Pour améliorer l'accès aux soins de santé - Large dialogue sur les meilleures solutions dans le régime public



    MONTREAL, le 15 nov. /CNW Telbec/ - Un colloque interdisciplinaire sur
les solutions publiques pour améliorer l'accès aux soins de santé, organisé à
l'initiative de jeunes médecins, réunit aujourd'hui 150 personnes à l'hôpital
Maisonneuve-Rosemont de Montréal.
    "Le meilleur moyen d'améliorer l'accès aux soins de santé pour tous,
c'est d'innover au sein du système public", a déclaré le Dr Simon Turcotte,
médecin résident en chirurgie générale à l'Université de Montréal, qui
agissait comme porte-parole de Médecins canadiens pour le régime public (MCRP)
lors de la conférence de presse tenue dans le cadre du colloque. "Plusieurs
projets-pilotes ambitieux, en marche au Québec et ailleurs au Canada, ont des
succès retentissants. Il est urgent de faire connaître ces expériences pour
qu'elles deviennent la règle plutôt que l'exception", a-t-il soutenu.
    Le premier objectif de ce colloque consiste à présenter les modèles de
réorganisation des unités de soins les plus prometteurs, depuis la première
ligne aux soins spécialisés, qui font chuter les temps d'attente sans que des
investissements massifs ne soient nécessaires. Le second objectif - tout aussi
important - est d'examiner les facteurs facilitant ou encore limitant la mise
en place de telles solutions.

    Présentation des travaux

    Une douzaine de chercheurs de premier plan, qui étudient différents
aspects des questions d'accès aux soins, ont été invités pour faire connaître
les résultats de leurs récents travaux.
    Tenant compte du débat qui a cours au Québec sur le financement du
système, la première partie de la journée aborde la viabilité de l'assurance
maladie universelle, mise en relief à l'aide d'expériences internationales
(Yvon Brunelle), des moyens d'intégrer les facteurs importants de croissance
des dépenses en santé que sont les nouvelles technologies et les médicaments
(Pascale Lehoux) et l'évaluation de la pertinence de certains soins de santé
(Damien Contandriopoulos). L'expérience d'un réseau intégré de services pour
les personnes âgées en perte d'autonomie, menée dans la région de Sherbrooke
(Réjean Hébert) sera suivie d'une analyse sur l'effet anticipé du
vieillissement sur le système de santé (Amélie Quesnel-Vallée),
    Le début de l'après-midi est consacré à l'organisation de la première
ligne (Jeannie Haggerty et Raynald Pineault) et aux services aux personnes
atteintes de maladies chroniques (Jean-Frédéric Lévesque et Alain Turcotte).
L'accès aux soins spécialisés, sujet de l'heure à Montréal avec la
multiplication des cliniques privées de tous genres, est ensuite traité avec
la présentation de plusieurs expériences de gestion des listes d'attente et
d'organisation des salles d'opération qui ont fait leurs preuves dans les
autres provinces canadiennes (Michael Rachlis, présentation en anglais). Les
facteurs qui affectent l'introduction de stratégies de lutte contre les temps
d'attente dans les établissements de santé sont ensuite présentés
(Marie-Pascale Pomey), suivis de la réorganisation des services d'orthopédie
et d'ophtalmologie effectuée à l'hôpital Maisonneuve-Rosemont (Chantal
Bénard).
    En fin de journée, une table ronde constituée des organisations
syndicales les plus représentatives des personnels de la santé, de
représentants de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec ainsi que
de l'Association des anesthésiologistes du Québec, permet d'identifier les
facteurs qui limitent et favorisent l'innovation dans le système public.
    "Dans la morosité des propos sur l'avenir de notre système public de
santé, ce colloque apporte d'excellentes nouvelles", rapporte le
Dr Michael Rachlis, expert canadien et professeur associé à l'Université de
Toronto, co-auteur d'un mémoire initialement soumis au gouvernement de la
Colombie-Britannique, dont la traduction française est lancée aujourd'hui. "Un
mythe tenace a pénétré les consciences, celui que seul le secteur privé peut
innover. On fait plutôt aujourd'hui la démonstration du contraire. Les
expériences décrites produisent des gains à tous les niveaux : productivité,
ajustement de l'offre à la demande de soins, meilleur contrôle des coûts,
satisfaction des professionnels et des patients et suivi optimal de la qualité
des soins. La crise de confiance de la population envers ses médecins et son
système de santé a assez duré", a lancé le spécialiste.
    "Il est temps de sortir du faux débat dans lequel les promoteurs de la
commercialisation des soins de santé ont plongé tout le pays", ajoute la
Dre Danielle Martin, présidente de MCRP, médecin de famille à Toronto et dans
les régions du nord de l'Ontario. "La question n'est pas de choisir entre le
statu quo ou la privatisation, pas plus que de remettre en question l'économie
générale du système. Alors que notre système de santé se remet progressivement
des coupures radicales de financement des années 1990, il est maintenant
urgent d'investir pour rendre le réseau le plus efficient possible, de
maximiser l'accès aux soins en intégrant les progrès technologiques des
dernières décennies. A l'opposé, utiliser les fonds public pour soutenir un
marché concurrentiel de soins de santé à but lucratif minerait ces efforts, au
détriment de la grande majorité de nos patients", a-t-elle renchéri.

    Médecins canadiens pour le régime public (MCRP), créé en mai 2006, compte
maintenant près de 2500 membres à travers le pays, surtout des médecins, et
s'est donné pour mission de participer au débat public sur l'avenir des soins
de santé au pays en facilitant la circulation des données les plus objectives
et à jour. Les membres québécois du conseil d'administration sont le
Dr Simon Turcotte, aussi vice-président, et le Dr Maurice McGregor, pionnier
dans le domaine de l'évaluation des technologies de la santé et professeur
émérite à l'Université McGill.
    Le colloque est la première activité publique de MRCP au Québec. Il est
organisé en collaboration avec le Centre canadien de politiques alternatives
qui publie la traduction française du texte dont le Dr Michael Rachlis est
co-auteur : Pourquoi attendre ? Des solutions publiques aux listes d'attente
en chirurgie.
    Les médias sont invités au colloque et à la conférence de presse qui se
tient le midi au même endroit.




Renseignements :

Renseignements: Pour des entrevues avec les conférenciers: Pierre-André
Champoux, (514) 212-4129, télé-avertisseur : (514) 230-9968, le 15 novembre
seulement; Programme du colloque et présentations des conférenciers :
www.canadiandoctorsformedicare.ca/premierepage.html; Médecins canadiens pour
le régime public: Montréal : Gabrielle Pelletier, (514) 817-6604,
pelletiergab@videotron.ca; Toronto: Jackie Smith, (416) 351-3300,
cdm-mcrp@pcwf.ca, www.canadiandoctorsformedicare.ca; Téléchargement de
"Pourquoi attendre ? Des solutions publiques aux listes d'attente en
chirurgie" au Centre canadien de politiques alternatives (Ottawa) : (613)
563-1341, ccpa@policyalternatives.ca, www.policyalternatives.ca

Profil de l'entreprise

Médecins québécois pour le régime public (MQRP)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.