Planification du Plan Nord : Divers intervenants unissent leur voix en prévision du discours inaugural du premier ministre Charest

MONTRÉAL, le 21 févr. /CNW Telbec/ - Des organismes de conservation du Québec, du Canada et d'ailleurs dans le monde unissent leur voix en prévision du discours inaugural du premier ministre Charest et souhaitent que ce dernier profite de l'occasion pour présenter une approche visionnaire du Plan Nord, qui maintiendrait un équilibre entre conservation et développement, dans le respect des droits et intérêts des autochtones et des communautés concernées.

Selon les représentants de l'Initiative boréale canadienne (IBC) et du Pew Environment Group, plusieurs des engagements pris par le premier ministre sont conformes à la « Vision pour la conservation de la forêt boréale1 », qui a reçu le soutien d'un large éventail des sociétés exploitantes des ressources, d'organismes voués à la conservation, des Premières nations, des membres du Conseil principal de la forêt boréale et l'appui de plus de 1 500 scientifiques du monde entier.

La Vision a pour objectif de préserver au moins la moitié de la forêt boréale en un réseau de vastes aires protégées interconnectées. Elle vise aussi à promouvoir des collectivités viables, des pratiques de gestion écosystémique des ressources parmi les plus avancées au monde et des pratiques de bonne intendance à la fine pointe dans le reste du territoire boréal.

Les signataires de la Vision incluent Domtar, Tembec, Alberta Pacific et d'autres sociétés forestières et fabricants de produits de papier, Nexen et Suncor Énergie, des banques et des investisseurs incluant The Ethical funds, Bâtirente, Calvert et Domini Social Investments LLC, Dehcho First Nations incluant la Nations Innu, La Nation Kaska, la Nation crie de Little Red River et la Première Nation crie de Moose ainsi qu'une douzaine d'organismes voués à la conservation, de sociétés œuvrant dans l'édition, d'organismes liés aux activités de plein air et autres partisans2.

Les groupes allèguent qu'un processus de planification adéquat du Plan Nord permettrait au Québec de devenir un leader mondial en matière de conservation, de développement durable et de responsabilité sociale. En plus de favoriser la protection de l'environnement et le bien-être des communautés, cet ambitieux projet ouvrirait la porte à divers marchés, d'importants investissements et plusieurs autres opportunités économiques.

En novembre 2008, le premier ministre Jean Charest a annoncé le Plan Nord - une vision qui touche les deux tiers du Québec et qui vise à protéger 50 % du territoire, soit environ un demi-million de kilomètres carrés. Des normes de développement durable seront appliquées sur l'autre moitié, dans le respect des droits et traités des communautés autochtones qui vivent sur ces terres. Selon les propos du premier ministre, « un territoire d'une superficie équivalente à celle de la France serait entièrement voué à des fins de protection de l'environnement et de développement récréotouristique ».

« Avec ces engagements, a ajouté le premier ministre, nous affirmons avec force notre volonté de faire du développement du Nord un réel espace de développement durable. Désormais, développement économique et protection de l'environnement sont synonymes dans le Nord du Québec. »

Les groupes demandent maintenant au premier ministre Charest de confirmer et de maintenir son ambitieuse vision en assurant le suivi des travaux de la Table des partenaires du Plan Nord et en mettant en œuvre un processus de planification de l'aménagement du territoire en partenariat avec les communautés autochtones.

« Le Plan Nord est l'occasion d'inaugurer une nouvelle ère de collaboration et de relations de travail avec les nations autochtones » souligne Valérie Courtois, Conseillère principales, Affaires autochtones pour l'Initiative boréale canadienne. « Nous saluons la vision d'équilibre entre la conservation et le développement dans le respect des droits et intérêts autochtones, mais il est essentiel que cette vision soit mise en œuvre à travers un processus d'aménagement du territoire et de planification des ressources qui soit inclusif.  Sans un processus d'aménagement du territoire adéquat dans lequel pourront participer les autochtones, le respect de leurs droits, de leurs valeurs et des besoins des communautés ne pourront être intégrés dans le plan. De plus, les connaissances et les traditions que possèdent les communautés ne pourront être mises à profit afin de prendre les meilleures décisions possible » conclue Madame Courtois.

« Le caractère unique de cette opportunité et de la vision du premier ministre est qu'elle permet d'identifier les priorités et les objectifs environnementaux et de les développer dans un contexte où l'intégrité écologique sera assurée. Cela permettra de faire croître l'économie tout en protégeant les fonctions vitales des écosystèmes, plutôt que de développer d'abord, puis de tenter de limiter les dégâts par la suite » affirme Suzann Méthot, directrice régionale - Québec pour l'Initiative boréale canadienne.

« Le Québec a le potentiel de devenir un chef de file en matière de conservation et de développement durable », a déclaré Mathew Jacobson, responsable au Québec de la Campagne internationale pour la conservation boréale du Pew Environment Group. « Si le Plan Nord est correctement déployé - en se basant sur des principes scientifiques et en travaillant en partenariat avec les communautés autochtones - le premier ministre Charest pourrait laisser un héritage durable pour le Canada et représenter un exemple à suivre pour les autres nations. Sinon, nous risquons de passer à côté de cette chance unique de sauver l'un des derniers grands espaces intacts au monde. »

À propos de l'Initiative boréale canadienne
L'Initiative boréale canadienne (IBC) travaille avec un vaste éventail d'organismes de conservation, de collectivités autochtones, d'industrie et d'autres parties intéressées à établir des liens entre les solutions scientifiques, politiques et de conservation envisageables pour l'ensemble de la forêt boréale du Canada. Pour en savoir plus, visitez http://www.borealcanada.ca/

À propos du Pew Environment Group
Le Pew Environment Group est une filiale du Pew Charitable Trusts, une organisation non gouvernementale qui applique une approche analytique rigoureuse pour améliorer l'ordre public, informer la population et stimuler la vie en communauté. Pour plus de détail, visitez www.pewenvironment.org.

_________________________

1 http://www.borealcanada.ca/framework-f.php

2 http://www.borealcanada.ca/framework-endorsers-f.php

SOURCE Initiative boréale canadienne

Renseignements :

Contacts :  
Initiative boréale canadienne : Suzann Méthot, Directrice régionale - Québec
(514) 792-1843
  Pew Environment Group: Mathew Jacobson, responsable au Québec de la Campagne    
internationale pour la conservation boréale du Pew Environment Group, (202) 277-8463

Profil de l'entreprise

Initiative boréale canadienne

Renseignements sur cet organisme

NOUVELLES - ENVIRONNEMENT

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.