement



    Jack Siemiatycki Ph. D. devient titulaire de la Chaire de recherche
    Environnement-Cancer Guzzo de l'Université de Montréal

    MONTREAL, le 3 juin /CNW Telbec/ - Grâce à la recherche, la lutte contre
le cancer a connu des progrès importants aux cours des dernières décennies.
Pour n'en nommer que quelques-uns : identification de gènes, voire même de
virus, responsables du développement du cancer; chirurgies moins invasives;
traitements plus efficaces et mieux ciblés causant moins d'effets secondaires;
et mise en marché de médicaments permettant de prévenir le cancer ou une
récidive. Les chercheurs ont aujourd'hui une meilleure compréhension du
développement et de la progression des cellules cancéreuses, la qualité de vie
pendant et après les traitements s'est améliorée, et les taux de survie pour
plusieurs cancers sont en hausse.
    Malgré ces progrès, qui sont source d'espoir pour les gens touchés, le
cancer demeure la première cause de mortalité au Québec. Avec le
vieillissement de la population, la mise en place de programmes de dépistage
et la détection précoce de cancers, le Québec fera face à une augmentation
notable du nombre de cas de cancers diagnostiqués au cours des prochaines
années. On estime même que, bientôt, une personne sur deux recevra un
diagnostic de cancer au cours de sa vie.
    Et si, en plus de traiter la maladie, on tentait aussi de la prévenir en
comprenant mieux les impacts de l'environnement, notamment notre milieu de vie
et nos habitudes de vie, sur le risque de développer un cancer? Voilà l'axe de
recherche sur lequel misent la Faculté de médecine de l'Université de
Montréal, La Société de recherche sur le cancer et la famille Guzzo en créant
la Chaire de recherche Environnement-Cancer Guzzo de l'Université de Montréal
et en nommant M. Jack Siemiatycki, professeur au Département de médecine
sociale et préventive et épidémiologiste de renommée internationale, comme
titulaire de cette chaire.
    Selon le docteur Siemiatycki, "Tout le monde s'entend pour dire que parmi
les quatre phases de contrôle du cancer - prévention, diagnostic, traitement
et soins palliatifs - la meilleure approche et la plus humaine est de loin la
prévention de la maladie. Mais malheureusement, c'est le domaine de la
recherche qui est le moins développé et le moins financé en matière de cancer.
Il y a donc une ambivalence entre ce que souhaite la population et les efforts
investis par la communauté scientifique. Il est important de souligner la
contribution de la famille Guzzo et de La Société de recherche sur le cancer
car une initiative comme la Chaire de recherche Environnement-Cancer envoie un
message clair : l'environnement et la santé humaine sont très étroitement liés
et la prévention du cancer passera, entre autres, par la recherche pour
identifier les agents et les comportements qui sont susceptibles de causer le
cancer."

    La Chaire de recherche Environnement-Cancer : une alliance d'expertise,
    d'expérience, de passion et de générosité

    Pour M. Vincenzo Guzzo, vice-président exécutif et chef de l'exploitation
des Cinémas Guzzo, même s'il est important d'améliorer les traitements, il est
vital de découvrir les causes du cancer et ainsi assurer un avenir plus
prometteur aux générations futures. "Le fait d'avoir vu mon père et ma mère se
battre et gagner leur bataille contre le cancer m'a motivé à contribuer à la
recherche sur le cancer. C'est donc avec plaisir et fierté que nous avons
accepté d'associer notre nom et notre entreprise à cette chaire de recherche,
et surtout, au travail de M. Siemiatycki et de son équipe", explique-t-il.
    "Nous sommes heureux d'avoir trouvé auprès de la famille Guzzo et de La
Société de recherche sur le cancer des partenaires aussi passionnés que
dévoués à la recherche sur la prévention du cancer, souligne M. Luc Vinet,
recteur de l'Université de Montréal. Nous les remercions chaleureusement pour
le soutien qu'ils apportent aujourd'hui au travail de M. Siemiatycki et de son
équipe, qui traquent pour nous les causes environnementales et
professionnelles de ce fléau."
    M. Mario Chevrette, Ph. D., président de La Société de recherche sur le
cancer souligne à son tour "qu'après avoir concentré pendant plus de 60 ans
ses efforts au financement de la recherche fondamentale sur le cancer, et ce,
partout au Canada, La Société de recherche sur le cancer a élargi son champ
d'action en créant, à la fin 2006, le Fonds Environnement-Cancer. Les
objectifs poursuivis lors de la création de ce Fonds étaient, et demeurent
toujours : 1) d'ajouter les volets prévention du cancer et épidémiologie au
programme actuel de subventions de La SRC; 2) d'investir dans la recherche en
prévention du cancer, un secteur de la recherche sous-financé au Canada; 3)
d'obtenir des données scientifiques probantes sur les impacts de
l'environnement et les risques de développer un cancer; et 4) de susciter la
participation de grands partenaires financiers dans ce secteur de recherche
qui nécessite beaucoup d'investissements. La Chaire Environnement-Cancer Guzzo
de l'Université de Montréal est source de fierté pour La Société de recherche
sur le cancer car il s'agit du premier grand projet de ce fonds dédié
exclusivement à la recherche pour découvrir les impacts de l'environnement sur
les risques de développer le cancer."

    A propos de la Faculté de médecine de l'Université de Montréal

    Par la diversité et l'étendue de ses programmes, la Faculté de médecine
de l'Université de Montréal est la plus grande au Québec et la deuxième au
Canada. Par le nombre de ses étudiants en médecine, elle est première au
Canada et troisième en Amérique du Nord. Ses finissants se classent
régulièrement premiers aux examens nationaux du Conseil médical du Canada. Les
chercheurs de la Faculté se démarquent régulièrement pour la qualité de leurs
publications et de leurs découvertes, tant du côté de la recherche
fondamentale que de la recherche clinique.

    A propos de La Société de recherche sur le cancer

    Fondée en 1945, La Société de recherche sur le cancer est un organisme
national, sans but lucratif, dont la mission est de financer exclusivement la
recherche sur le cancer et d'offrir des subventions de démarrage aux idées
originales. La Société de recherche sur le cancer contribue à améliorer la
santé de la population canadienne tout en l'aidant à mieux comprendre les
causes et les enjeux associés au cancer.
    Au cours des cinq dernières années, elle a versé plus de 30 millions de
dollars pour financer des projets de recherche innovateurs partout au Canada.




Renseignements :

Renseignements: Elyse Bélanger, Conseillère aux communications, La
Société de recherche sur le cancer, (514) 861-9227 poste 233/(514) 794-3895
(cell.), ebelanger@src-crs.ca; Julie Gazaille, Attachée de presse, Université
de Montréal, (514) 343-6796, j.cordeau-gazaille@umontreal.ca

Profil de l'entreprise

Société de recherche sur le cancer

Renseignements sur cet organisme

Université de Montréal

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.