Pourquoi les palmarès des écoles se trompent-ils et nous trompent-ils ?



    MONTREAL, le 21 oct. /CNW Telbec/ - A quelques jours de la publication du
palmarès des écoles secondaires dans le magazine L'actualité et à la suite de
la publication d'un nouveau palmarès dans le Journal de Montréal et le Journal
de Québec, le Centre de recherche et d'intervention sur la réussite scolaire
(CRIRES) a ajouté sa voix, en conférence de presse aujourd'hui, à la
Fédération des comités de parents du Québec (FCPQ), à la Centrale des
syndicats du Québec (CSQ), à la Fédération des commissions scolaires du Québec
(FCSQ) et à la Fédération des établissements d'enseignement privés (FEEP) pour
dénoncer ces palmarès qui se trompent et trompent la population.
    Selon M. Marc-André Deniger, chercheur associé et ex-directeur du CRIRES
qui regroupe 38 chercheurs se consacrant à l'étude de la réussite et de la
persévérance scolaires, les palmarès des écoles secondaires sont basés sur des
observations incomplètes, parfois subjectives, par l'Institut Fraser et
l'Institut économique de Montréal (IEDM). Or, M. Deniger a tenu à préciser que
"ces organismes ont comme mission de promouvoir, chez les gens, l'idée que le
libre marché dans les différents domaines de la vie sociale est la seule
approche afin d'améliorer l'économie d'un pays. Cette position est remise en
question par le lauréat du Prix Nobel d'économie de 2008, Paul Krugman,
professeur à la prestigieuse université Princeton aux Etats-Unis, qui estime
que cette approche du libre marché a des limites certaines dans des domaines
comme l'éducation."
    Le Centre de recherche et d'intervention sur la réussite scolaire déplore
que l'Institut Fraser et l'Institut économique de Montréal considèrent que
l'éducation primaire et secondaire est un bien de consommation au même titre
que les voitures, les appareils ménagers ou les restaurants. "Les parents sont
considérés comme des acheteurs qui ont le droit d'être informés afin de mieux
choisir le produit qu'ils vont acheter. Cette manière de voir est erronée pour
plusieurs raisons et peut même causer des préjudices certains", selon
M. Deniger.

    Des effets négatifs pour la réussite des élèves

    Le CRIRES rappelle que ces palmarès n'ont pas permis d'augmenter la
réussite ou d'accroître la persévérance scolaires au cours des dernières
années. De plus, ils entraînent la démotivation du personnel et des élèves, la
culpabilité et le doute des parents, en plus de véhiculer une image faussée de
l'éducation publique et de sous-estimer la qualité des écoles.
    "La mise en rang des écoles par des palmarès n'a aucun effet bénéfique
sur la réussite scolaire des jeunes", d'ajouter le chercheur associé du
CRIRES.

    L'éducation : un phénomène plus complexe qu'un palmarès

    Pour M. Deniger, l'éducation est un phénomène très complexe dont la
qualité est influencée par différents facteurs. Certains de ceux-ci relèvent
de l'école, mais plusieurs d'entre eux lui sont externes, notamment le niveau
socioéconomique des familles, le niveau de scolarité des parents et le niveau
de préparation des enfants avant leur arrivée à l'école. "Ainsi, les palmarès
des écoles secondaires induisent les parents et la population en erreur sur la
qualité de nos écoles et des personnes qui y oeuvrent au quotidien. Cela est
d'autant plus vrai que les élèves des écoles du Québec, tant publiques que
privées, se classent parmi les meilleurs au monde dans les tests
internationaux mesurant les compétences acquises dans les matières de base",
a-t-il ajouté.
    L'heure est à la promotion de la persévérance et de la réussite scolaires
pour tous les jeunes du Québec. "Au lieu de mettre en opposition les écoles,
tant publiques que privées, comme le font les palmarès, il est temps de
valoriser les forces de notre système d'éducation dans son ensemble tout en
continuant à l'améliorer, car c'est ce qui permettra vraiment d'atteindre une
plus grande réussite pour tous les jeunes. Il faut en faire une priorité
nationale", de conclure M. Deniger, un objectif que partagent entièrement les
présidents de la CSQ, de la FCSQ, de la FCPQ et de la FEEP.
    Veuillez noter qu'il s'agira de la seule réaction de ces organismes au
Palmarès des écoles.




Renseignements :

Renseignements: Marjolaine Perreault, Attachée de presse, Centrale des
syndicats du Québec, (514) 235-5082, perreault.marjolaine@csq.qc.net; Rychard
Gagnon, Conseiller aux communications, Fédération des comités de parents du
Québec, (418) 667-2432, poste 226, 1-800-463-7268, rychard.gagnon@fcpq.qc.ca;
Jean-Pierre St-Gelais, Conseiller en communications, La Fédération des
commissions scolaires du Québec, (418) 651-3220, (514) 458-8572,
jpstgelais@fcsq.qc.ca; Paul Boisvenu, Directeur général, Fédération des
établissements d'enseignement privés, (514) 381-8891, poste 232,
feep@videotron.ca

Profil de l'entreprise

CENTRE DE RECHERCHE ET D'INTERVENTION SUR LA REUSSITE SCOLAIRE (CRIRES)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.