Perspectives économiques provinciales, par Sébastien Lavoie, économiste chez Valeurs mobilières Banque Laurentienne



    MONTREAL, le 2 sept. /CNW Telbec/ - Sébastien Lavoie, économiste chez
Valeurs mobilières Banque Laurentienne, a dévoilé ce matin la nouvelle édition
des perspectives économiques provinciales.
    En début d'année, l'économie canadienne ressemblait à une équipe de
hockey dont la plupart des joueurs connaissaient une phase de léthargie. Cet
été, les joueurs de l'équipe ont commencé à se replacer. Les gouvernements
provinciaux ont tout d'abord mis la main à la pâte avec des plans de relance.
De plus, la plupart des régions ont eu droit à une recrudescence de l'activité
dans le marché immobilier de la revente et à un certain regain de vie sur le
plan des dépenses de consommation.
    Bien que la récession soit terminée au sud de la frontière, l'économie
américaine ne retrouvera pas son aplomb d'avant. Une reprise lente et
irrégulière aux Etats-Unis se traduira par une reprise modeste pour bien des
provinces en 2010. Notamment, le secteur extérieur manufacturier dans le
centre du pays, ne retournera pas "à la normale" en raison du rééquilibrage de
la demande mondiale. Plusieurs exportateurs québécois et ontariens ne pourront
plus compter sur la bonne vieille recette du "consumérisme" excessif des
Américains et d'une faible devise. Comme ce fut le cas pour la récession, la
reprise s'annonce modeste au Québec : elle devrait débuter tard cette année.
Parmi les points positifs à relever, les projets d'investissement privés et
publics devraient se faire plus nombreux l'an prochain. La meilleure tenue du
marché du travail et de l'habitation au Québec par rapport à son voisin
ontarien permettra à la belle province de faire un peu mieux que son voisin
pour l'ensemble de 2010. Toutefois, une légère recrudescence de la production
automobile à la fin de l'été signifie que l'Ontario entreprendra son cycle de
reprise un peu plus tôt que la plupart des provinces, dont le Québec.
Néanmoins, les pertes d'emplois de qualité continueront à peser lourd sur la
santé financière des Ontariens l'an prochain, de sorte que l'expansion
économique s'annonce dans l'ensemble mitigée.
    Dans l'Ouest canadien, la concurrence dans le marché du gaz naturel est
féroce. Avec des secteurs traditionnels tels que la construction, la
foresterie et la pêche qui battent de l'aile, la Colombie-Britannique mise sur
le développement de son énorme potentiel gazier à moyen terme, même si les
prix sont présentement très bas. Nous sommes d'avis que l'Alberta connaîtra
une recrudescence plus forte de son activité que la Colombie-Britannique en
2010 en raison de la meilleure santé financière des ménages albertains. De
plus, le baril du pétrole est loin de se vendre à bas prix.
    La Saskatchewan et le Manitoba se distinguent du lot avec une aisance qui
a de quoi rendre jalouses les autres provinces. Le Manitoba tire encore une
fois son épingle du jeu grâce à une diversification industrielle qui atténue
la légère perte de vitesse du côté de la demande intérieure. Pour sa part, la
Saskatchewan bénéficie d'une forte croissance de la population et de l'emploi.
Jumelée avec un retour en force de la demande des pays émergents pour les
ressources comme l'uranium et la potasse, la Saskatchewan devrait sortir
rapidement de la récession pour enregistrer l'une des plus fortes expansions
au pays en 2010.
    La récession mondiale a rendu quelques projets d'investissement
d'envergure moins attrayants dans la région de l'Atlantique. La fin
d'importants projets de construction non résidentielle et l'absence de
nouveaux projets annonce une année 2010 assez difficile au Nouveau-Brunswick.
La croissance économique sera un peu plus solide en Nouvelle-Ecosse, qui
compte à la fois sur des projets d'investissement privés et publics pour
soutenir l'économie. A l'Ile-du-Prince-Edouard, l'expansion du parc éolien se
poursuit et permet de compenser pour les temps plus difficiles pour le secteur
du tourisme, qui continuera à être affecté par une devise forte. Les
perspectives à plus long terme pour Terre-Neuve & Labrador sont encourageantes
avec le développement de nouveaux champs pétroliers.
    Finalement, la récession laisse des séquelles sur les finances publiques
provinciales. Les déficits pour l'année fiscale 2009-10 seront plus importants
qu'initialement prévu dans pratiquement tous les cas. Les revenus de taxation
et les redevances de ressources naturelles seront particulièrement plus
faibles. Pour plusieurs provinces, la reprise économique ne sera pas
suffisante à elle seule pour rétablir l'équilibre budgétaire à moyen terme.
Restreindre les dépenses ou augmenter les impôts et les taxes au cours des
prochaines années semble inévitable. L'augmentation de la dette des provinces
laisse aussi présager des emprunts plus importants de la part des
gouvernements sur les marchés. Le rapport complet des perspectives économiques
provinciales est disponible sur le site Internet à l'adresse suivante :
http://www.vmbl.ca/RechercheEconomique.

    A propos de la Banque Laurentienne

    La Banque Laurentienne du Canada est une institution bancaire dont les
activités s'étendent à l'échelle du Canada. Elle offre à ses clientèles tout
un éventail de services financiers diversifiés et se distingue grâce à
l'excellence de son service et son accessibilité. La Banque dessert ainsi les
particuliers et les petites et moyennes entreprises, et elle offre également
ses produits à un vaste réseau de conseillers financiers indépendants par
l'entremise de B2B Trust. Elle offre aussi des services de courtage de plein
exercice par l'intermédiaire de sa filiale Valeurs mobilières Banque
Laurentienne.
    La Banque Laurentienne du Canada est solidement implantée au Québec, où
elle exploite le troisième plus important réseau de succursales. Ailleurs au
Canada, la Banque détient une position de choix dans certains segments de
marché spécifiques. La Banque Laurentienne du Canada gère un actif au bilan de
plus de 18 milliards $, de même que des actifs administrés de plus de 15
milliards $. Fondée en 1846, elle compte aujourd'hui près de 3 400 employés.




Renseignements :

Renseignements: Manon Stébenne, Directrice principale, Médias et
relations publiques, (514) 284-4500, poste 8232,
manon.stebenne@banquelaurentienne.ca

Profil de l'entreprise

Banque Laurentienne du Canada

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.