Plutôt que de protéger les dénonciateurs publics... - LE GOUVERNEMENT LIBERAL FAIT LE CHOIX DE GASPILLER DES FONDS PUBLICS EN FRAIS JURIDIQUES



    QUEBEC, le 29 mai /CNW Telbec/ - Le député de Richelieu et porte-parole
de l'opposition officielle en matière de Conseil du trésor, de fonction
publique et de services gouvernementaux, Sylvain Simard, demande
l'intervention de la ministre des Services gouvernementaux et responsable de
la Société immobilière du Québec (SIQ), Dominique Vien, afin que cesse
l'acharnement de la SIQ à l'endroit de M. Denis Petitclerc, un fonctionnaire
congédié injustement.
    En novembre 2006, la SIQ avait congédié M. Petitclerc qui avait choisi de
dénoncer les dangers potentiels de la présence d'amiante non encapsulé dans
les édifices gouvernementaux. A l'époque, le ministre des Services
gouvernementaux, Henri-François Gautrin, avait dit faire pleinement confiance
à la SIQ. Récemment, le juge Michel Caron de la Cour supérieure a qualifié
dans son jugement la sanction d'illégale, abusive et démesurée. Coup de
théâtre : on apprend que la SIQ a décidé d'en appeler.
    "L'acharnement dont font preuve la SIQ et le gouvernement libéral à
l'endroit de M. Petitclerc est inexplicable. Cet homme a choisi de dénoncer
une situation pour protéger la santé et la sécurité de milliers de personnes
travaillant dans des édifices publics. En laissant à la SIQ le choix de
contester la décision du juge Caron, le gouvernement libéral envoie donc le
message qu'il préfère gaspiller des fonds publics en frais juridiques plutôt
que de protéger les dénonciateurs publics", a dénoncé Sylvain Simard.

    IL FAUT ADOPTER UNE LOI POUR PROTEGER LES DENONCIATEURS DU SECTEUR PUBLIC

    "La ministre Vien devrait mettre fin rapidement à cette situation
déplorable, demander à la SIQ de revenir à la raison et d'accepter le verdict
de sanction illégale, abusive et démesurée du juge Caron à l'endroit de M.
Petitclerc", a demandé Sylvain Simard.
    Le mois dernier, le député Simard a déposé à l'Assemblée nationale le
projet de loi 196 visant à protéger les dénonciateurs du secteur public
québécois. "Il est temps de doter le Québec d'une loi qui responsabiliserait
les personnes qui ont connaissance de gaspillage, de favoritisme, de dépenses
frivoles ou excessives, de danger pour la sécurité des citoyens et des
employés de l'Etat, sans risquer de perdre leur emploi. Je ne vois pas
pourquoi le gouvernement libéral tarde à faire adopter une telle législation",
a conclu Sylvain Simard.
    -%SU: CPN
    -%RE: 37




Renseignements :

Renseignements: Eric Gamache, Attaché de presse, Aile parlementaire du
Parti Québécois, (418) 643-2743


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.