Plan Nord : La FECQ souhaite des retombées concrètes dans l'offre de formation pour les régions

« Le développement du Nord québécois doit passer par la création d'une expertise dans les cégeps » - Léo Bureau-Blouin, président de la FECQ

MONTRÉAL, le 10 mai /CNW Telbec/ - Le président de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), Léo Bureau-Blouin, réagit à l'annonce du Plan Nord par le premier ministre Jean Charest. M. Bureau-Blouin estime que c'est par les cégeps que devra passer la formation de la main-d'œuvre et la création d'une expertise pour le développement du Nord québécois. La FECQ souhaite toutefois que ce chantier soit réalisé avec l'accord des Premières nations et dans un respect du développement durable.

Selon la FECQ, les cégeps de Baie-Comeau et de Sept-Îles auront un rôle primordial à jouer dans le développement du Plan Nord, mais également plusieurs autres cégeps en Abitibi-Témiscamingue et au Saguenay-Lac-Saint-Jean. « Le réseau collégial subit présentement une importante baisse de la fréquentation. Le Plan Nord permettra d'attirer des jeunes en région pour se former dans des domaines de pointe », estime Léo Bureau-Blouin.

Le président de la FECQ demande à ce que le projet ACCORD du ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation (MDEIE) soit bonifié avec le Plan Nord pour améliorer les créneaux existants et pour en développer de nouveaux. « Le développement de créneaux d'excellence en région permet de conserver les cerveaux en région et d'en attirer de partout dans le monde », explique M. Bureau-Blouin.

Le Plan Nord « chantier d'une génération » : celle des jeunes

Pour pourvoir les nombreux emplois créés avec l'exploitation des ressources dans le Nord québécois, la FECQ presse le gouvernement d'inclure les jeunes dans les processus de consultation régionale. Des sujets tels que la protection de l'environnement, l'exode des jeunes et le développement de l'offre de formation touchent plus particulièrement les étudiants. Également, la FECQ a plusieurs demandes concernant la Loi sur les mines, notamment afin d'augmenter les redevances des compagnies minières. « Nous souhaitons être un partenaire important pour ce projet ambitieux. Après tout, c'est nous qui occuperons ces nouveaux emplois très bientôt », exprime Léo Bureau-Blouin.

Pour s'assurer de permettre aux communautés autochtones de se former dans un métier d'avenir, la FECQ suggère d'augmenter le nombre de Centre d'études collégiales comme celui de Chibougamau opéré par le Cégep de Saint-Félicien. « Si l'on souhaite amener les populations autochtones sur les bancs d'études postsecondaires, encore faudrait-il qu'il y ait des chaises pour qu'ils puissent s'assoir », illustre M. Bureau-Blouin. La FECQ croit qu'une vaste réflexion concernant l'accessibilité à l'éducation doit avoir lieu dans les prochaines années et qu'aucune piste ne doit être négligée, comme l'éducation à distance et la création de nouveaux points de service.

Enfin, la FECQ souligne l'enthousiasme de la Conférence régionale des élus de la Côte-Nord concernant la création de nouveaux programmes universitaires dans cette région. Présentement,  grâce à une entente avec l'Université du Québec à Chicoutimi, les cégeps de Baie-Comeau et de Sept-Îles offrent des formations universitaires dans leurs infrastructures.

Toutefois, le gouvernement Charest aura doublé les frais de scolarité entre 2007 et 2016, sans compter les augmentations d'une foule d'autres frais propres aux universités. « On sait que plusieurs jeunes, notamment les autochtones, ont une aversion importante pour les prêts. Présentement, les étudiants sont endettés de près de 15 000 à la fin de baccalauréat et le constat sera pire après les hausses démesurées de Jean Charest. Le Plan Nord, c'est bien beau, encore faut-il que tous aient accès aux programmes collégiaux ou universitaires pour y participer », termine Léo Bureau-Blouin.

La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) représente plus de 60 000 étudiants réunis dans 23 associations étudiantes présentes sur l'ensemble du territoire québécois. Depuis 21 ans, elle défend et promeut les droits et intérêts des étudiants des cégeps.

SOURCE FEDERATION ETUDIANTE COLLEGIALE DU QUEBEC (FECQ)

Renseignements :

Mathieu Morin
Vice-président
FECQ
Bur. 514-396-3320
Cell. 514-554-0576
Courriel : vpresidence@fecq.org

Profil de l'entreprise

FEDERATION ETUDIANTE COLLEGIALE DU QUEBEC (FECQ)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.