Pouvoir de taxation accru pour la Ville de Montréal: l'ADISQ inquiète des conséquences désastreuses pour l'industrie du spectacle de variétés



    MONTREAL, le 21 juin /CNW Telbec/ - L'Association québécoise de
l'industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ) tient à exprimer
son inquiétude à la suite du dépôt, aujourd'hui, du projet de loi no.22 à
l'Assemblée nationale par la ministre des Affaires municipales et des Régions,
madame Nathalie Normandeau, octroyant à la Ville de Montréal un pouvoir
général de taxation sur son territoire lui permettant de diversifier ses
sources de revenus.
    Selon l'information obtenue par l'ADISQ, ces nouveaux pouvoirs de
taxation, réclamés depuis plusieurs mois par le maire de Montréal, monsieur
Gérald Tremblay, permettraient à la Ville de Montréal de taxer les
stationnements commerciaux et de mettre en place une "taxe sur un droit
d'entrée à un lieu de divertissement" soit de recueillir une taxe sur les
billets de manifestations sportives ou culturelles. Le projet de loi déposé
aujourd'hui donne le feu vert à de nouvelles taxes.
    "La mise en place d'une taxe sur les stationnements commerciaux et le
retour de la "taxe d'amusement" aurait un effet dévastateur sur l'industrie du
spectacle montréalais," déclare le président de l'ADISQ, monsieur Paul
Dupont-Hébert. L'ADISQ demande depuis plusieurs mois une intervention urgente
des pouvoirs publics afin de permettre aux entreprises du milieu québécois du
spectacle de variétés de relever les nombreux défis auxquels elles font face.
"Ces nouvelles taxes auraient exactement l'effet contraire et risqueraient
d'éloigner les consommateurs de culture au profit des banlieues" soutient
monsieur Paul Dupont-Hébert. L'ADISQ soutient que l'intervention des
différents pouvoirs publics doit être cohérente afin que Montréal puisse être
reconnue comme une "véritable" métropole culturelle.
    En effet, le projet du Quartier des spectacles mis de l'avant lors du
sommet de Montréal a pris son envol avec l'annonce faite par le maire de
Montréal, monsieur Gérald Tremblay, le 6 mars dernier, de la mise en place
d'un Plan particulier d'urbanisme (PPU) en vue de contribuer à une vaste
transformation du secteur du Quartier des spectacles.
    L'équipe du PPU, dirigée par Clément Demers qui a mené à bien le projet
du Quartier international de Montréal, doit livrer son cadre réglementaire en
vue du sommet "Montréal métropole culturelle/Rendez-vous novembre 2007".
Rappelons que l'ADISQ est intervenue dans ce processus afin de s'assurer que
les intérêts du milieu du spectacle de variétés et, plus largement, des arts
de la scène soient pris en compte tout au long de la réalisation de ce
programme d'urbanisme. L'intervention de l'ADISQ vise à assurer l'atteinte des
objectifs poursuivis lors de la mise en place du Quartier des spectacles soit
celui d'augmenter le nombre de spectacles de variétés, de permettre une plus
grande diversité de spectacles, d'augmenter le nombre de spectateurs dans les
salles de spectacles et de pérenniser les espaces réservés au festival.
    De plus, rappelons qu'à la suite des récentes représentations de l'ADISQ
auprès du gouvernement québécois, la SODEC a reçu, en mai dernier, une aide
supplémentaire ponctuelle pour le milieu de la musique québécoise dont une
partie permettra aux acteurs oeuvrant dans le secteur du spectacle de variétés
d'améliorer la promotion et à la mise en marché des spectacles de variétés
québécois et ainsi être en mesure de mieux concurrencer les nombreuses
productions étrangères qui bénéficient d'un battage médiatique et publicitaire
international.
    L'ADISQ reconnaît la pertinence des revendications du maire Tremblay
visant à obtenir de nouvelles sources de revenus pour éviter des déficits
futurs, mais l'association, qui représente la grande majorité des acteurs
oeuvrant dans l'industrie du spectacle, s'inquiète des moyens qui seraient mis
en place. "Nous espérons que les consultations prévues à l'automne à
l'Assemblée nationale permettront d'améliorer le projet de loi" déclare le
président de l'ADISQ, monsieur Paul Dupont-Hébert.
    "Nous souhaitons que d'autres solutions soient trouvées afin que la Ville
de Montréal puisse diversifier ses sources de revenus et équilibrer les
finances de la ville au cours des prochaines années mais s'il le faut, nous
remettrons sur pied la Coalition des arts de la scène qui, en 1992 avec
l'appui de près de 200 000 signataires de pétition auprès du public, avait
mené un campagne qui a largement contribué à abolir la taxe d'amusement qui
existait à cette époque" mentionne monsieur Paul Dupont-Hébert.




Renseignements :

Renseignements: Relations de presse: Roy & Turner Communications, (514)
844-9678; Source: ADISQ, (514) 842-5147


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.