Peu de nouvelles dans le futur TQS



    MONTREAL, le 26 juin /CNW Telbec/ - La Fédération professionnelle des
journalistes du Québec considère que la décision du Conseil de la
radiodiffusion et des télécommunications canadiennes est un mauvais jour pour
l'information locale au Québec.
    Dans sa décision de ce matin, le CRTC a accepté la vente de TQS à Remstar
en imposant le maintien d'un strict minimum d'information locale dans chacune
des stations du réseau.
    Montréal et Québec devront produire au moins 2 heures de nouvelles par
semaine alors que les stations de Sherbrooke, Trois-Rivières et Saguenay
devront produire une heure. Le réseau devra en outre diffuser au moins
30 minutes de nouvelles les samedi et dimanche.
    Après trois ans d'une licence de sept ans, le CRTC réévaluera ces
engagements dans la perspective d'augmenter ces minimums décrits comme une
"mesure à court terme et exceptionnelle" devant permettre à TQS de se refaire
une santé financière.
    La FPJQ avait plaidé devant le CRTC pour le maintien d'une information
locale crédible faite par des journalistes professionnels et qui ne soit pas
limitée à des commentaires de l'actualité. Le recul à cet égard en termes
d'heures est considérable (de 9 heures et demi à 2 heures à Québec par
exemple).
    Peut-être cela peut-il se comprendre à titre exceptionnel et temporaire
dans un contexte de faillite technique. Dans ces circonstances, il était
probablement difficile d'espérer beaucoup mieux. Cette décision ne saurait
cependant devenir un précédent pour le système de radiodiffusion dans son
ensemble.
    Remstar devra travailler à hausser rapidement ces minimums. Son nouveau
concept de production de nouvelles sans téléjournal sera placé sous haute
surveillance. Rien dans la décision du CRTC ne donne d'indications sur la
façon dont seront produites les nouvelles, et ce n'est d'ailleurs pas le rôle
du Conseil. Mais compte tenu du manque d'engagement des nouveaux propriétaires
à l'égard de l'information journalistique - ils ont été contraints d'en
ajouter un peu à leur projet - les réserves les plus sérieuses et la plus
grande vigilance s'imposent.
    La Fédération est cependant satisfaite de voir le CRTC réaffirmer que la
programmation locale, qui comprend des bulletins de nouvelles tant au cours de
la semaine que les fins de semaine, "constitue une partie primordiale de la
programmation obligatoire" d'une entreprise de radiodiffusion.
    Cette prise de position vient d'avoir des effets positifs dans le cas de
la vente de la station radiophonique CHRC de Québec. Là aussi, les nouveaux
acquéreurs avaient décidé d'abolir la salle de nouvelles. Mais le CRTC leur a
demandé aujourd'hui de revenir d'ici 30 jours avec une proposition d'achat qui
maintient un service d'information.
    Nous souhaitons que le débat autour de la survie des nouvelles locales à
TQS incite les pouvoirs publics à amorcer une réflexion sérieuse sur le
soutien qu'il conviendrait de donner aux télévisions généralistes pour
qu'elles puissent offrir une information locale de qualité.
    Tous les acteurs de la société québécoise, y compris les gouvernements,
conviennent de l'importance de maintenir une diversité des sources
d'information, notamment pour les nouvelles locales. Par cohérence, il faudra
trouver des moyens d'assurer la survie de ces informations.




Renseignements :

Renseignements: François Bourque, président, (418) 686-3394

Profil de l'entreprise

Fédération professionnelle des journalistes du Québec

Renseignements sur cet organisme

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.