Premier procès canadien pour crimes de guerre en 15 ans



    OTTAWA, le 23 mars /CNW Telbec/ - Le Centre canadien pour la justice
internationale (CCIJ) applaudit le début prochain du premier procès à se tenir
au Canada en 15 ans contre un suspect de crimes de guerre. L'audition de la
cause contre Désiré Munyaneza débutera lundi à Montréal. Ce dernier devra
répondre à des chefs d'accusation de génocide, de crimes contre l'humanité et
de crimes de guerre entourant les atrocités commises envers les Rwandais en
1994.
    Désiré Munyaneza, ancien commandant de la milice hutue, est soupçonné de
meurtre, de terreur psychologique, d'attaques physiques et de violence
sexuelle à l'égard de Tutsis. Il est accusé du viol de plusieurs femmes et
fillettes et d'avoir encouragé ses subalternes à commettre de tels actes.
Désiré Munyaneza s'est enfuit du Rwanda en 1997 avec un faux passeport et a
réclamé le statut de réfugié au Canada. Il a été appréhendé par la GRC en 2005
à Toronto.
    Selon les chiffres du gouvernement, au moins 800 criminels de guerre et
violateurs des droits de la personne vivent au Canada. Pourtant, aucun procès
pour crimes de guerre n'a été tenu au pays depuis qu'un petit nombre d'anciens
Nazis a été poursuivit sans succès au début des années 1990. Le Canada a
adopté une loi en 2000 confirmant que de telles causes peuvent être entendues
par les cours de justice canadiennes, cependant, cette loi est restée
inutilisée jusqu'à maintenant.
    Selon Amir Attaran, professeur de droit et membre du CCJI, "Le
gouvernement du Canada s'est simplement lavé les mains du problème, optant
pour la déportation sans égard pour la justice".
    Pacifique Manirazika, professeur de droit, ancien avocat international et
membre de CCJI fait remarquer que "la tenue de procès de niveau national comme
celui-ci est d'importance cruciale pour tout le système de justice
internationale. Les tribunaux internationaux existent, mais ils sont basés sur
la volonté des cours de justice nationale de faire leur part."
    Les causes comme celle de Désiré Munyaneza sont essentielles au processus
de réhabilitation des survivants, incluant celui de nombreux canadiens qui ont
été victimes d'atrocités.
    Selon Joan Simalchik, ancienne directrice du Centre canadiens des
victimes de tortures et membre fondatrice de CCJI, "25 à 30% des réfugiés
canadiens ont vécu la torture. Et parce que les personnes originaires d'un
même pays s'installent souvent au même endroit au Canada, les victimes se
retrouvent en contact avec quelqu'un qui les a torturées ou qui a assassiné
des membres de leur famille."
    Le procès de Désiré Munyaneza qui sera présidé par l'Honorable André
Denis de la cour supérieure de justice du Québec, a été précédé de plusieurs
semaines d'auditions préliminaires au Rwanda.




Renseignements :

Renseignements: Jayne Stoyles, Coordonatrice de CCJI, (613) 614-4292

Profil de l'entreprise

CENTRE CANADIEN POUR LA JUSTICE INTERNATIONALE

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.