Préposés aux bénéficiaires dans les résidences privées - Un métier difficile qui n'est pas suffisamment reconnu



    MONTREAL, le 19 mai /CNW Telbec/ - "Les conditions de travail dans les
résidences privées sont très mauvaises. Des salaires qui frôlent le salaire
minimum, des conditions de pratique très difficiles, une clientèle de plus en
plus lourde, l'encadrement déficient et le manque de formation sont tous des
éléments d'un même cercle vicieux. La pénurie de personnel touche durement ces
résidences, car elles ne sont pas du tout attirantes pour la main d'oeuvre
disponible", a déclaré Danielle Legault, vice-présidente aux communications et
aux questions régionales du Syndicat québécois des employées et employés de
service, section locale 298 (FTQ).
    A la suite du reportage "Qui soigne les aînés", paru ce matin dans La
Presse, le SQEES-298 (FTQ) tient à rappeler que le métier de préposé aux
bénéficiaires est difficile, complexe, et qu'il mérite d'être plus
convenablement reconnu. "Ces milliers de travailleuses et de travailleurs sont
extrêmement dévoués pour le bien-être de nos aînés. Dans les résidences
privées particulièrement, on ne cesse d'alourdir leurs tâches, sans pour
autant améliorer leurs conditions de travail. Il ne faut pas s'étonner qu'il
soit si difficile de trouver des candidats qualifiés et expérimentés pour
combler les postes disponibles", a souligné la vice-présidente.
    En effet, depuis janvier 2009, le gouvernement du Québec permet aux
résidences privées de confier aux préposés aux bénéficiaires la tâche de
dispenser des "soins invasifs d'assistance à la vie quotidienne", des actes
auparavant réservés aux membres des ordres professionnels. "Cela signifie
qu'il est dorénavant permis que les préposés aux bénéficiaires administrent
certains médicaments, sous réserve qu'ils aient reçu une formation par une
infirmière. Dans la réalité, tout le monde sait que ces formations, quand
elles sont données, sont souvent très sommaires et laissent le préposé aux
bénéficiaires seul avec les problèmes qui pourraient survenir", a ajouté
Danielle Legault.
    Des travaux sont en cours actuellement pour mettre en place une mutuelle
de formation pour les travailleuses et travailleurs des résidences privées.
"C'est le début de la solution. Il est urgent que les employeurs de ce secteur
reconnaissent l'importance de former adéquatement leur personnel. Comme
syndicat, nous sommes très actifs à ce sujet. Nous le faisons autant pour
améliorer les conditions de vie de nos membres que pour celles des aînés qui
vivent dans ces résidences", a conclu Danielle Legault.
    Le SQEES-298 (FTQ) représente plus de 20 000 membres partout au Québec,
dont la majorité dans le secteur de la santé et des services sociaux. Il est
affilié à la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec, la plus
grande centrale syndicale québécoise, avec plus d'un demi-million de membres.




Renseignements :

Renseignements: Mélanie Malenfant, Conseillère aux communications et au
développement de projets, SQEES-298 (FTQ), (514) 723-7088

Profil de l'entreprise

Syndicat québécois des employées et employés de service, section locale 298 (FTQ)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.