Plus de la moitié de tous les décès dans l'Ouest canadien surviennent à l'hôpital



    Une nouvelle étude de l'ICIS, première du genre, se penche sur
    l'utilisation des soins de santé en fin de vie dans l'Ouest du Canada

    OTTAWA, le 6 sept. /CNW Telbec/ - Plus de la moitié des quelque
65 000 personnes décédées dans l'Ouest canadien en 2003-2004 sont mortes dans
un hôpital, selon un nouveau rapport de l'Institut canadien d'information sur
la santé (ICIS). Les décès à l'hôpital étaient plus courants au Manitoba
(68 %) et en Alberta (65 %) qu'en Colombie-Britannique (52 %) et en
Saskatchewan (51 %). Le rapport Utilisation des soins de santé en fin de vie
dans les provinces de l'Ouest du Canada est le premier du genre à examiner
l'utilisation des soins de santé chez les personnes qui arrivent au terme de
leur vie.
    Selon Anne McFarlane, directrice exécutive de l'ICIS dans l'Ouest
canadien, "la recherche démontre que s'ils ont le choix, la plupart des gens
préfèrent mourir à la maison plutôt que dans un hôpital ou dans un milieu
institutionnel. Le rapport révèle que les patients nécessitent habituellement
plus de services de santé pendant les derniers jours, semaines et mois de leur
vie. Il est essentiel de comprendre les types de services dont ils ont besoin
afin de pouvoir élaborer de nouvelles stratégies de soins de santé en fin de
vie, surtout avec l'augmentation du nombre de personnes âgées au cours des
prochaines années".
    L'étude s'est penchée sur quatre grandes catégories de patients en fin de
vie. Les patients en phase terminale (68 %), dont ceux atteints de cancer,
risquaient plus de mourir à l'hôpital que les patients souffrant
d'insuffisance organique (62 %) ou de fragilité (50 %) ou ayant connu une mort
subite (29 %). Parmi les presque 37 000 personnes décédées à l'hôpital, un peu
plus du quart ont reçu des soins palliatifs de quelque nature, la majorité
d'entre elles étant en phase terminale.
    En Colombie-Britannique, 17 % des décès sont survenus à la maison, et
27 % dans un établissement de soins de longue durée. En Alberta, 15 % des
décès se sont produits à la maison, contre 16 % dans un établissement de soins
de longue durée. Au Manitoba, 11 % des décès ont eu lieu à la maison, et 20 %
dans un établissement de soins de longue durée. Les données de la Saskatchewan
n'étaient quant à elles pas disponibles.

    L'utilisation des hôpitaux augmente dans les six mois et dans les
    30 jours précédant le décès

    Dans les 30 jours précédant le décès, 37 % des personnes décédées dans
l'Ouest canadien ont été hospitalisées au moins une fois, et plus de la moitié
(57 %) ont été hospitalisées dans les six derniers mois de leur vie. Les
personnes décédées de la Colombie-Britannique étaient moins susceptibles
d'être hospitalisées dans le dernier mois de leur vie que celles de l'Alberta,
de la Saskatchewan ou du Manitoba.
    Dans les 30 derniers jours de leur vie, les patients de la
Colombie-Britannique ont passé en moyenne 4,5 jours à l'hôpital,
comparativement à 8,7 jours au Manitoba, 8,4 jours en Alberta et 7,3 jours en
Saskatchewan. La durée du séjour hospitalier variait à l'intérieur même des
provinces; en effet, avant leur décès, les personnes décédées des régies
régionales de la santé (RRS) plus petites ou situées en région rurale ou
nordique ont été hospitalisées plus longtemps que les personnes décédées de
RRS plus grandes ou situées en région urbaine.
    Si l'utilisation des hôpitaux a augmenté dans les six derniers mois de
vie de la plupart des personnes, l'augmentation a été plus rapide dans le cas
des personnes du groupe des maladies en phase terminale. Dans les six mois
précédant leur décès, 75 % des patients en phase terminale ont été
hospitalisés, comparativement à 57 % de ceux du groupe de l'insuffisance
organique et à 43 % de ceux du groupe de la fragilité.

    Gestion de la douleur en fin de vie

    L'étude a relevé des différences marquées touchant la gestion de la
douleur en fin de vie. On note des variations quant à l'administration de
médicaments morphinomimétiques (une mesure normalisée des analgésiques) dans
la collectivité. L'utilisation d'analgésiques était plus modérée en
Colombie-Britannique qu'en Saskatchewan et au Manitoba (les données de
l'Alberta n'étaient pas disponibles), et la Saskatchewan enregistrait le taux
d'utilisation de morphinomimétiques d'ordonnance le plus élevé au cours de
toutes les périodes de la dernière année de vie. L'examen des analgésiques les
plus utilisés au cours des six derniers mois a révélé des tendances similaires
dans chacune des trois provinces, la morphine et l'acétaminophène avec codéine
étant les deux médicaments ou produits chimiques les plus couramment utilisés,
selon le nombre total de requérants.
    Les patients en phase terminale sont ceux qui ont utilisé le plus de
médicaments d'ordonnance, surtout dans les 30 jours précédant leur décès, ce
qui indique un plus grand recours aux médicaments, notamment à ceux utilisés
pour la gestion de la douleur, à mesure que le décès approchait. Pendant la
période plus éloignée du décès, particulièrement de 6 à 12 mois avant le
décès, ce sont les patients décédés à la suite d'une insuffisance organique ou
pour cause de fragilité qui consommaient le plus de médicaments. L'utilisation
de morphinomimétiques, comme il fallait s'y attendre, était la plus élevée
chez les patients en phase terminale.
    "La gestion de la douleur et de l'inconfort est partie intégrante des
soins en fin de vie. On pourrait associer les variations d'utilisation
d'analgésiques d'une province à l'autre aux différences quant aux pratiques de
prescription, aux pratiques cliniques et aux rôles que jouent les organismes
de lutte contre le cancer ou les listes des médicaments. Il est très
intéressant de pouvoir, pour la première fois, bénéficier de ce genre
d'information, quoiqu'il ne s'agisse que d'un début. Nous devrons continuer à
recueillir et à analyser ce type d'information afin de brosser un tableau
complet des soins en fin de vie au Canada", souligne le Dr Peter Kirk,
directeur de la recherche et du perfectionnement des connaissances à la
Vancouver Island Health Authority.

    A propos de l'ICIS

    L'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS) recueille de
l'information sur la santé et les soins de santé au Canada, l'analyse, puis la
rend accessible au grand public. L'ICIS a été créé par les gouvernements
fédéral, provinciaux et territoriaux en tant qu'organisme autonome sans but
lucratif voué à la réalisation d'une vision commune de l'information sur la
santé au Canada. Son objectif : fournir de l'information opportune, exacte et
comparable. Les données que l'ICIS rassemble et les rapports qu'il produit
éclairent les politiques de la santé, appuient la prestation efficace de
services de santé et sensibilisent les Canadiens aux facteurs qui contribuent
à une bonne santé.

    Le rapport et les figures et tableaux ci-dessous sont disponibles sur le
site Web de l'ICIS au www.icis.ca.

    
    Tableau 1. Répartition en pourcentage des décès à l'hôpital, selon la
               province, 2003-2004 (non rajusté) -tableau 7 du rapport-

    Tableau 2. Répartition en pourcentage des décès à l'hôpital, selon le
               groupe de trajectoires, 2003-2004 (non rajusté) -tableau 10 du
               rapport-

    Tableau 3. Nombre et pourcentage de personnes décédées à l'hôpital à
               diverses périodes avant le décès, selon la province, 2003-2004
               (rajusté en fonction de l'âge et du sexe) -tableau 13 du
               rapport-
    




Renseignements :

Renseignements: Christina Lawand, (613) 241-7860, poste 4310,
Cell.:(613) 299-5695, clawand@icis.ca; Véronique Perron, (613) 241-7860, poste
4143, Cell.: (613) 725-4097, vperron@icis.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.