Politique québécoise de gestion des matières résiduelles -Quand l'éducation mène à l'action, un grand pas est franchi



    MONTREAL, le 28 fév. /CNW Telbec/ - Dans le cadre de la consultation sur
la gestion des matières résiduelles, la Centrale des syndicats du Québec
(CSQ), a plaidé l'importance de l'éducation à un avenir viable dans
l'établissement d'une véritable culture du développement durable. "Nous
réitérons l'importance primordiale de l'éducation tout au long de la vie des
jeunes et des adultes, si nous voulons que le Québec devienne un exemple en
matière de développement durable. Si l'éducation est essentielle et nécessaire
à tout changement social, elle doit aussi être accompagnée d'une volonté
politique et des mesures concrètes et parfois plus contraignantes", affirme
Réjean Parent, président de la CSQ.

    Encourager l'engagement, sanctionner les comportements irresponsables

    Dans un contexte où le Québec figure parmi les plus grands gaspilleurs de
ressources naturelles de la planète, nous sommes d'avis qu'il faut tout mettre
en oeuvre pour encourager les comportements écologiquement responsables et
sanctionner les comportements irresponsables. Entre autres, il faudrait
imposer une taxe symbolique sur les sacs de plastique et évaluer l'effet de
cette taxe sur l'utilisation des sacs et exiger des frais de consignation sur
tous les produits informatiques, appareils électroniques et sur les appareils
électriques. Les redevances pourraient servir à financer les services de
récupération de ces produits.

    La responsabilité des institutions publiques

    Pour le président de la CSQ, "le gouvernement et les institutions
publiques doivent être exemplaires dans l'instauration d'une véritable culture
du développement durable au Québec. Pour ce faire, une série de mesures
pourrait être envisagée touchant particulièrement les institutions publiques."
    Par exemple, la CSQ souhaite que le gouvernement interdise, dans les
cafétérias de leurs établissements, l'utilisation de vaisselle en matière
jetable non récupérable et impose des protocoles obligatoires entre les
établissements d'enseignement et les municipalités pour la collecte des
matières résiduelles. Un des principaux obstacles à la réduction des matières
résiduelles évoqués par les responsables EVB concerne la collaboration entre
les municipalités et les établissements d'enseignement qui sont très variables
d'un endroit à l'autre.

    La gestion des matières résiduelles

    L'expérience des Etablissements verts Brundtland démontre la réalisation
de plusieurs actions dans les établissements publics en matière de gestion des
matières résiduelles. Pour la CSQ, il serait donc souhaitable que le ministère
du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, en collaboration
avec RECYC-QUEBEC implante un projet-pilote de caractérisation des matières
résiduelles dans quelques établissements d'enseignement et de santé du Québec
pour avoir un portrait plus juste des matières générées. De plus, il nous
apparaît important que la prochaine politique québécoise de gestion des
matières résiduelles sépare les trois catégories du secteur industriel,
commercial et institutionnel (ICI) pour mieux évaluer les efforts réalisés
dans chaque secteur.
    "Très peu d'institutions publiques caractérisent les matières résiduelles
et celles qui le font, agissent sur une base volontaire visant un objectif
pédagogique. Il est donc difficile d'évaluer les progrès réalisés par les
établissements d'enseignement et de santé dans la réduction des déchets. Il
serait intéressant de mener un projet-pilote de caractérisation des matières
résiduelles dans quelques établissements d'enseignement afin de pouvoir
obtenir un portrait plus juste des efforts produits", affirme Réjean Parent.
    "L'éducation doit être accompagnée d'actions concrètes si l'on veut
obtenir de véritables changements. S'il est vrai que chaque petit geste
compte, l'état de santé actuel de la planète nécessite aussi de grands gestes
de la part des autorités publiques", conclut Réjean Parent.
    Vous trouverez le mémoire de la CSQ L'apport du mouvement des
Etablissements verts Brundtland (EVB-CSQ) à la Politique québécoise de gestion
des matières résiduelles 1998-2008 présenté aux membres de la Commission des
transports et de l'environnement sur la gestion des matières résiduelles sur
le site Web www.csq.qc.net.

    Profil de la CSQ

    La CSQ représente quelque 155 000 membres, dont plus de 100 000 dans le
secteur public, la grande majorité travaillant dans le domaine de l'éducation.
Elle compte en ses rangs plus de 1100 Etablissements verts Brundtland, une
création de la CSQ, qui se retrouve dans les écoles primaires et secondaires,
les CPE, les cégeps, les établissements de santé et de services sociaux et des
institutions d'économie sociale et solidaire. L'année 2008 marque le 15e
anniversaire du mouvement des Etablissements verts Brundtland de la CSQ.




Renseignements :

Renseignements: Marjolaine Perreault, Attachée de presse CSQ, (514)
356-8888, poste 2610, Tél. cell.: (514) 235-5082,
perreault.marjolaine@csq.qc.net


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.