PETIT MOT SUR UN GRAND PRIX

TROIS-PISTOLES, QC, le 17 sept. 2011 /CNW Telbec/ -

Chers tous toutes et vous tous,

Je suis heureux qu'on ait pensé à moi pour le Grand Prix de l'Académie du cinéma et de la télévision et je remercie toutes celles et tous ceux qui ont rendu la chose possible.

J'aurai l'occasion de dire ailleurs ce que représente pour moi la télévision telle qu'on la pratique aujourd'hui.

Pour le moment, je me contenterai de vous avouer tout le plaisir que j'ai eu à écrire durant 25 ans télé-théâtres et téléromans pour la Société Radio-Canada, quelque chose comme 35 000 pages qui se sont condensées en 450 heures diffusées au petit écran.

J'y ai beaucoup appris parce que je me considère comme privilégié d'avoir vu et entendu mes textes interprétés par plusieurs générations de nos plus grands comédiens : de Paul Guèvremont à Michel Dumont, de Robert Rivard à Yves Soutières, de Juliette Huot à Nathalie Gascon, de Monique Aubry à Louise Marleau, de Gisèle Schmidt à Monique Miller, de Paul Hébert à Gilbert Sicotte, d'Amulette Garneau à Annette Garand,  de Robert Gravel à  Julien Pelletier-Poulin, de Jean-Louis Millette à Jacques Godin, de Jean-Luc Montminy à Aubert Pallascio, de Yves Desgagnés à Gilles Pelletier… et à tant d'autres que je ne peux malheureusement pas tous nommer ici. Mais que d'émois, que d'émotions j'ai vécus! Merci, grand merci à vous toutes et vous tous, comédiens passionnés,  d'avoir porté dans leurs grosseurs les textes que j'ai écrits! Merci, grand merci à vous tous, réalisateurs et artisans, qui saviez si bien chef-d'œuvrer  des partitions pas toujours faciles à déchiffrer!

Je remercie les centaines de milliers de téléspectateurs qui ont pris plaisir aux téléromans que j'ai écrits.

Je regrette de ne pas pouvoir  être présent à la remise du Grand prix de l'Académie du cinéma et de la télévision. Que ce Grand prix soit accordé pour la première fois  « hors des ondes » m'atteint dans mon orgueil, bien sûr, mais me paraît aussi symbolique de notre « nouvelle télévision » : hors du populisme, point de reconnaissance véritable.

En n'assistant pas à la remise du Grand prix, c'est ce contre quoi, par-devers tous mes collègues écrivains, scénaristes et scripteurs, j'entends protester.

Je m'en voudrais de terminer sans saluer Claude Robinson au nom de toutes celles et tous ceux pour qui la télévision est toujours une grande passion. Claude Robinson est le symbole même du combat que les écrivains, les scénaristes et les scripteurs doivent désormais livrer pour ne pas disparaître « hors des ondes ». Ce combat, Claude Robinson le mène de façon exemplaire depuis de nombreuses années. Sa carrière et sa vie en ont été ruinées. Il faut avoir beaucoup de courage pour résister ainsi et souvent en dépit du fait que la solidarité se porte manquante au combat. Si j'avais été membre du jury de l'Académie,  c'est à lui que j'aurais remis le Grand prix cette année. Et non pas « hors des ondes », mais sous les projecteurs les plus lumineux qui soient!

SOURCE Victor-Lévy Beaulieu

Renseignements :

Victor-Lévy Beaulieu

1 418 851 8888

vlb2000@bellnet.ca

Profil de l'entreprise

Victor-Lévy Beaulieu

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.