Pipeline souterrain entre la raffinerie d'Ultramar à Lévis et Montréal-Est - Le BAPE confirme l'avantage du projet en regard de la fiabilité de l'approvisionnement, de la sécurité et des émissions de gaz à effet de serre



    MONTREAL, le 11 sept. /CNW Telbec/ - Ultramar a pris connaissance du
rapport du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement portant sur le
Projet Pipeline Saint-Laurent publié hier. Ce rapport constitue un jalon
important dans le processus devant mener à la réalisation du projet.
    Ultramar constate que les membres de la Commission du BAPE reçoivent
favorablement les principales conclusions de l'étude d'impact sur
l'environnement réalisée au soutien du Projet Pipeline Saint-Laurent, de même
que les représentations faites par les responsables de son projet dans le
cadre des audiences publiques tenues le printemps dernier par le BAPE à la
demande du ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs.
    Le BAPE souligne également l'une des justifications fondamentales de la
construction par Ultramar d'un pipeline entre sa raffinerie de Lévis et son
centre de distribution de Montréal-Est, soit que le pipeline "est avantageux
par rapport au transport par train ou par navire à l'égard de la sécurité
publique, de la flexibilité, de la fiabilité et des émissions de gaz à effet
de serre".
    Le BAPE constate en outre qu'en l'absence du futur pipeline,
l'augmentation de la production prévue à la raffinerie de Lévis dès 2008
"entraînerait une augmentation significative du nombre de trains-blocs et de
navires entre Lévis et Montréal-Est".
    Selon le directeur du projet, Louis Bergeron, "Au delà des nécessités
d'efficacité et de fiabilité, nous avons développé notre projet en ayant comme
perspective première la sécurité. C'est ce qui nous a motivés dans le choix du
tracé proposé qui est, selon nous, celui de moindre impact sur le milieu
humain. Rappelons d'ailleurs que le tracé proposé longe en bonne partie
l'emprise des lignes de transmission à haute tension d'Hydro-Québec dans le
corridor Lévis-Boucherville".
    Les commissaires mentionnent dans le rapport que "l'évitement des zones
urbanisées constitue un atout de l'oléoduc projeté pour la sécurité publique".
De plus, ils indiquent qu'un "déplacement du tracé de l'oléoduc vers des
secteurs plus densément bâtis pourrait avoir des inconvénients importants pour
les exploitations commerciales".
    La commission du BAPE note qu'en Montérégie, des alternatives au tracé
retenu par Ultramar ont été proposées. Elle signale cependant qu'elles
"comportent toutefois à première vue des inconvénients, notamment sur le
milieu humain bâti et la sécurité publique. Il est possible qu'une analyse
comparative démontre qu'elles sont moins avantageuses globalement que le tracé
retenu par le promoteur".
    Enfin, le BAPE s'arrête sur la problématique spécifique au Boisé de
Verchères. A cet égard, le directeur du Projet, Louis Bergeron, a tenu à
rappeler que des discussions ont été amorcées de longue date avec les
représentants du secteur et qu'elles se poursuivent encore, en dépit du fait
que les audiences du BAPE soient terminées.
    Se faisant le porte-parole d'Ultramar, M. Bergeron s'est dit satisfait
que le BAPE ait considéré que, globalement, le Projet Pipeline Saint-Laurent
est acceptable d'un point de vue social et environnemental.
    Le Pipeline Saint-Laurent représente un investissement de quelque 250 M$.
Il devrait créer environ 2 000 emplois directs et indirects en phase de
construction et une douzaine d'emplois permanents une fois en exploitation. On
prévoit réaliser les travaux de construction en 2008 en vue d'une mise en
exploitation en 2009.

    A propos d'Ultramar

    Ultramar Ltée, une filiale de Valero Energy Corporation (symbole VLO à la
bourse de New York), possède et exploite une raffinerie dont la capacité de
production actuelle est de 215 000 barils de pétrole par jour à Lévis
(Saint-Romuald), près de Québec. Elle commercialise de l'essence et du
carburant diesel par l'entremise d'un réseau d'environ 1 000 points de vente
au détail et 85 postes d'approvisionnement par carte, en plus de vendre du
mazout domestique à quelque 150 000 clients. Ultramar, dont le siège social
est situé à Montréal, emploie plus de 3 700 personnes. Ses réseaux de
raffinage, de distribution et de vente au détail contribuent au maintien de
plus de 10 000 emplois, ce qui en fait l'un des plus grands employeurs de
l'Est du Canada. Pour plus de renseignements sur Ultramar, visitez le site
Internet de la Société à l'adresse http://www.ultramar.ca.




Renseignements :

Renseignements: Michel Martin, Directeur aux Affaires publiques et
gouvernementales, (514) 499-6211, michel_martin@ultramar.ca

Profil de l'entreprise

ULTRAMAR LTEE

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.