Première mondiale au CHUM - Traitement prometteur dans la régénération du myocarde par l'utilisation de cellules souches



    MONTREAL, le 19 déc. /CNW Telbec/ - Le Centre hospitalier de l'Université
de Montréal (CHUM), dévoile le début d'une étude de recherche clinique de
phase II randomisée et contrôlée à double insu offrant une alternative
thérapeutique potentielle après un premier infarctus aigu du myocarde. Un
premier patient a déjà bénéficié de cette technique qui consiste en
l'implantation des cellules souches immatures de la moelle osseuse, afin de
régénérer le muscle cardiaque. La procédure s'est bien déroulée et le patient
se porte très bien. Cette première mondiale, menée en collaboration avec
l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont (Montréal, Canada) se poursuit dans la lignée
d'études cliniques positives de phase I réalisées sur le sujet en Europe. Ces
études préliminaires n'ont mis en évidence, à ce jour, aucune complication
chez les sujets traités jusqu'à cinq ans de suivi. Ces résultats encourageants
confirment de nombreuses expériences préalables effectuées sur des modèles
animaux.

    
    Le saviez-vous?

    - Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité dans
      les pays occidentaux?
    - Un lit sur cinq dans nos hôpitaux est occupé par un malade cardiaque?
    - L'infarctus du myocarde, cause la plus fréquente de la défaillance
      cardiaque, touche en ce moment plus de 250 000 patients au Québec?
    

    "Les traitements médicamenteux et la transplantation cardiaque font
partie des différentes techniques qui permettent d'améliorer la fonction
cardiaque. Mais à l'heure où la pénurie d'organes demeure un problème majeur,
des chercheurs du CHUM ont travaillé de concert pour la mise sur pied ce
protocole de recherche novateur", souligne le Dr Samer Mansour, cardiologue au
CHUM, et investigateur principal de l'étude. L'étude en cours vise à
comprendre le travail des cellules souches immatures (CD133+) extraites de la
moelle osseuse provenant de la crête iliaque du patient sur la guérison du
coeur après un premier infarctus du myocarde. Le protocole expérimental
implique l'injection intracoronarienne des cellules CD133+ contre placebo,
ajouté au traitement médical standard, le tout s'effectuant durant la même
hospitalisation.
    "L'étude de la thérapie cellulaire dans les cas de lésions myocardiques
est relativement récente et nous avons encore beaucoup à apprendre de cet
essai", ajoute le Dr Guy Leclerc, chef du Service de cardiologie du CHUM. "Des
études précédentes ont démontré une amélioration significative de 7 à 10 % de
la fonction cardiaque à la suite d'implantation de différents types de
cellules souches de la moelle osseuse. Cependant, il s'agit ici d'évaluer ce
type immature de cellules avec l'aide des technologies les plus avancées dans
la préparation et l'implantation des cellules chez le patient, ainsi que des
techniques d'imagerie de pointe", précise-t-il.
    Les cellules de la moelle osseuse prélevées au CHUM sont transférées au
Laboratoire de thérapie cellulaire de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR)
pour en isoler les cellules souches les plus immatures. "Le fait que les
cellules souches isolées soient très jeunes (immatures) devrait améliorer leur
capacité à réparer le muscle cardiaque", selon le Dr Denis-Claude Roy,
directeur du Centre de recherche de l'HMR.
    Cette étude clinique fait partie d'un ensemble de projets de recherche en
médecine régénératrice et thérapie cellulaire qui se déroulent actuellement au
CHUM et par lesquels le Dr Mansour et le Dr Nicolas Noiseux, co-investigateur
de l'étude et chirurgien cardiaque, tentent de mieux caractériser les
mécanismes expliquant les effets bénéfiques des cellules souches utilisées
pour le traitement des maladies cardiovasculaires.

    Impact souhaité de l'intervention

    Pour l'heure, cette procédure s'applique aux patients victimes d'un
premier infarctus étendu et à risque de complications, par exemple la
défaillance cardiaque. Il n'est pas impossible que le public cible soit plus
étendu une fois la technique encore mieux affinée et les protocoles de
laboratoire bien mis au point. Le but de cette intervention, peu invasive et
peu coûteuse si on la compare à un programme de transplantation cardiaque, est
qu'elle se pratique de façon courante à moyen terme en centres hospitaliers.
    L'équipe de recherche compte les investigateurs suivants : les Drs Samer
Mansour, Denis-Claude Roy, hématologue (HMR), Guy Leclerc, Nicolas Noiseux et
François Reeves, cardiologue (CHUM). La préparation des cellules souches est
réalisée au Laboratoire de thérapie cellulaire de l'HMR sous la supervision du
Dr Roy. "L'apport de l'HMR est un autre bel exemple de complémentarité et de
collaboration en matière de recherche entre des établissements du RUIS de
l'Université de Montréal (UdeM)", souligne pour sa part le Dr Denis R. Roy,
directeur général du CHUM et président du RUIS de l'UdeM.
    Ce protocole de recherche a été rendu possible grâce à la collaboration
du Centre de thérapie cellulaire de l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont, de
Miltenyi Biotec, du Centre de recherche du CHUM, des départements de
radiologie,de médecine nucléaire et de médecine, et du Service de cardiologie
du CHUM, notamment grâce au Fonds de développement de l'hémodynamie du CHUM.
Santé Canada, le Fonds de la recherche en santé du Québec et Boston
Scientifique contribuent également à l'étude.

    A propos du CHUM

    www.chumontreal.qc.ca

    Pour obtenir des documents d'information complémentaire sur le protocole
et l'intervention : voir s'il vous plaît le site web du CHUM.




Renseignements :

Renseignements: Nathalie Forgue, conseillère en communication, Direction
des communications, Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM),
(514) 890-8000, poste 14342, Téléavertisseur: (514) 860-7110; Renseignements
au sujet du protocole de recherche: Carole Lemay, inf. de recherche; Renée
Duclos, inf. de recherche; (514) 890-8000, p. 14803; Sources: Samer Mansour,
M.D., cardiologue, Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM);
Nicole Beaulieu, M.A., ARP, Directrice des communications, Centre hospitalier
de l'Université de Montréal (CHUM)

Profil de l'entreprise

Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.