Prendre les moyens pour une saine gouvernance



    MONTREAL, le 25 févr. /CNW Telbec/ - La Caisse de dépôt et placement du
Québec ("La Caisse") est en difficultés, comme bien d'autres institutions
financières. Au cours des prochains mois, elle sera dirigée par un nouveau
président qui devra se familiariser avec les enjeux d'un des plus grands
gestionnaires de fonds de retraite de l'Amérique du Nord. Son conseil
d'administration sera de plus renouvelé d'abord au niveau de sa présidence et
ensuite en regard de sa composition puisqu'il est permis de penser que
plusieurs des administrateurs dont le mandat est échu depuis plusieurs années
pourraient être remplacés.
    Le Mouvement d'éducation et de défense des actionnaires (MEDAC) a pour
mission la promotion de la saine gouvernance auprès des organisations, ce qui
est gage de défense des intérêts de nos membres et de la population en
général. Devant l'instabilité de la situation qui prévaut à la Caisse de
dépôt, nous nous sentons interpellés et recommandons les orientations
suivantes :

    1. Diminuer la pression à la surperformance à court terme provenant du
gouvernement, du milieu des affaires et des médias en intégrant un volet de
prudence aux objectifs de placement de La Caisse. A cet égard, nous ne croyons
pas qu'il soit sain de rendre publics plus fréquemment les états financiers et
les rendements de La Caisse ce qui aurait pour effet d'accroître la pression
au rendement à court terme.
    La mission de La Caisse étant "de recevoir les sommes en dépôt
conformément à la loi et de les gérer en recherchant un rendement optimal du
capital des déposants dans le respect de leur politique de placement tout en
contribuant au développement économique du Québec", il serait important de
connaître la source de la quête de la surperformance : les déposants ou la
politique de rémunération des dirigeants de La Caisse et de ses équipes de
placement? Si la politique de rémunération était l'incitatrice à la
surperformance, la Caisse et son comité de rémunération ne devraient-ils pas
proposer une nouvelle politique davantage axée sur la croissance du capital à
long terme et ainsi affirmer un leaderhip en matière de pratiques exemplaires
en rémunération?

    2. Evaluer, dans une perspective de saine gouvernance, le processus de
nomination du président et chef de la direction, du président du conseil et
des administrateurs. Rappelons que, présentement, le président et chef de la
direction est nommé par le conseil avec l'approbation du gouvernement; le
président du conseil est nommé par le gouvernement et les membres du conseil
sont nommés par le gouvernement après consultation du conseil. Est-ce que le
poids du gouvernement dans le processus de nomination est trop important? N'y
aurait-il pas une autre façon de gérer le processus de nomination qui soit non
partisane? Est-ce qu'une commission parlementaire serait plus adéquate?

    3. Saisir l'occasion des nouvelles nominations d'administrateur afin de
promouvoir la complémentarité de compétences spécifiques aux enjeux et aux
défis avec lesquels la Caisse doit composer : stratégie de placement, gestion
des risques, contrôle financier, gouvernance, politiques de rémunération, etc.

    4. Etaler les changements sur une période de trois ans afin d'assurer une
saine continuité au sein du conseil. Etant donné que la permanence au conseil
n'est assurée, s'il y avait remplacement de tous les postes échus, que par
cinq administrateurs n'ayant une expérience du conseil que de onze mois en
moyenne, reconduire le mandat des administrateurs répondant aux critères
d'indépendance, d'absence de conflits d'intérêts réels ou potentiels et
d'expériences appropriées et procéder à leur remplacement sur une période de
trois ans. Ajoutons de plus que le mandat de l'ensemble des membres du comité
de gestion des risques est échu; une stabilité d'expertise devrait être prévue
à ce chapitre. En outre, nous recommandons une plus grande ponctualité de la
part du gouvernement dans sa tâche de nomination de nouveaux administrateurs
afin d'éviter la répétition de la situation actuelle.
    Pour le président du conseil d'administration du MEDAC, Claude Béland, et
les membres du conseil d'administration, il ne fait aucun doute qu'il faille
stabiliser rapidement la Caisse et son conseil. Il est de plus urgent qu'il
soit clairement stipulé que la protection du capital doit avoir préséance sur
la recherche du rendement maximal.
    Bref, il faut un examen en profondeur donc une enquête indépendante
portant non seulement sur les résultats financiers de la Caisse mais sur sa
gouvernance, permettant ainsi de bâtir les assises d'une nouvelle organisation
ayant des pratiques exemplaires en matière de gouvernance et visant la
croissance du capital à long terme.




Renseignements :

Renseignements: Normand Caron, MEDAC, (514) 286-1155

Profil de l'entreprise

MOUVEMENT D'EDUCATION ET DE DEFENSE DES ACTIONNAIRES - MEDAC

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.