Polytechnique à la rescousse de l'industrie forestière et de l'environnement - Renouvellement de la Chaire CRSNG en génie de conception environnementale



    MONTREAL, le 2 févr. /CNW Telbec/ - A la veille de l'ouverture du Congrès
annuel de l'Association technique des pâtes et papiers du Canada (ATPPC),
l'Ecole Polytechnique de Montréal a souligné officiellement aujourd'hui le
renouvellement de sa Chaire CRSNG en génie de conception environnementale. A
sa création en 2000, cette chaire, dirigée par le professeur Paul Stuart du
Département de génie chimique, portait principalement sur l'intégration des
procédés dans l'industrie papetière. Le second mandat, suite logique du
travail accompli, vise essentiellement l'implantation du bioraffinage
forestier - sans doute la transformation la plus prometteuse pour l'industrie
canadienne des pâtes et papiers.
    Les partenaires de cette chaire, assurée jusqu'au 31 mars 2012 par un
financement de 2 275 000 $, sont le Conseil de recherches en sciences
naturelles et en génie du Canada (1 000 000 $), Ressources naturelles Canada
(750 000 $), Kruger inc. (125 000 $), Papier White Birch, Div. Papier Masson
ltée (125 000 $), New page Corporation, Wisconsin Rapids Mill (125 000 $),
Norampac, une division de Cascades Canada inc. (125 000 $) et Tembec (25 000
$).
    " Les recherches de pointe de M. Stuart dans le domaine en émergence de
l'intégration des procédés procurent des avantages importants à l'industrie
des pâtes et papiers du Canada. Elles mettent l'accent sur une approche
globale et durable qui aidera l'industrie à considérer la forêt comme une
bioraffinerie et à utiliser l'ensemble des matières premières de manière plus
efficace. En outre, M. Stuart travaille au sein d'un établissement innovateur,
c'est-à-dire l'Ecole Polytechnique de Montréal, qui le reconnaît comme chef de
file dans son domaine ", a affirmé Mme Suzanne Fortier, présidente du Conseil
de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG).
    "Notre gouvernement est fier de financer ce projet et d'en être le
partenaire. Il aidera ainsi à élaborer des concepts éconergétiques rentables
pour l'industrie des pâtes et papiers", a déclaré l'honorable Lisa Raitt,
ministre des Ressources naturelles. "Notre engagement envers le secteur
forestier se poursuit dans le budget de 2009, qui octroie 170 millions de
dollars additionnels sur deux ans pour soutenir la diversification des marchés
et les initiatives innovatrices, qui sont cruciales pour la prospérité à long
terme du secteur."

    Au coeur des préoccupations économiques et environnementales

    Alors que les congés forcés de milliers de travailleurs de l'industrie du
bois se prolongent dans tout le pays, il y a lieu de se demander si
l'industrie canadienne des pâtes et papiers, autrefois l'un des fleurons
économiques nationaux, est capable de se régénérer. Ceux qui répondent oui
précisent néanmoins qu'elle doit pour cela devenir rapidement à la fois plus
concurrentielle et plus verte, d'où l'importance du travail du Pr Stuart pour
permettre un véritable " renouvellement durable ".
    Les usines papetières canadiennes sont notamment affectées par les
fluctuations du dollar canadien et la pression concurrentielle des industries
d'Amérique latine et d'Asie, plus modernes et plus productives. Pour
consolider leurs actifs et réduire leurs frais d'exploitation, la plupart
d'entre elles se réfugient dans des stratégies de survie comme les fusions et
les acquisitions. Alors s'ensuivent des pertes d'emploi qui ont de graves
répercussions sur l'économie de certaines régions, sans pour autant remédier
aucunement au problème.

    Autosuffisance et diversification

    "Les attitudes commencent à changer dans l'industrie papetière, bien
qu'on y saisisse encore mal les avantages de l'utilisation judicieuse des
techniques d'intégration des procédés. Elles devraient toutefois s'imposer au
cours des prochaines années, compte tenu des pressions environnementales et
concurrentielles qui s'exercent. Quant au bioraffinage, ses avantages seront
adoptés naturellement dans la foulée", assure le Pr Stuart.
    Le bioraffinage forestier, défini comme l'utilisation complète de la
biomasse et des autres matières premières, telles que l'énergie, pour produire
simultanément des pâtes et papiers, de l'énergie verte et de nombreux
bioproduits, se présente comme une voie de diversification stratégique. En
l'intégrant à leurs activités traditionnelles, les usines de pâtes et papiers
pourraient augmenter considérablement non seulement leurs revenus, mais aussi
leurs débouchés, tout en maintenant leur production traditionnelle. De plus,
elles contribueraient de manière significative à la réduction des émissions de
GES.

    Biocarburants, bioproduits et bioénergie

    Certaines entreprises forestières européennes ont déjà décidé de prendre
ce virage, et le bioraffinage des résidus de bois et autres sources de
lignocellulose se trouve aujourd'hui au coeur de leur stratégie afin de
devenir autosuffisantes en énergie et de diversifier leurs revenus. Au Canada,
l'idée qu'une usine papetière puisse également produire de l'éthanol
cellulosique ou d'autres produits verts à partir d'arbres ou de résidus
forestiers avance d'autant plus vite que la production d'agrocarburants à
partir de céréales, autrefois destinées à l'alimentation, est sérieusement
remise en question. Pour atteindre les taux obligatoires "d'or vert" dans
l'essence fixés par la nouvelle politique fédérale, il est clair qu'il serait
préférable de leur substituer des biocarburants dits de deuxième génération,
tels que ceux issus d'algues, de champignons et de biomasse lignocellulosique.
Comme il n'existe pas de solution universelle, la Chaire travaillera à définir
la meilleure stratégie à adopter entreprise par entreprise, en visant à
maximiser les revenus issus de la transformation par la production plus
stratégique de produits à valeur ajoutée comme les biopolymères.

    Une relève attendue

    "Cette approche novatrice attire de nombreux doctorants de partout dans
le monde. Jusqu'ici, une vingtaine d'étudiants ont obtenu un diplôme au sein
de la Chaire et pratiquement tous travaillent déjà dans leur domaine de
recherche, affirme M. Christophe Guy, directeur général de Polytechnique. Nous
sommes très heureux de ce renouvellement qui nous permet de continuer à former
la relève dans ce domaine capital pour notre avenir économique. Cette année,
la Chaire compte 4 étudiants à la maîtrise, 11 étudiants au doctorat et 1
étudiant post-doctoral."

    A la fois chercheur et praticien

    Avant de se joindre au milieu universitaire, le Pr Stuart a travaillé
comme consultant en conception, à titre d'associé et directeur du génie de
procédés chez les Consultants Beak ltée, de partenaire et directeur des
services environnementaux chez Simons Groupe environnemental, et de directeur
du groupe de génie des procédés et de l'environnement chez H.A. Simons ltée à
Montréal (aujourd'hui AMEC).
    Ayant obtenu son doctorat en génie chimique à l'Université McGill à
Montréal, il a été président de la Société canadienne de génie chimique
(SCGCh). Il siège au Comité consultatif de RNCan sur les sciences et la
technologie énergétiques (CCSTE) et est le principal consultant de sa
compagnie, Processys inc., dont il est l'unique actionnaire. La principale
contribution du Pr Stuart à la recherche est liée au développement et à
l'application des outils d'intégration des procédés pour l'analyse des
systèmes et, plus spécifiquement, à la résolution des problèmes de conception
critiques pour l'industrie papetière. Le Pr Stuart est entré à Polytechnique
en 2000 en tant que titulaire de la Chaire CRSNG en génie de conception
environnementale, la première chaire de conception au Canada.

    A propos du CRSNG

    Le CRSNG est un organisme fédéral dont la vision est d'aider à faire du
Canada un pays de découvreurs et d'innovateurs, au profit de tous les
Canadiens. Il appuie quelque 26 500 étudiants universitaires et stagiaires
postdoctoraux dans leurs études supérieures. Le CRSNG fait la promotion de la
découverte en offrant un appui financier à plus de 11 800 professeurs
d'université chaque année et favorise l'innovation en incitant plus de 1400
entreprises canadiennes à investir dans les projets de recherche
universitaires et à y participer.

    A propos de Ressources naturelles du Canada - CanmetENERGIE

    Ressources naturelles Canada s'efforce d'assurer le développement
responsable des ressources naturelles du Canada, y compris l'énergie, les
forêts, les minéraux et les métaux, ainsi que d'élaborer des politiques et des
programmes qui renforcent la contribution du secteur des ressources naturelles
à l'économie de même que la qualité de vie de tous les Canadiens.
CanmetENERGIE, administré par Ressources naturelles Canada, est le chef de
file au Canada dans le domaine de la recherche et du développement des
technologies énergétiques propres. CanmetENERGIE travaille de concert avec
l'industrie de l'énergie, les universités et les acteurs du secteur de
l'environnement au développement, à la mise à l'essai, à la démonstration et
au déploiement des technologies énergétiques propres.

    A propos de l'Ecole Polytechnique de Montréal

    Fondée en 1873, l'Ecole Polytechnique de Montréal est l'un des plus
importants établissements d'enseignement et de recherche en génie au Canada et
elle occupe le premier rang au Québec par le nombre de ses étudiants et
l'ampleur de ses activités de recherche. Polytechnique donne son enseignement
dans 12 spécialités de l'ingénierie et réalise près du quart de la recherche
universitaire en ingénierie au Québec. L'Ecole compte 230 professeurs et près
de 6000 étudiants. A son budget annuel de fonctionnement de 85 millions de
dollars s'ajoute un fonds d'opération et d'infrastructure de recherche de 68
millions de dollars, y inclus des subventions et contrats de 38 millions de
dollars.

    Des photos de l'événement, du Pr Paul Stuart et de l'équipe de la Chaire
CRSNG en génie de conception environnementale sont disponibles sur demande.

    Site Internet de la Chaire CRSNG en génie de conception environnementale:
    http://www.polymtl.ca/pate-papier/index.php




Renseignements :

Renseignements: Annie Touchette, Ecole Polytechnique de Montréal, (514)
340-4711, poste 4415, (514) 231-8133, annie.touchette@polymtl.ca; Andrée
Peltier, Relations publiques Andrée Peltier, (514) 846-0003, (514) 944-8689,
apeltier@ca.inter.net


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.